Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

La conjoncture économique

Pour les dernières prévisions sur les impacts économiques causés par la pandémie de coronavirus, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19" pour les réponses économiques clés des gouvernements.

La situation politique et sécuritaire précaire qui caractérise la République centrafricaine (RCA) depuis 2013 impacte négativement la croissance économique. Depuis 2020, les effets économiques néfastes de la pandémie de Covid-19 ont encore aggravé les nombreux défis auxquels le pays est confronté. Après s'être contractée de -1 % en 2021, la croissance du PIB devrait se redresser à 4 % en 2022 et 5 % en 2023 (FMI), soutenue par la consommation privée et les prix élevés des matières premières. La croissance économique devrait être soutenue par l'achèvement des projets énergétiques et la reprise des activités agricoles et minières, ainsi que par l'aide internationale.

La RCA n'a été que peu touchée sur le plan sanitaire par la pandémie de Covid-19, mais elle a souffert de ses conséquences économiques. Fin 2020-début 2021, la détérioration de la situation sécuritaire et la fermeture prolongée du corridor commercial avec le Cameroun ont eu un impact économique et fiscal important. Les subventions ont également été retardées en raison de la détérioration des relations avec les donateurs de la RCA. Les réformes fiscales ont néanmoins permis d'améliorer les finances publiques. Le déficit budgétaire qui est passé à -3,3% du PIB en 2020 a diminué à -1,1 % PIB en 2021, et devrait rester stable à -1,2 % PIB en 2022 (Coface). La RCA est fortement dépendante d'une aide extérieure qui permet au pays de limiter son déficit budgétaire. Plus de la moitié des dépenses publiques sont couvertes par des financements externes multi- ou bilatéraux, dont une grande partie sous forme de dons (Coface). Le ratio de la dette publique au PIB est passé de 44,1 % en 2020 à 46,5 % en 2021, et devrait suivre une tendance à la baisse et atteindre 44 % en 2022 et 42,3 % en 2023 (FMI). Il est inférieur au plafond de 70 % imposé par la CEMAC, mais plus des trois quarts de la dette publique est extérieure, exposant la RCA à un risque élevé de surendettement. L'inflation est passée de 2,3 % en 2020 à 3,7 % en 2021 (FMI), reflétant la détérioration des conditions de sécurité. Elle devrait diminuer et se stabiliser à 2,5 % en 2022 et 2023 (FMI). Les priorités du gouvernement restent le soutien à la relance économique et à la réduction de la pauvreté et la poursuite du programme de réformes structurelles soutenu par le FMI. En décembre 2019, le FMI a approuvé un accord triennal au titre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC) pour un montant d'environ 115,1 millions de USD. Ce programme vise à maintenir la stabilité macroéconomique, à renforcer les capacités administratives, la gouvernance et le climat des affaires et à répondre aux besoins de la balance des paiements. En raison de sa mauvaise mise en œuvre et de l'intensification du conflit intérieur, le programme a été suspendu. En décembre 2021, le FMI a approuvé un programme suivi par le personnel (SMP) de sept mois, conçu pour aider les autorités à relever les défis économiques liés à la crise sécuritaire et à la pandémie de Covid-19. Sa mise en œuvre satisfaisante est une condition de la reprise de la FEC. La RCA reste dans une situation très fragile, avec un environnement sécuritaire instable, des capacités administratives limitées, une mauvaise gouvernance et un manque de cohésion sociale.

Selon la Banque mondiale, plus de 70 % de la population centrafricaine vit en dessous du seuil de pauvreté et les inégalités sont considérables. Selon l'indice de développement humain 2020 publié par le PNUD, la République centrafricaine était classée 188e (sur 189 pays). Le chômage est élevé, malgré des statistiques officielles trompeuses (6,4 % de la population en 2020 selon la Banque mondiale). La crise sécuritaire que la nation a enregistrée ces dernières années a creusé les inégalités sociales ainsi que le déficit des infrastructures sociales de base. Le pays compte plus de 630 800 déplacés internes et 632 000 réfugiés centrafricains ont trouvé refuge dans les pays voisins (Banque mondiale). La mission de paix des Nations unies (Minusca) a subi des pertes dans ses rangs et ne semble pas disposer de moyens suffisants.

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 2,282,392,592,803,02
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 3,01,0-1,04,05,0
PIB par habitant (USD) 480e494526557589
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 47,2e44,146,544,042,3
Taux d'inflation (%) 2,72,34,34,03,6
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,11-0,21-0,18-0,17-0,18
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -4,9-8,6-6,9-6,1-5,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Note: (e) Estimated Data

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par la Coface.

 

+

Les principaux secteurs économiques

Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 69,8 6,3 23,9
Valeur ajoutée (en % du PIB) 33,9 20,8 42,5
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -1,0 0,2 0,6

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Franc CFA BEAC (XAF) - Taux de change annuel moyen pour 1 USD 593,01582,09555,72585,90575,59

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

+

Commerce extérieur

Traditionnellement, la République centrafricaine (RCA) est très favorable au commerce international. Le commerce international représentait 52 % du PIB du pays en 2020 (Banque mondiale). Cependant, les politiques protectionnistes du pays ont limité son ouverture et les droits de douane sont relativement élevés. De plus, certains produits agricoles bénéficient de protections tarifaires plus élevées. Malgré un accès facile à son marché intérieur, la RCA n'accorde pas de tarifs préférentiels aux autres pays. La RCA est membre de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Le pays exporte principalement de l'or (25,19 % des exportations totales), des véhicules (24,81 %), du bois (18,23 %), des diamants (16,43 %) et des machines (9,29 %). Les principales importations de la RCA comprennent les véhicules (18,22 % des importations totales), les combustibles minéraux (12,97 %), les équipements électriques (10,04 %), les médicaments (9,66 %) et les machines (6,87 %) (Centre du commerce international, 2020)

Les principaux clients de la RCA sont les Emirats Arabes Unis (24,3 % des importations totales), la Suède (15,2 %), la France (10,2 %), la Suisse (8 %), l'Ouganda (7 %) et la Chine (6,9 %). Ses principaux fournisseurs sont le Cameroun (26,2 % des importations totales), la Chine (17,1 %), la France (14 %), la Belgique (7,1 %), l'Italie (5,1 %) et les États-Unis (3,6 %) (Centre du commerce international, 2020). Les problèmes de sécurité ont un impact majeur sur le commerce, comme l'illustre la fermeture de trois mois du corridor Bangui-Douala début 2021.

La balance commerciale de la RCA est structurellement déficitaire, une tendance qui devrait se poursuivre dans les années à venir. En 2020, la RCA a exporté 125 millions de USD de marchandises et importé 602 millions de USD. En 2018, les exportations de services ont atteint 52 millions de USD, tandis que les importations se sont élevées à 394 millions de USD (OMC). En 2019, les importations de biens et services ont augmenté de 8 % par rapport à 2018, tandis que les exportations ont diminué de 2 % (Banque mondiale). En 2020, en raison de la crise du COVID-19, les volumes du commerce mondial ont fortement diminué. La demande de diamants centrafricains a chuté tandis que les exportations de bois ont été affectées par des perturbations de la chaîne d'approvisionnement. Les importations ont également diminué en raison de la baisse des prix du pétrole et de la baisse de la demande des ménages. En 2022, les exportations devraient être stimulées par la flambée des prix et l'augmentation de la demande de bois ; tandis que les importations seront portées par la hausse des prix du pétrole (Coface).

 
Valeurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Importations de biens (millions USD) 382368606603602
Exportations de biens (millions USD) 93140164147125
Importations de services (millions USD) n/a039400
Exportations de services (millions USD) n/a05200

Source : Organisation mondiale du commerce (OMC) ; dernières données disponibles

Indicateurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Commerce extérieur (en % du PIB) 50,557,165,952,249,8
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) 5,216,122,38,2n/a
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) -8,222,914,7-2,2n/a
Importations de biens et services (en % du PIB) 35,739,947,035,834,0
Exportations des biens et services (en % du PIB) 14,817,318,916,415,8

Source : Banque mondiale ; dernières données disponibles

Prévisions du commerce extérieur 20212022 (e)2023 (e)2024 (e)2025 (e)
Volume des exportations de biens et services (variation annuelle en %) -6,224,75,34,56,2
Volume des importations de biens et services (variation annuelle en %) -7,318,6-2,55,29,3

Source : IMF, World Economic Outlook ; Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

 
La coopération économique internationale
Membre de l'Union africaine (UA)

Membre de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD)

Membre de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC)

 
 

+