Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

Le consommateur

Le profil du consommateur
En Nouvelle-Zélande, le PIB par habitant est de 47 500 dollars US en 2021 (FMI) et la croissance économique reste forte, soutenue par la croissance élevée de la population, la consommation des ménages et l’explosion du tourisme. De 2019 à 2020, les revenus des ménages ont progressé de 3,6% et depuis 2016 leurs dépenses ont augmenté de 7% (Stats NZ). Les inégalités de revenus sont encore relativement élevées pour un pays développé : les revenus des 10% les plus riches sont 4,3 fois plus élevés que ceux des 10% les plus pauvres (OCDE, dernières données disponibles). Avec la hausse des loyers, certains ménages vulnérables peuvent seulement subvenir à leurs besoins primaires. Néanmoins, le pouvoir d’achat en Nouvelle-Zélande est plutôt élevé et la plupart des Néo-Zélandais sont confiants en ce qui concerne les aspects financiers de leur vie. Les consommateurs néo-zélandais sont relativement aisés. Alors qu’ils ne sont pas très intéressés par les achats de produits haut de gamme, ils ont des goûts et des centres d’intérêt variés. Ils accordent de la valeur au confort de leur foyer et ils s’intéressent aux technologies innovantes et à la mode européenne et nord-américaine. Le bricolage et les produits pour l’extérieur sont aussi des domaines en croissance. Selon une enquête des autorités nationales de protection des consommateurs, les consommateurs néo-zélandais sont en général sûr d’eux et confiants quand ils font des achats. D’après une étude de Nielsen, 73% des consommateurs recherchent des offres exceptionnelles. Même si les consommateurs néo-zélandais sont de plus en plus conscients des problèmes de santé, l’industrie du fast-food reste un marché intéressant. La croissance rapide des ventes de services en ligne a constitué une nouvelle demande pour les distributeurs en ligne. Les Néo-Zélandais sont habiles avec la technologie et disposés à passer du temps et à dépenser de l’argent en faisant des achats sur internet. À titre d’exemple, 10% des Néo-Zélandais se connectent régulièrement sur de sites de distributeurs.
Le comportement de consommation
La Nouvelle-Zélande est un pays multiethnique, avec des personnes venant d'Europe (71,7%), d'Asie (15,1%) et du Pacifique (8,1%), ainsi que des natifs maoris (16,5%) (dernier recensement de Stats NZ). En 2019, 86,6% des citoyens de Nouvelle-Zélande vivaient en ville (Banque mondiale, dernières données disponibles). 52% des Néo-Zélandais préfèrent acheter des produits fabriqués en Nouvelle-Zélande aussi souvent que possible (enquête Nielsen).
Récemment, les dépenses ont augmenté de manière conséquente dans le domaine de l'alimentation et des boissons, en grande partie grâce au tourisme. Le service client est un facteur de vente important. La qualité du service va parfois dépendre de la vitesse à laquelle un produit peut être livré.
Il y a beaucoup de similitudes entre les marchés des pays européens et celui de la Nouvelle-Zélande, en ce qui concerne le mode de vie et les habitudes de consommation. Les Néo-Zélandais, ou les Kiwis comme on les nomme familièrement, ont un niveau de qualification élevé et tendent à être relativement aisés. Les Néo-Zélandais aiment consommer, sont passionnés de sport et ont une vie plutôt active. Dans son enquête Active NZ 2019, Sport NZ a indiqué que 72 % des adultes du pays pratiquaient un sport chaque semaine. Cela prouve que les Néo-Zélandais sont soucieux d’avoir un mode de vie sain.
Ils sont aussi susceptibles de consommer des produits alimentaires sains. En tant que consommateur, le Néo-Zélandais est attentif à l’aspect pratique, à la gestion efficace de son temps et aux qualités nutritionnelles. Le commerce en ligne est bien développé en Nouvelle-Zélande : le marché représente environ 4 milliards de dollars US en 2019 (J.P. Morgan, dernières données disponibles), avec 50 % des Néo-Zélandais faisant des achats en ligne (2020 New Zealand eCommerce Review). Les voyages constituent le premier segment en termes de vente et il est suivi par les vêtements, les divertissements et la nourriture fast-food. Près d’un tiers des achats proviennent d’outre-mer (en grande partie d’Australie, de Chine et des États-Unis).
Les associations de consommateurs
Consumer.org
 

+

Importation et distribution

Les procédures d'importation
Il y a peu d'exigences de documentation pour l'importation et l'exportation de marchandises. Le site Web du Service des douanes de Nouvelle-Zélande présente les exigences minimales. L'importateur, ou un courtier en douane travaillant pour l'importateur, doit effectuer toutes les déclarations d'importation par voie électronique.
Tous les produits commerciaux introduits dans le pays doivent soumettre un formulaire d'inscription des douanes ou le document de dédouanement informel (ICD). Ces documents doivent être soumis 20 jours avant l'arrivée par un courtier en douane qualifié ou par un importateur qualifié. L'ensemble des factures et des documents relatifs aux importations doivent inclure en particulier une description complète des marchandises, la monnaie de référence, les coordonnées de contact de l'acheteur et du vendeur, le nom du bateau ou le numéro de vol de l'avion utilisé.
Les procédures d'importation sont décrites sur le site du service néo-zélandais des douanes.
Les procédures génériques de dédouanement à l'importation sont disponibles sur le site Web de l'Autorité pour la Sécurité des Aliments.
Les acteurs de la distribution
En 2021, la Nouvelle-Zélande se situe au huitième rang des prix les plus élevés de l'OCDE pour les produits échangeables. La chaîne des supermarchés Foodstuffs détient environ 53% du marché de la distribution alimentaire (Canstar Blue, 2020). Woolworths est son principal concurrent, et leur marque de vente au détail est connue comme Countdown (32,4 % de part de marché - Canstar Blue, 2020). Ces deux entreprises forment un duopole comptant plusieurs centaines de magasins. Les ventes réalisées par les supermarchés ont connu une croissance stable au cours des dernières années, mais le nombre de magasins de proximité est en augmentation, avec un volume des ventes en augmentation constante. Les clients néo-zélandais préfèrent les centres commerciaux, mais les magasins indépendants et spécialisés ont su s'adapter et ont réussi à cibler les clients aux revenus élevés. Les supermarchés Gourmet attirent de plus en plus de clientèle. Les supermarchés tels que Farro et Jones the Grocer sont tous les détaillants basés sur Auckland qui font appel aux consommateurs aux revenus élevés, ayant un goût pour des produits artisanaux et des produits dont la qualité est garantie.

+

Gérer une entreprise

Types d'entreprise

Société individuelle
Nombre de partenaires et d'associés : Un partenaire
Capital minimum et/ou maximum : Pas de minimum
Responsabilité des associés : Illimitée
Société à responsabilité limitée
Nombre de partenaires et d'associés : Pas de limite. Selon les termes de la législation sur les sociétés de 1993, il doit y avoir un actionnaire ou directeur, ou plus (cela peut être la même personne).
Capital minimum et/ou maximum : 1 NZD
Responsabilité des associés : La responsabilité est limitée au montant des apports.
Trust
Nombre de partenaires et d'associés : 1 administrateur
Capital minimum et/ou maximum : 1 NZD
Responsabilité des associés : Bien fiduciaire
Société à responsabilité limitée (partenariat)
Nombre de partenaires et d'associés : 2 minimum (un partenaire général et un partenaire limité), pas de maximum.
Capital minimum et/ou maximum : pas de capital minimum.
Responsabilité des associés : Les partenaires passifs ne sont responsables qu'à hauteur de leur apport dans le partenariat. Responsabilité conjointe et plurielle pour les partenaires actifs.
 
Créer une entreprise Nouvelle-Zélande OECD
Procédures (nombre) 1,0 5,2
Temps (jours) 0,5 9,5

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

 

Le coût du travail

Le salaire minimum
En 2021, le salaire minimum est de 20 NZD par heure selon le ministère néo-zélandais des affaires, de l'innovation et de l'emploi.
Le salaire moyen
En 2019, le salaire moyen atteignait 30,58 NZD par heure selon Stats NZ (dernières données disponibles).
Les cotisations sociales
Les contributions sociales payées par l'employeur: Il n'existe pas de sécurité sociale en Nouvelle-Zélande. Le paiement des cotisations de sécurité sociale en Nouvelle-Zélande se fait par le biais de l'impôt sur le revenu (PAYE).
Cela dit, les employeurs contribuent à un fonds pour les indemnités d'accidents du travail à hauteur de 0,8% des salaires, avec des taux pouvant varier selon le secteur de l'employeur et les risques associés. Un taux supplémentaire concernant les véhicules motorisés s'applique pour des blessures causées par des véhicules motorisés sur des routes publiques. Pour plus d'informations, veuillez consulter le site de la Corporation d'Assurance d'Accident (ACC).
L'employeur doit verser au moins 3 % sur le compte KiwiSaver si l'employé est membre de KiwiSaver.
Les contributions sociales payées par l'employé: Les employés ont le droit de participer à KiwiSaver (un système d'épargne). Le taux de cotisation par défaut à KiwiSaver est de 3 %, sauf si l'employé décide de cotiser davantage (jusqu'à 10 %).
Le taux de taxation moyen pour les indemnités d'accidents corporels non liés au travail est de 1,24% du salaire gagné.
 

La propriété intellectuelle

Les organismes nationaux compétents
Pour plus d'informations, rendez-vous sur les sites des deux organismes de réglementation : le Bureau de la propriété intellectuelle de Nouvelle-Zélande et le Conseil des droits d'auteur de Nouvelle-Zélande. Vous pouvez également consulter la politique du pays en matière de propriété intellectuelle sur le site du Ministère du développement économique.
Les organismes régionaux compétents
La Nouvelle-Zélande est membre de l'Intellectual Property Rights Experts Group (IPEG) de la communauté APEC. 
Les accords internationaux
Membre de l'OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle)
Signataire de la Convention de Paris sur la protection de la propriété intellectuelle
Signataire des ADPIC - Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce
 

+

Les taux standards

Les taxes à la consommation

La nature de la taxe
Taxe sur les produits et les services (TPS).
Le taux standard
15%
Le taux réduit
La mise à disposition d’un hébergement et d’autres biens et services domestiques dans une maison de repos qui offre des soins infirmiers et autres services ainsi que les prestations de logement à long terme dans un hôtel ou un motel sont soumises à un taux réduit de 9 %.
Les articles détaxés comprennent les exportations de biens et de services; le transport international de passagers; certains services internationaux ; les premières ventes de métaux précieux raffinés à des fins d'investissement; les fournitures de services financiers à des entreprises qui effectuent des fournitures taxables dépassant 75 % du total des fournitures lorsque le fournisseur a choisi de le faire; certaines transactions impliquant des unités d'émissions ; les marchandises d'occasion exportées si le destinataire s'engage par écrit envers le fournisseur à ce que les marchandises ne soient pas réimportées en Nouvelle-Zélande ; certaines fournitures dont le terrain est une composante par des vendeurs inscrits aux fins de la TPS à des personnes enregistrées ; les fournitures de services à distance effectuées par des fournisseurs non résidents à des clients néo-zélandais inscrits aux fins de la TPS, lorsque le fournisseur choisit d'appliquer le taux zéro.
Les éléments exonérés comprennent les services financiers (bien que certains soient admissibles au taux zéro); ventes de biens donnés par des organisations à but non lucratif; certaines transactions immobilières ; fourniture de métaux précieux.
Les autres taxes à la consommation
Des droits d'accise sont perçus sur les produits pétroliers, les carburants (par exemple le gaz naturel comprimé et le gazole), le tabac et l'alcool.

Les véhicules diesel sont soumis à des redevances d'utilisation des routes, en fonction du type de véhicule et de son poids.

 

Les taxes sur les sociétés

Impôt sur les sociétés
28%
Le taux d'imposition pour les sociétés étrangères
Le prélèvement d'impôt s'étend sur le bénéfice global des entreprises résidentes tandis que les non-résidentes sont uniquement soumises à l'impôt sur leur bénéfices réalisés en Nouvelle-Zélande.
La taxation des plus-values
Les gains en capital ne sont généralement pas imposés en Nouvelle-Zélande. Certaines opérations immobilières sont taxables, comme la vente d'une propriété résidentielle dans les cinq ans suivant son achat (à l'exception d'une maison familiale), ainsi que la vente de biens personnels achetés dans l'intention de les revendre.
Les déductions et les crédits d'impôt
Les dépenses engagées dans le but de générer un revenu sont généralement déductibles. Cependant, les frais de démarrage et le goodwill ne sont pas déductibles aux fins de l'impôt.

Les frais d'intérêts et les créances irrécouvrables (pour l'année au cours de laquelle les créances irrécouvrables sont éliminées) sont déductibles d'impôt. Les dons à des organismes de bienfaisance approuvés par les autorités fiscales néo-zélandaises donnent droit à une déduction fiscale, plafonnée au revenu net de la société au cours d'un exercice fiscal donné. Les frais juridiques sont déductibles s'ils sont payés dans le but de générer un revenu imposable ou d'exercer une activité dont l'objectif est de générer un revenu imposable. Ces frais ne sont pas déductibles lorsqu'ils sont de nature capitale. Les frais de divertissement sont déductibles jusqu'à 50% (100% pour les frais engagés à l'étranger). L'impôt sur les prestations est également déductible d'impôt, de même que les dépenses en R&D.


Les pertes fiscales peuvent être reportées tant que la société maintient une participation minimale de 49% sur une base continue. Le report rétrospectif de pertes est interdit; cependant, à la suite de la pandémie de COVID-19, un report rétrospectif temporaire de perte est possible pour les entreprises qui ont subi une perte au cours de l'année d'imposition 2019-2020 ou qui prévoient être en situation de perte au cours de l'année d'imposition 2020-21.

Les autres taxes sur les sociétés
Le système fiscal néo-zélandais n'impose pas de timbre ni de droit d'apport alors que l'impôt foncier est prélevé à des taux variables selon les régions. En revanche, tous les employeurs sont tenus de payer un impôt sur les avantages sociaux à un taux compris entre 49,25 % et 63,93 %
Le Code des impôts ne prévoit pas explicitement une taxe de sécurité sociale (cette dernière étant financée par l'ensemble des impôts), mais les employeurs sont tenus de cotiser lorsque l'employé décide de s'inscrire au plan d'épargne volontaire (KiwiSaver, taux compris entre 10,5% et 33% en fonction du salaire). Tous les nouveaux employés sont automatiquement inscrits au KiwiSaver et les employeurs sont tenus d'offrir le régime à tous les employés. En outre, un régime légal d'assurance-accidents est financé en partie par les primes payables par les employeurs et les employés à des taux qui varient en fonction de la branche d'activité ou de la classification des risques de l'employeur et du niveau de rémunération des employés.
Lorsqu'elles effectuent des paiements contractuels à des non-résidents en contrepartie d’activités contractuelles menées en Nouvelle-Zélande, les entreprises doivent déduire l'impôt sur les entrepreneurs non-résidents (NRCT), à un taux de 15 % (20 % si les documents pertinents ne sont pas fournis). Certaines transactions sont exemptées, par exemple, pour le paiement de travaux contractuels d'un montant inférieur à 15 000 NZD sur une période de 12 mois, lorsque le non-résident bénéficie d'une exonération totale d'impôt en vertu d'une convention de double imposition (CDI) ou est présent en Nouvelle-Zélande pendant moins de 92 jours sur une période de 12 mois.
Les autres ressources utiles
Revenu intérieur néo-zélandais
Consultez le site Doing Business, pour obtenir un sommaire des impôts et des cotisations obligatoires.
 

Les conventions de non double imposition

Les pays avec lesquels une convention de non double imposition a été signée
Voir la liste des conventions fiscales signées par la Nouvelle-Zélande.
Les retenues à la source
Dividendes : 0/33% (résidents) ; Intérêts : 0/15% ; Redevances : 0 (résidents) /15% (non-résidents).

+