Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

La conjoncture économique

La situation politique et sécuritaire précaire qui caractérise la République centrafricaine (RCA) depuis 2013 a un impact négatif sur la croissance économique. D'un point de vue économique, le PIB de l'Afrique centrale, estimé à 1 530 milliards de francs CFA (environ 2,3 milliards d'euros) en 2023, est inférieur de 20 % en termes réels par rapport à 2012. La croissance économique récente a été principalement tirée par l'exploitation forestière, l'extraction de l'or et du diamant, ainsi que par la construction et les travaux publics. La croissance économique a connu une légère hausse, passant de 0,5 % en 2022 à 0,9 % en 2023, principalement sous l'influence d'une disponibilité restreinte de carburant et de performances agricoles mitigées. La pénurie de carburant a entraîné une hausse des coûts de transport et a perturbé la production et le commerce locaux. En outre, la production de diamants, un produit d'exportation important, a diminué de 6,7 % au cours de l'exercice 2022/23 en raison d'une baisse de la demande internationale dans un contexte de montée en puissance des diamants synthétiques. Les perspectives à moyen terme indiquent une reprise économique progressive, mais qui reste sujette à des défis. La croissance du PIB réel devrait se redresser lentement pour atteindre 1,3 % en 2024 et 1,8 % en moyenne en 2025-26, sous réserve de facteurs tels que le deuxième décaissement de l'aide budgétaire de la Banque africaine de développement (BAD) et les ajustements politiques visant à améliorer la disponibilité des carburants (données de la Banque mondiale).

Depuis 2020, les vulnérabilités macro-budgétaires de la République centrafricaine se sont aggravées en raison d'une succession de chocs externes, notamment la recrudescence de l'insécurité et de la violence, la pandémie de COVID-19 et l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Ces chocs ont mis à rude épreuve les finances publiques, accentué les pressions inflationnistes, mis en péril la sécurité alimentaire et entravé les initiatives de réduction de la pauvreté. En outre, les chocs liés au climat, tels que les sécheresses et les inondations, persistent, exacerbant une situation humanitaire déjà désastreuse, en particulier dans les régions reculées. Malgré les améliorations en cours, le solde budgétaire global reste structurellement déficitaire en 2023, la dette publique augmentant pour atteindre 55,7 % du PIB. Les pénuries de carburant au cours du dernier trimestre de l'année ont entraîné une baisse de la collecte de la taxe sur les produits pétroliers, ce qui a contribué au déficit. Les efforts de mobilisation des recettes intérieures, y compris la mise en œuvre d'une nouvelle taxe sur les communications électroniques, ainsi que le contrôle des dépenses courantes et l'augmentation des dons extérieurs, ont facilité la réduction des déséquilibres budgétaires globaux en 2023. Cependant, la dette intérieure devrait atteindre 21 % du PIB en 2023, avec des rendements sur les émissions à 3 ans qui se maintiennent autour de 11 %, parmi les plus élevés de la région CEMAC. Malgré la hausse des coûts de transport, l'inflation a reculé de 5,6 % en 2022 à 3,0 % en 2023, marquant ainsi son niveau le plus bas depuis 2021. Toutefois, l'inflation devrait dépasser le plafond régional en 2024 et rester élevée à moyen terme (Banque mondiale). Selon le FMI, plusieurs défis économiques et sociaux persistent à court et moyen terme. Tout d'abord, la crise actuelle du secteur de l'énergie, en particulier des carburants et de l'électricité, continue d'affecter à la fois l'activité commerciale et le bien-être des ménages. Deuxièmement, une série de chocs récents, associés à des filets de sécurité sociale inadéquats, ont exacerbé la crise humanitaire complexe à laquelle le pays est confronté. Enfin, ces défis sont encore exacerbés par la marge de manœuvre budgétaire limitée dont dispose le gouvernement, compte tenu des risques accrus liés à la dette publique. Outre le FMI, divers partenaires techniques et financiers, dont la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et l'Union européenne, sont activement engagés en République centrafricaine. Leurs interventions englobent un large éventail de projets dans de multiples secteurs.

La pauvreté persiste à des niveaux élevés, avec une estimation de 65,9 % de la population vivant dans l'extrême pauvreté en 2023, définie comme tombant sous le seuil international de pauvreté de 2,15 USD par personne et par jour (PPA 2017). Le taux d'extrême pauvreté devrait augmenter d'un point de pourcentage au cours des deux prochaines années en raison de la croissance négative par habitant (Banque mondiale). Au 31 décembre 2023, le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays s'élevait à environ 511 803 individus, tandis qu'environ 754 421 personnes étaient enregistrées en tant que réfugiés dans les pays voisins. Par ailleurs, la Banque mondiale a estimé le taux de chômage du pays à 6,3 % en 2023, tandis que le PIB par habitant (PPA) s'élevait à 973 USD, soit l'avant-dernier rang mondial.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 2,462,632,812,993,17
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 0,50,71,31,71,9
PIB par habitant (USD) 490514538559580
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 54,255,755,654,450,7
Taux d'inflation (%) 5,63,24,74,63,8
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,31-0,24-0,22-0,20-0,17
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -12,7-9,0-7,7-6,7-5,4

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par la Coface.

 

+

Les principaux secteurs économiques

Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 68,5 6,7 24,8
Valeur ajoutée (en % du PIB) 29,3 19,0 40,6
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -2,4 -3,9 0,6

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Franc CFA BEAC (XAF) - Taux de change annuel moyen pour 1 USD 593,01582,09555,72585,90575,59

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

+

Commerce extérieur

Traditionnellement, la République centrafricaine (RCA) est très favorable au commerce international, qui représente environ 45 % du PIB du pays (Banque mondiale, dernières données disponibles). Cependant, les politiques protectionnistes du pays ont limité son ouverture et les droits de douane sont relativement élevés. En outre, certains produits agricoles bénéficient de protections tarifaires plus élevées. Malgré un accès facile à son marché intérieur, la RCA n'accorde pas de tarifs préférentiels aux autres pays. La RCA est membre de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) et de l'OMC. Le pays exporte principalement de l'or (44,4% du total), des pièces et accessoires pour tracteurs (14,1%), des diamants (12,2%), et des machines et appareils électriques (7%) ; tandis que les importations sont dominées par les moteurs (12%), les médicaments (6,7%), les avions à moteur (6,3%), les bâtiments préfabriqués (4,8%), les huiles de pétrole (4,1%), et le sang humain (2,5% - Centre du commerce international, 2022).

Les principaux clients de la RCA sont les Émirats arabes unis (40,9 %), le Pakistan (19,8 %), l'Italie (12,6 %), la France (9 %) et le Cameroun (7,2 %). Ses principaux fournisseurs sont le Cameroun (40,2%), les Etats-Unis d'Amérique (9,7%), la France (8,1%), la Chine (7,9%), la Belgique (3,4%) et l'Inde (3,1% - International Trade Centre, 2022).

La balance commerciale de la RCA est structurellement déficitaire, une tendance qui devrait se poursuivre dans les années à venir. En 2022, la RCA a exporté pour 143 millions USD de marchandises et importé pour 496 millions USD (données OMC). Selon les dernières données disponibles, en 2020, le pays a exporté pour 291 millions de dollars de services, contre 354 millions d'importations. En 2022, la Banque mondiale estime que le déficit commercial du pays représentera 20,6 % du PIB, contre 17,7 % un an plus tôt.

 
Valeurs du commerce extérieur 20192020202120222023
Importations de biens (millions USD) 613506458529502
Exportations de biens (millions USD) 148134150143137
Importations de services (millions USD) 46935400n/a
Exportations de services (millions USD) 35729100n/a

Source : Organisation mondiale du commerce (OMC) ; dernières données disponibles

Indicateurs du commerce extérieur 20182019202020212022
Commerce extérieur (en % du PIB) 49,750,149,544,745,9
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) -5,44,91,0-10,37,0
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) -52,12,0-2,8-5,5-6,5
Importations de biens et services (en % du PIB) 33,734,334,330,532,6
Exportations des biens et services (en % du PIB) 15,915,815,214,213,3

Source : Banque mondiale ; dernières données disponibles

Prévisions du commerce extérieur 20232024 (e)2025 (e)2026 (e)2027 (e)
Volume des exportations de biens et services (variation annuelle en %) 8,0-0,111,24,85,9
Volume des importations de biens et services (variation annuelle en %) 5,05,99,64,17,9

Source : IMF, World Economic Outlook ; Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

 
La coopération économique internationale
Membre de l'Union africaine (UA)

Membre de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD)

Membre de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC)

 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2022
Emirats Arabes Unis 40,9%
Pakistan 19,8%
France 9,0%
Cameroun 7,2%
Suisse 2,8%
Voir plus de pays 20,3%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2022
Cameroun 40,2%
Etats-Unis 9,7%
France 8,1%
Chine 7,9%
Belgique 3,4%
Voir plus de pays 30,7%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 

+