Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

Investissement Direct Etranger

Dans le contexte de troubles sociaux et politiques, les flux d'IDE vers la Tunisie restent en deçà de leur potentiel. Selon le Rapport sur l'investissement dans le monde 2022 de la CNUCED, les entrées d'IDE en Tunisie ont été relativement stables en 2021, lorsqu'elles ont totalisé 660 millions de USD, contre 652 millions un an plus tôt. Le stock d'IDE a atteint 33,4 milliards  de USD, soit près de 72% du PIB du pays. Selon les dernières données de l'Office tunisien des investissements, en 2022, les entrées d'IDE dans le pays ont enregistré une augmentation d'une année sur l'autre de 18,4% pour atteindre un montant de 2,214 milliards de DT. Le secteur manufacturier dans son ensemble a attiré la majorité des investissements (58,7 %). Au sein de ce dernier, le secteur de l'électronique représente à lui seul 48,3 %, devant les industries mécaniques et métallurgiques (14,8 %) et la plasturgie (10,4 %). Le reste des entrées se répartissait entre le secteur de l'énergie (22,2%), les services (18,7%) et l'agriculture (0,4%). En termes de pays, la France est de loin le principal investisseur (plus du tiers des flux totaux), devant le Qatar, l'Italie et l'Allemagne. La répartition régionale confirme une grande disparité entre les régions : plus de 53% des IDE sont concentrés dans les régions du Grand Tunis (principalement le gouvernorat de Tunis) et dans la région du Nord-Est (29,5%).

Les principaux atouts de la Tunisie sont sa proximité avec l'Europe, l'Afrique subsaharienne et le Moyen-Orient, des accords de libre-échange avec l'UE et une grande partie de l'Afrique et une main-d'œuvre instruite. Ces dernières années, le gouvernement tunisien a mené les réformes structurelles nécessaires pour améliorer le climat des affaires en Tunisie, notamment une loi sur les faillites améliorée, un code des investissements et une première « liste négative » et une loi autorisant les partenariats public-privé. Le gouvernement a adopté des lois permettant de créer une entreprise plus facilement (plus de services sont disponibles via le guichet unique et les frais ont diminué) ; l'enregistrement de la propriété est désormais plus rapide et plus transparent et le paiement des impôts est plus facile (mise en place d'un système de contrôle fiscal basé sur les risques). Néanmoins, il existe encore d'énormes obstacles bureaucratiques à l'investissement. Les entreprises publiques sont un acteur majeur de l'économie tunisienne et plusieurs secteurs restent fermés aux investissements étrangers. Le secteur informel, estimé entre 40% et 60% de l'économie globale, reste préoccupant car les entreprises légales sont contraintes de concurrencer les marchandises de contrebande. De plus, le pays est confronté à une forte instabilité politique et sociale, au chômage, à l'inflation et à l'augmentation de la dette publique. La Tunisie se classe à la 107e place sur 177 pays dans l'indice de liberté économique 2022 et à la 70e sur 180 dans l'indice de perception de la corruption.

 
 
Investissement Direct Etranger 202020212022
Flux d'IDE entrants (millions USD) 652660713
Stocks d'IDE (millions USD) 37.95538.93339.467
Nombre d'investissements greenfield* 10814
Value of Greenfield Investments (million USD) 479276409

Source : CNUCED - Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

Comparaison internationale de la protection des investisseurs Tunisie Moyen-Orient & Afrique du nord Etats-Unis Allemagne
Index de transparence des transactions* 6,0 6,4 7,0 5,0
Index de responsabilité des managers** 7,0 4,8 9,0 5,0
Index de pouvoir des actionnaires*** 5,0 4,7 9,0 5,0

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

Note: *Plus l'index est grand, plus les transactions sont transparentes. **Plus l'index est grand, plus les managers sont personnellement responsables. *** Plus l'index est grand, plus les actionnaires ont le pouvoir de défendre leur droit.

+

Pourquoi choisir d'investir en Tunisie

Les points forts

Avantages pour les IDE en Tunisie:

  •     La solvabilité du pays lui donne accès aux marchés internationaux des capitaux et lui permet de trouver sa place dans l'économie mondiale
  •     La diversification croissante de l'économie (tourisme, production minière développée dans les secteurs des phosphates et du pétrole, etc.) renforce sa résistance aux crises économiques
  •     Soutien du FMI et d'autres institutions internationales
  •     L'économie peut compter sur une main-d'œuvre jeune, assez qualifiée et productive à des niveaux de rémunération compétitifs
  •     La proximité du pays avec le marché européen et son accord d'association avec l'UE: la capitale Tunis est, en moyenne, à deux heures de vol des principales capitales européennes
  •     Le système social est bien développé et une politique éducative ambitieuse a été lancée; il vise à réduire le coût social de l'ajustement et à renforcer la modernisation du pays
  •     La transition politique a été progressive et relativement pacifique (par rapport à l'Égypte et à la Libye, par exemple), créant un environnement des affaires généralement positif
  •     Le pays est riche en ressources naturelles, notamment en phosphates et en hydrocarbures.
Les points faibles

Inconvénients pour les IDE en Tunisie:

  •     La réforme économique en Tunisie n'a pas suivi le rythme des réformes politiques depuis la révolution de 2011
  •     Problèmes de corruption et de népotisme
  •     De fortes inégalités sociales et géographiques, qui pourraient être exacerbées après la crise du COVID-19
  •     Les régimes douaniers et fiscaux prohibitifs continuent de faire obstacle aux petites et moyennes entreprises
  •     Déséquilibres structurels des comptes publics et extérieurs, avec une augmentation significative de la dette extérieure
  •     Les entreprises publiques jouent toujours un rôle important dans l’économie tunisienne; de nombreux secteurs restent fermés aux investissements étrangers
  •     Le secteur informel est important (estimé à 40-60% de l'économie par le département d'État américain)
  •     Le niveau élevé de chômage des jeunes, ainsi que le chômage des diplômés universitaires (environ un tiers des chômeurs), sont considérés comme des risques potentiels pour la stabilité sociale et économique
  •     La dette publique élevée du pays et la grande dépendance à l'égard de l'économie européenne rendent l'économie tunisienne vulnérable.
Les mesures mises en place par le gouvernement
Au cours des dernières décennies, la Tunisie a choisi de libéraliser davantage son économie et de l'intégrer dans l'économie mondiale. Une nouvelle loi sur la concurrence a annulé les dispositions précédentes qui fixaient les prix, limitaient l'entrée des entreprises dans certains secteurs et contrôlaient la production, la distribution, les investissements, etc.
En outre, la Tunisie a adopté une nouvelle loi sur l'investissement qui simplifie les procédures d'obtention des licences, permis et autorisations d'investissement et limite les restrictions à l'embauche de travailleurs étrangers. La loi a créé le Haut Conseil des investissements en tant qu'organe central pour remplacer la multitude d'organes administratifs qui délivraient auparavant ces documents requis. L'embauche de travailleurs étrangers est également facilitée par cette loi, ajoutant un élément de flexibilité à ce qui est par ailleurs la réglementation du marché du travail la plus rigide de la région MENA. D'autres initiatives comprennent une nouvelle loi sur la faillite, un code des investissements et une loi permettant les partenariats public-privé. Le Parlement tunisien a également adopté la loi 2019-47, qui contient 38 amendements pour remédier aux lacunes des lois et réglementations existantes qui ont entravé l'investissement.

La Tunisie a des zones de libre-échange (appelées Parcs d’Activités Economiques) à Bizerte et à Zarzis, où les entreprises sont exonérées de taxes et de droits de douane et bénéficient d’opérations de change illimitées. La production de ces zones a une entrée en franchise limitée en Tunisie à des fins de transformation et de réexportation.

De plus amples informations sont disponibles sur le site Web de l'Agence de promotion des investissements étrangers (FIPA).

+

Les opportunités d'investissement

Les secteurs économiques clés
Énergie, textiles et vêtements, tourisme, pièces automobiles et autres activités de fabrication légère.
Les secteurs à fort potentiel
Electronique, centres d'appels, aérospatiale et aéronautique, agro-alimentaire.
Les programmes de privatisation
Des programmes de privatisation ont eu lieu dans plusieurs secteurs, dont: la cimenterie (Carthage Cement), la production d'électricité (STEG), la construction d'autoroutes, de banques (STB, BH, BNA), le traitement des eaux usées et des déchets solides, les télécommunications, le dessalement de l'eau, la distribution de carburant , banque et assurance (Banque de Tunisie et Zitouna Bank), etc.
On s'attend à ce que le gouvernement vende davantage ses participations dans les banques publiques, bien qu'aucun calendrier précis n'ait été annoncé jusqu'à présent.
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Tenders Info, Appels d'offres en Tunisie
Globaltenders, Appels d'offres et projets en Tunisie
DgMarket, Appels d'offres dans le monde
 

Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres

Les secteurs monopolistiques
Les entreprises publiques jouent toujours un rôle de premier plan dans l'économie tunisienne. Certains d'entre eux travaillent en monopole, principalement dans des secteurs considérés comme sensibles par le gouvernement, tels que le transport ferroviaire, la distribution d'eau et d'électricité, la logistique portuaire, l'importation de produits alimentaires de base et d'articles stratégiques.
D'autres entreprises publiques sont en concurrence avec le secteur privé (c'est-à-dire dans les secteurs des télécommunications, de la banque et de l'assurance).
Les secteurs en déclin
Industrie du cuir et de la chaussure, papier, carton, plastique, bois et matériaux de construction.
 

+