Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

La conjoncture économique

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'économie turque a été frappée par le Covid-19, en particulier après mars 2020, alors que le pays est entré dans un confinement national, avec certaines des mesures les plus strictes d'Europe. Le gouvernement a cherché à atténuer les effets du Covid-19 en assouplissant sa politique monétaire, en étendant le crédit et en puisant dans ses réserves de change. Cette stratégie a permis un fort rebond de l'économie, la croissance du PIB atteignant environ 9% en 2021 (FMI), dopée par des exportations dynamiques. Selon les prévisions du FMI, la croissance du PIB devrait ralentir mais rester ferme en 2022 et 2023 (3,3%). L'inflation, la volatilité des devises et une politique peu orthodoxe font partie des risques pesant sur les perspectives (Focus Economics).

La reprise de la Turquie après la crise du COVID-19 a été «remarquable» (FMI), le pays étant parmi les rares pays à ne pas plonger dans la récession. La solide infrastructure hospitalière de la Turquie a limité l'étendue des cas et des décès de Covid-19, et les fortes baisses des taux d'intérêt, l'octroi rapide de crédit par les banques publiques, les incitations administratives et réglementaires au crédit et les liquidités importantes ont stimulé la croissance (FMI). Cependant, cette orientation monétaire expansionniste a entraîné des taux d'intérêt inférieurs aux attentes du marché, une baisse rapide de la valeur de la lire et une diminution des réserves de change. Le gouvernement a fait volte-face presque complètement en novembre 2020, nommant un nouveau président à la banque centrale ainsi qu'un nouveau ministre des Finances, et s'orientant vers une politique monétaire ferme pour contenir l'inflation. Néanmoins, les baisses des taux d'intérêt ont poussé la lire à des niveaux record à la fin de 2021, entraînant l'inflation à son niveau le plus haut depuis vingt ans - soit 36 % - en décembre. Selon les estimations du FMI, l'inflation a grimpé à 17 % en 2021 et devrait rester élevée en 2022 (15,4 %) et 2023 (12,8 %). Le soutien budgétaire direct ayant été modeste, la dette publique a été contenue en dessous de 40 % du PIB, atteignant 37,8 % du PIB en 2021. Elle devrait augmenter pour atteindre 37,9 % du PIB en 2022 et 39 % du PIB en 2023 (FMI). La politique budgétaire est restée restrictive, avec un déficit public s'élevant à -2,9% du PIB en 2021 et devrait être stable en 2022 et 2023 (-2,9% du PIB). Les autorités poursuivent des politiques monétaires et de taux de change assouplies pour améliorer la compétitivité des exportations. Parmi les principaux défis figurent d'importants besoins de financement extérieur, un secteur privé fortement endetté et une livre faible (The Economics Intelligence Unit). Selon l'OCDE, la poursuite d'une politique monétaire crédible et la mise en œuvre de réformes structurelles devraient être une priorité.

Le taux de chômage, qui avait atteint 13,7% en 2019, a encore été impacté par la pandémie de Covid-19, car la plupart des entreprises sont restées fermées pendant des mois tandis que le tourisme - une source majeure d'emplois - a piqué du nez. L'emploi s'est partiellement redressé parallèlement au rebond de l'activité économique, mais a augmenté plus rapidement dans l'industrie manufacturière orientée vers l'exportation que dans les services (OCDE). Selon les estimations du FMI, le taux de chômage est tombé à 12,2 % en 2021 et devrait encore baisser à 11 % en 2022 et 10,5 % en 2023. Les conditions du marché restent difficiles, en particulier chez les femmes et les jeunes. L'inégalité des salaires et la taille du secteur informel restent des problèmes de longue date.

 
Indicateurs de croissance 20202021 (e)2022 (e)2023 (e)2024 (e)
PIB (milliards USD) 720,11817,51853,49941,551,00
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 1,911,45,03,03,0
PIB par habitant (USD) 8991011
Solde des finances publiques (en % du PIB) -5,0-5,1-5,9-6,5-6,6
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 39,741,837,537,739,6
Taux d'inflation (%) 12,319,673,151,224,2
Taux de chômage (% de la population active) 13,112,010,810,510,5
Balance des transactions courantes (milliards USD) -35,54-13,59-48,26-36,51-27,14
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -4,9-1,7-5,7-3,9-2,6

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Note: (e) Estimated Data

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par la Coface.

 

+

Les principaux secteurs économiques

Le secteur agricole représente 6,7 % du PIB de la Turquie. Bien qu'il emploie 18 % de la population, le secteur continue de souffrir d'une faible productivité en raison de la dépendance à l'égard des petites exploitations. Environ 11% du territoire turc est utilisé comme terres agricoles. Le blé est la principale culture du pays, bien que la Turquie soit le troisième exportateur mondial de tabac et le premier producteur de noisettes (près de 70 % de la production mondiale). La Turquie continue d'être un exportateur net de produits agricoles, mais les importations de bétail augmentent de façon exponentielle pour compenser la contraction du secteur de l'élevage. Les ressources minérales sont abondantes, mais sous-exploitées. La découverte récente par la Turquie de ressources de gaz naturel dans la mer Noire pourrait contribuer à accroître la part de l'activité minière dans l'économie dans un proche avenir.

La fabrication est la principale activité industrielle du pays. Le secteur secondaire représente 28% du PIB et emploie 25% de la population active. Le gouvernement turc accorde une attention particulière aux grands projets d'infrastructure, en particulier dans le secteur des transports, par le biais du modèle de financement de projets Build-Operate-Transfer (BOT). La construction automobile et le textile sont les fers de lance de l'industrie turque.

Le secteur des services a connu une croissance rapide au début des années 2000, culminant à 59 % du PIB en 2009, mais a chuté depuis pour représenter 54,2 % du PIB en 2020, tout en employant 57 % de la main-d'œuvre du pays (Banque mondiale). Le tourisme représente près de 4% du PIB et est une source majeure de devises étrangères pour la nation. Cependant, les revenus du tourisme de la Turquie ont considérablement diminué en 2020, la pandémie de COVID-19 ayant entraîné des restrictions de voyage dans le monde, des fermetures de frontières et une baisse globale de la demande des consommateurs. Selon les estimations du ministère turc du Tourisme et de la Culture, le nombre de touristes a diminué d'environ 72 % en 2020 par rapport à 2019. Le secteur a rebondi en 2021, car sur la période janvier-novembre 2021, le nombre de visiteurs étrangers a augmenté de 89 %. ,61% par rapport à l'année précédente.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 18,1 25,3 56,6
Valeur ajoutée (en % du PIB) 6,6 27,8 54,6
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 4,8 0,6 1,1

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Livre Turque (TRY) - Taux de change annuel moyen pour 1 USD 3,023,654,835,707,01

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

+

Commerce extérieur

L'économie turque est ouverte au commerce extérieur, qui représente 61 % de son PIB (Banque mondiale, 2020). L'automobile (10,8 % des exportations totales, y compris les voitures particulières, les véhicules de transport et les accessoires pour véhicules) et les produits pétroliers (2,2 %) étaient les principales exportations de la Turquie en 2020, suivis des bijoux, de l'or, du fer, de l'acier et des produits textiles. Les principaux produits importés étaient l'or (11,5%), les automobiles et accessoires (6% au total), les huiles de pétrole (2,9%), les déchets ferreux (2,8%) et les appareils électriques (1,5%) (Comtrade). Le volume des exportations et des importations de la Turquie a fortement diminué en 2020 principalement en raison de la pandémie de Covid-19, mais a rebondi en 2021. Selon les données du FMI, le volume des exportations de biens et de services a augmenté de 21,4 % en 2021, tandis que les importations ont augmenté de 3,4 %. Les exportations devraient augmenter à un rythme plus lent en 2022 (7 %), tandis que les importations devraient accélérer (10,4 %).

L'Allemagne (9,4 % de toutes les exportations), le Royaume-Uni (6,6 %), les États-Unis (6 %), l'Irak (5,4 %) et l'Italie (4,8 %) figuraient parmi les principales destinations des exportations turques. La Chine (10,5%), l'Allemagne (9,9%) et la Russie (8,1%) étaient les principaux fournisseurs de biens de la Turquie, suivis des États-Unis (5,3%) et de l'Italie (4,2%). La Turquie a 22 accords de libre-échange (ALE) actifs, dont son tout premier accord commercial avec l'Espace économique européen en 1991 et le plus récent avec le Royaume-Uni, qui est entré en vigueur le 1er janvier 2021. Accords commerciaux avec le Qatar, le Liban et Le Soudan devrait également entrer en vigueur prochainement. Dans le même temps, la Turquie a poursuivi les négociations d'ALE avec l'Ukraine, le Japon, la Thaïlande et l'Indonésie et commencera à renégocier les termes de ses accords existants avec la Géorgie, la Malaisie et la Moldavie. Les États-Unis ont imposé des droits supplémentaires sur les importations d'acier turc en août 2018, mais ils ont été ramenés à 25 % en mai 2019. La hausse a été jugée illégale par le Tribunal américain du commerce international en 2020. Cependant, l'UE a commencé à imposer des droits sur les importations turques de fer et d'acier en janvier 2021. L'accord tarifaire entre les États-Unis et l'UE conclu en octobre 2021 pourrait avoir un impact sur les exportations d'acier turc vers les États-Unis.

La structure commerciale turque a été caractérisée par un large déficit (37,9 milliards de USD en 2020 selon les données de la Banque mondiale) principalement dû aux importations d'énergie. De plus, comme la plupart de ses exportations sont liées aux importations de produits intermédiaires, semi-finis ou bruts, l'évolution de la balance commerciale a été traditionnellement liée à la croissance économique et à la valeur de la lire par rapport au dollar américain. En 2020, les importations de marchandises de la Turquie ont totalisé 219,5 milliards de USD, tandis que la valeur totale de ses marchandises exportées a atteint 169,7 milliards de USD (OMC). Selon l'OMC, les exportations de services en 2020 étaient supérieures aux importations, 34,6 milliards de USD et 24,8 milliards de USD respectivement. Le gouvernement a maintenu une politique active d'incitation à l'utilisation de combustibles d'origine locale pour la production d'électricité en soutenant les énergies renouvelables et la production domestique au charbon afin de réduire la dépendance du pays vis-à-vis des importations de gaz. Dans le même temps, la crise monétaire, qui a ramené la valeur de la livre turque à des niveaux historiquement bas, a exercé une pression sur les importations et stimulé les exportations. Selon le ministère turc du Commerce, les exportations turques ont atteint 225 milliards de dollars en 2021 (+32,8% par rapport à 2020) tandis que ses importations ont atteint 271 milliards de dollars (+23,6%).

 
Valeurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Importations de biens (millions USD) 198.610233.800231.152210.345219.515
Exportations de biens (millions USD) 142.557156.993177.169180.833169.651
Importations de services (millions USD) 22.21522.66827.37126.86024.765
Exportations de services (millions USD) 37.63443.38457.84962.81034.573

Source : Organisation mondiale du commerce (OMC) ; dernières données disponibles

Indicateurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Commerce extérieur (en % du PIB) 48,355,862,562,760,9
Balance commerciale (hors services) (millions USD) -39.923-58.575-40.726-16.751-37.866
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) -19.400-32.242-10.55218.777-28.717
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) 3,010,6-6,4-5,37,4
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) -1,712,49,04,9-15,4
Importations de biens et services (en % du PIB) 25,229,731,329,932,3
Exportations des biens et services (en % du PIB) 23,126,031,232,728,6

Source : Banque mondiale ; dernières données disponibles

Prévisions du commerce extérieur 2022 (e)2023 (e)2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Volume des exportations de biens et services (variation annuelle en %) 2,45,67,85,57,3
Volume des importations de biens et services (variation annuelle en %) 2,68,911,210,310,3

Source : IMF, World Economic Outlook ; Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

 
La coopération économique internationale
La Turquie est membre des organisations économiques internationales suivantes : G-20, OMC, FMI, Alliance du Pacifique (observateur), OCDE, CCI, entre autres. Pour la liste complète des organisations économiques et autres organisations internationales auxquelles participe la Turquie, cliquez ici. L'adhésion de la Turquie aux organisations internationales est également présentée ici.
Free Trade Agreements
La liste complète et actualisée des accords de libre-échange signés par la Turquie peut être consultée ici.
 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2021
Allemagne 8,6%
Etats-Unis 6,5%
Royaume Uni 6,1%
Italie 5,1%
Espagne 4,3%
Voir plus de pays 69,4%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2021
Chine 11,9%
Allemagne 8,0%
Etats-Unis 4,8%
Italie 4,3%
Inde 2,9%
Voir plus de pays 68,1%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 

+

Le contexte politique

Les chefs de gouvernement
Président : Recep Tayyip Erdoğan (depuis août 2014) - AKP
Chef du gouvernement : Président Recep Tayyip ERDOGAN (depuis août 2014) ; un référendum constitutionnel de 2017 a supprimé le poste de Premier ministre à l’issue des élections générales de 2018
Les prochaines élections
Présidentielles : juin 2023
Législatives : juin 2023
Le contexte politique actuel
En novembre 2020, le président turc Recep Tayyip Erdogan a nommé Naci Agbal comme nouveau président de la banque centrale du pays tout en retirant Berat Albayrak - son gendre - du poste de ministre du Trésor et des Finances. Cela s'est produit après que les politiques économiques du gouvernement ont été critiquées pendant le mandat d'Albayrak et que l'indépendance de la banque centrale a été remise en question par les interventions répétées d'Erdogan. Alors que l'inflation a atteint des niveaux record en 2021, la popularité d'Erdogan s'est érodée et des protestations ont éclaté. Sur le plan international, la Turquie est empêtrée dans plusieurs conflits régionaux (notamment en Syrie, en Libye, en Irak et au Haut-Karabakh) et ses relations avec l'Occident sont tumultueuses. Les relations avec l'UE, qui se sont détériorées en 2020 à la suite de l'exploration gazière de la Turquie dans les eaux grecques et chypriotes, ont été rétablies en 2021. L'accord de migration Turquie-UE conclu en 2016, qui garantit que les demandeurs d'asile qui arrivent sur les côtes de l'UE sont réinstallés en Turquie en échange d'un financement de l'UE, a été renouvelé en mars. En 2020, après qu'un certain nombre de soldats turcs aient été tués lors de frappes aériennes dans la province d'Idlib, dans le nord de la Syrie, le gouvernement a déclaré que la Turquie n'empêcherait plus les réfugiés d'entrer en Europe. La Turquie accueille la plus grande population de réfugiés au monde, près de 4 millions, dont environ 3,6 millions de réfugiés syriens (Parlement européen). En septembre, Erdogan a déclaré que la Turquie avait l'intention d'acheter un deuxième lot de systèmes de défense antimissile S-400 à la Russie, risquant des sanctions supplémentaires de la part des États-Unis qui avaient déjà remis en question son adhésion à l'OTAN. Dans le contexte de tensions accrues entre la Russie et l'Ukraine, il est néanmoins dans l'intérêt de la Turquie de maintenir des liens avec l'Ukraine, car le pays est un fournisseur essentiel d'équipements de défense.
Les principaux partis politiques
- Parti pour la justice et le développement (AKP) : centre droit, premier parti du pays, socialement conservateur
- Parti Républicain du Peuple (CHP) : centre gauche, principal parti d'opposition fondé sur des valeurs sociales-républicaines
- Parti d'action nationaliste (MHP) : parti nationaliste
- Parti pour la Paix et la Démocratie (HDP) : centre gauche, pro-kurde et autres minorités
- Le Bon Parti ( IYI Parti) : nationaliste, conservateur
Le pouvoir exécutif
Le président de la République est le chef de l'État. Il ou elle est élu(e) au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans. Il exerce une fonction d'arbitre (promulgation des lois, signature des décrets) et nomme le Conseil des ministres. Le Président nomme également les organes judiciaires, et d'autres organes gouvernementaux.
La fonction de Premier ministre a été abolie à la suite du référendum constitutionnel d’avril 2017.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif en Turquie est monocaméral et il est exercé par le Parlement, appelé Grande Assemblée Nationale de Turquie. Il compte 600 sièges et ses membres sont élus au suffrage universel pour cinq ans selon un système de représentation à la proportionnelle.
 

+

Réponse du pays au COVID-19

Évolution de l'épidémie COVID-19

To find out about the latest status of the COVID-19 pandemic evolution and the most up-to-date statistics on the COVID-19 disease in Turkey, please visit the dedicated portal from the Turkish Ministry of Health.
For the international outlook you can consult the latest
situation reports published by the World Health Organisation as well as the global daily statistics on the coronavirus pandemic evolution including data on confirmed cases and deaths by country.

Mesures sanitaires

To find out about the latest public health situation in the Turkey and the current sanitary measures in vigour, please consult the official platform about COVID-19 of the Ministry of Health (in Turkish). Further updates in English can be found on the website of the US embassy in Turkey.

Restrictions de voyage
The COVID-19 situation, including the spread of new variants, evolves rapidly and differs from country to country. All travelers need to pay close attention to the conditions at their destination before traveling. Regularly updated information for all countries with regards to Covid-19 related travel restrictions in place including entry regulations, flight bans, test requirements and quarantine is available on TravelDoc Infopage.
It is also highly recommended to consult COVID-19 Travel Regulations Map provided and updated on the daily basis by IATA.
The US government website of Centers of Disease Control and Prevention provides COVID-19 Travel Recommendations by Destination.
The UK Foreign travel advice also provides travelling abroad advice for all countries, including the latest information on coronavirus, safety and security, entry requirements and travel warnings.
Restrictions import & export

For the up-to-date information on all the measures applicable to movement of goods during the period of sanitary emergency due to the COVID-19 outbreak (including eventual restrictions on imports and exports, if applicable), please consult the dedicated section on the website of the Turkish Customs Authority (in Turkish). Further details can be found on the “Customs measures” section on KPMG's Turkish website.
For a general overview of trade restrictions due to COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Turkey on the
International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.

Plan de relance économique

To know about the economic measures taken by the Turkish government to address the impact of the COVID-19 pandemic on the national economy, consult the website of the Central Bank of the Republic of Turkey and the report by White & Case. Further information can be found on the dedicated page on the KPMG website.
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 outbreak (fiscal, monetary and macroeconomic) taken by the Hungarian government to limit the socio-economic impact of the COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Hungary in the
IMF’s Policy Tracker platform.

 

Plan de soutien aux entreprises

For the information on the local business support scheme and taxation measures established by the Turkish government to help businesses to deal with the economic impacts of the COVID-19 epidemic on their activity, please consult the overview of the so-called “Economic Stability Shield” provided by the Turkish news agency Anadolu. For further details on the package developed to support small and medium enterprises refer to the country-report by White & Case .
For a general overview of international SME support policy responses to the COVID-19 outbreak refer to the OECD's
SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

Plan de soutien aux exportateurs

For the up-to-date information on possible support plans for exporters in Turkey, if applicable, please consult the website of the Central Bank of the Republic of Turkey.  The Turkish Customs Authority provides an overview of the national export support measures (in Turkish).

 

+