Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

La conjoncture économique

Grâce à une gestion exemplaire de la pandémie, la Nouvelle-Zélande a rebondi plus rapidement que beaucoup d'autres économies avancées. Cette résilience a soutenu l'activité économique, complétée par des investissements et une consommation robustes, facilités par un soutien budgétaire et monétaire généreux. Toutefois, après un resserrement considérable des politiques, l'économie est entrée en récession technique, avec une baisse de 0,1 % du PIB réel en glissement trimestriel (corrigé des variations saisonnières) au premier trimestre 2023, après une baisse de 0,7 % du PIB au quatrième trimestre 2022. Pour l'ensemble de l'année, le FMI estime la croissance à 1,1 % en raison de la détérioration des termes de l'échange, des coûts élevés du service de la dette et de la faiblesse du moral des consommateurs dans un contexte de baisse des prix de l'immobilier et d'atonie du marché de l'emploi. La croissance devrait rester limitée en 2024 (1 %) alors que l'impact du resserrement monétaire se déploie pleinement, avant de s'accélérer à 2,1 % en 2025 (FMI).

En mai 2023, le gouvernement a dévoilé son plan révisé visant à atteindre un excédent budgétaire pour l'exercice fiscal se terminant en juin 2026 (FY26), le reportant d'un an par rapport au calendrier initial. Cet ajustement a été motivé par des perspectives moins optimistes en matière de croissance économique et de recettes fiscales, ainsi que par l'attribution de 0,7 % du PIB aux coûts budgétaires liés aux récentes inondations. En outre, le gouvernement a alloué un montant cumulé supplémentaire de 1,5 % du PIB à la mise en œuvre d'un nouveau plan national de résilience. Le déficit public a été estimé à 5,4 % du PIB en 2023 par le FMI ; il devrait rester au même niveau cette année et diminuer à 3,4 % d'ici 2025. Le ratio dette/PIB, qui était de 46,1 % l'année dernière, devrait suivre une tendance à la hausse et atteindre 49,9 % en 2024 et 52,3 % en 2025, selon le FMI. L'inflation des prix à la consommation a commencé à diminuer au deuxième trimestre de 2023, avec une moyenne estimée à 4,9 % sur l'année. Elle devrait revenir dans la fourchette cible de 1 à 3 % de la Banque de réserve de Nouvelle-Zélande en 2024 (à 2,7 %, selon le FMI). Les défis économiques comprennent la dépendance à l'égard des investissements étrangers, l'endettement élevé des ménages et des entreprises, la dépendance à l'égard de la demande chinoise, le manque de travailleurs qualifiés, la faiblesse de la R&D et la pénurie de logements. L'économie est également vulnérable aux prix internationaux des matières premières, en particulier les produits laitiers et la viande. Des fonds publics importants ont été alloués à la reconstruction des routes et des chemins de fer, ainsi qu'au programme KiwiBuild.

Les conditions du marché du travail restent tendues, caractérisées par une participation record de la population active et une marge de manœuvre négligeable, comme en témoignent les niveaux historiquement bas des taux de chômage et de sous-emploi. Ce scénario a entraîné une pression à la hausse sur les salaires, en particulier dans les secteurs des services et de la construction. Bien que la récente poussée migratoire ait atténué certaines tensions sur le marché du travail, les attentes en matière de croissance des salaires, en particulier à court terme, restent élevées. Le taux de chômage est estimé à 3,8 % en 2023, contre 3,3 % un an plus tôt. Il devrait atteindre 4,9 % cette année (FMI). Parmi les principaux problèmes sociaux auxquels le gouvernement néo-zélandais est confronté, citons le vieillissement de la population et l'augmentation des coûts des soins de santé, la stimulation de l'emploi et des revenus des ménages, ainsi que l'amélioration de l'accessibilité des logements.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 242,35249,04257,63266,77277,69
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 2,40,61,02,02,4
PIB par habitant (USD) 47.28447.53748.53149.64551.049
Solde des finances publiques (en % du PIB) -5,1-4,9-4,2-2,8-1,9
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 47,245,947,448,748,8
Taux d'inflation (%) 7,25,73,12,52,4
Taux de chômage (% de la population active) 3,33,75,05,45,2
Balance des transactions courantes (milliards USD) -21,27-17,08-15,53-14,27-13,31
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -8,8-6,9-6,0-5,4-4,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par la Coface.

 

+

Les principaux secteurs économiques

L'économie néo-zélandaise repose sur l'agriculture et les services tels que le tourisme, le commerce de détail et le commerce de gros. Le secteur agricole est la plus grande industrie du pays, l'élevage pastoral et l'horticulture étant les catégories les plus importantes. L'agriculture représente 5,7 % du PIB et 6 % de la main-d'œuvre totale (Banque mondiale, dernières données disponibles). Les principaux produits agricoles sont les produits laitiers (le pays est le 7e producteur mondial de lait en 2023), la viande, le bois, les fruits (principalement les pêches, les prunes, les nectarines, les drupes, les cerises, les abricots et les kiwis), les légumes, les fruits de mer, le blé et l'orge. La Nouvelle-Zélande possède également une industrie vinicole florissante et est riche en ressources naturelles, en particulier en gaz, en pétrole et en charbon. En moyenne, les migrants représentent 15 % de la main-d'œuvre agricole en Nouvelle-Zélande.

L'industrie représente 19,7 % du PIB et 21 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale). Les principales industries comprennent les grumes et les articles en bois, la transformation des aliments, la fabrication, l'exploitation minière, les équipements de transport, la construction, la production d'aluminium et les produits en papier. On estime que le secteur manufacturier dans son ensemble représente 9 % du PIB. L'industrie de la construction joue un rôle essentiel dans l'économie du pays, contribuant pour plus de 17,5 milliards de dollars néo-zélandais au PIB pour l'année se terminant en septembre 2023 (Statista).

Le secteur des services représente 66,7 % du PIB et emploie 73 % de la population active (Banque mondiale). Les principaux services comprennent les services financiers, les services immobiliers et le tourisme, qui est l'une des principales sources de devises étrangères. D'autres secteurs importants sont le commerce de détail et de gros, les restaurants et les hôtels. Selon les derniers chiffres de l'institut national des statistiques, en 2023, les dépenses touristiques globales se sont élevées à 37,7 milliards NZD, soit une augmentation de 39,6 % (10,7 milliards NZD) par rapport à l'année précédente. Les dépenses du tourisme international ont augmenté de 456,9 % (8,9 milliards NZD) pour atteindre 10,8 milliards NZD. En ce qui concerne le secteur bancaire, d'ici 2023, il y avait 27 banques enregistrées dans le pays, selon la Banque de réserve de Nouvelle-Zélande. À l'instar du secteur bancaire australien, la Nouvelle-Zélande est principalement contrôlée par quatre grandes banques : ANZ, ASB, BNZ et Westpac, qui sont toutes de propriété australienne. En 2022, les banques ont apporté une contribution directe de 9,1 milliards de dollars néo-zélandais à l'économie néo-zélandaise (données NZ Banking Association).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 6,1 20,0 73,9
Valeur ajoutée (en % du PIB) 5,7 19,7 66,7
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -0,5 3,9 5,9

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Dollar néo-zélandais (NZD) - Taux de change annuel moyen pour 1 USD 1,441,411,451,501,54

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

+

Commerce extérieur

Le commerce extérieur est un élément essentiel de l'économie néo-zélandaise, qui est l'une des économies les plus ouvertes au monde. Le commerce représente environ 54 % du PIB (Banque mondiale, dernières données disponibles). Le pays exporte principalement des produits agricoles. En 2022, les exportations étaient dominées par le lait (15 %), le beurre (6,2 %), la viande ovine (6 %), la viande bovine (5,9 %) et le bois (4,9 %), tandis que les importations comprenaient les huiles de pétrole (10 %), les voitures (7,8 %), les véhicules pour le transport de marchandises (2,5 %) et les téléphones (2,5 % - données Comtrade).

Les principaux partenaires d'exportation de la Nouvelle-Zélande en 2022 étaient la Chine (28 %), l'Australie (12,1 %), les États-Unis (10,8 %), le Japon (5,8 %), la Corée du Sud (3,7 %) et l'Indonésie (2,9 %). En revanche, les importations proviennent principalement de la Chine (23,1 %), de l'Australie (11,1 %), des États-Unis (8,9 %), de la Corée du Sud (6,4 %) et du Japon (6,3 % - données Comtrade). Le pays est un membre fondateur de l'Accord global et progressif pour le partenariat transpacifique (CPTPP). Un partenariat économique global régional (RCEP) - l'accord commercial le plus important au monde - a également été signé en 2020. Il inclut 7 des 10 principaux partenaires commerciaux de la Nouvelle-Zélande et 16 pays au total : l'Australie, le Brunei, le Cambodge, la Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Japon, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, la Nouvelle-Zélande, les Philippines, Singapour, la Corée du Sud, la Thaïlande et le Viêt Nam, et pourrait à terme remplacer le CPTPP. En outre, la Nouvelle-Zélande a signé un accord de libre-échange avec le Royaume-Uni le 28 février 2022 et l'Union européenne a conclu les négociations en vue d'un accord commercial global avec la Nouvelle-Zélande le 30 juin 2022, qui a été signé le 9 juillet 2023.

Selon les données de l'OMC, en 2022, les exportations de biens de la Nouvelle-Zélande se sont élevées à 45,1 milliards USD contre 54,2 milliards USD d'importations (+0,7 % et +8,7 % en glissement annuel). En ce qui concerne les services, les chiffres s'élevaient respectivement à 11,4 milliards d'USD et 16,8 milliards d'USD. Le déficit commercial du pays a été estimé à 5,3% du PIB la même année par la Banque mondiale. Selon Stats NZ, les exportations annuelles de biens de la Nouvelle-Zélande ont été évaluées à 41,9 milliards USD au cours de l'année se terminant en décembre 2023, reflétant une baisse de 4,5% par rapport à l'année précédente, selon le département des statistiques Stats NZ lundi. Sur la même période, les importations ont été évaluées à 50,21 milliards de dollars, en baisse de 5%, ce qui a entraîné un déficit commercial annuel de 8,3 milliards de dollars au cours de l'année se terminant en décembre 2023, contre un déficit de 8,91 milliards de dollars au cours de l'année se terminant en décembre 2022, soit le déficit annuel le plus important depuis le début de l'enregistrement.

 
Valeurs du commerce extérieur 20192020202120222023
Importations de biens (millions USD) 42.36337.15249.85554.21949.997
Exportations de biens (millions USD) 39.51738.37744.77745.10241.483
Importations de services (millions USD) 15.56811.45213.72217.16518.457
Exportations de services (millions USD) 17.41711.8949.86511.24016.498

Source : Organisation mondiale du commerce (OMC) ; dernières données disponibles

Indicateurs du commerce extérieur 20182019202020212022
Commerce extérieur (en % du PIB) 55,854,444,048,2n/a
Balance commerciale (hors services) (millions USD) -3.523-2.4371.478-4.133-7.750
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) -1631932.054-8.061-13.865
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) 3,91,0-15,917,3n/a
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) 2,8-0,2-17,61,4n/a
Importations de biens et services (en % du PIB) 27,927,122,226,0n/a
Exportations des biens et services (en % du PIB) 27,927,321,722,2n/a

Source : Banque mondiale ; dernières données disponibles

Prévisions du commerce extérieur 20232024 (e)2025 (e)2026 (e)2027 (e)
Volume des exportations de biens et services (variation annuelle en %) 9,66,45,25,14,8
Volume des importations de biens et services (variation annuelle en %) -0,20,13,13,53,6

Source : IMF, World Economic Outlook ; Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

 
La coopération économique internationale
La Nouvelle-Zélande a signé un accord de libre-échange (CEPA) avec Hong Kong.
 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2022
Chine 28,0%
Australie 12,1%
Etats-Unis 10,8%
Japon 5,8%
Corée du sud 3,7%
Voir plus de pays 39,6%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2022
Chine 23,1%
Australie 11,1%
Etats-Unis 8,9%
Corée du sud 6,4%
Japon 6,3%
Voir plus de pays 44,3%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 

+

Le contexte politique

Les chefs de gouvernement
Reine : Charles III (depuis le 8 septembre 2022)
Gouverneur général : Cindy Kiro (depuis le 21 septembre 2021)
Premier ministre : Christopher Luxon (depuis le 27 novembre 2023)
Les prochaines élections
Élections générales : Octobre 2026
Les principaux partis politiques
La Nouvelle-Zélande a un système multipartite et les principaux partis politiques sont les suivants :

- Parti national: centre-droit, conservateur, libéral
- Parti travailliste: centre-gauche, social-démocrate, égalité sociale et droits universels.

Les autres partis sont les suivants

- Green Party: gauche, social-démocrate
- New Zealand First: centre, conservateur, nationaliste, populiste
- Maori Party: centre-gauche, droits des Maoris
- ACT: droite, libéral.

Le pouvoir exécutif
Le chef d'État est le souverain britannique, représenté par le gouverneur général. Le chef du gouvernement est le Premier ministre, qui est responsable du pouvoir législatif et est également la personne qui nomme le gouverneur général. Le Cabinet est l'organe de décision le plus élevé et il est dirigé par le Premier ministre, qui est le chef parlementaire du parti ou de la coalition au pouvoir. Le Premier ministre détient les pouvoirs exécutifs, qui comprennent la mise en œuvre de la loi et la gestion des affaires courantes du pays.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif est confié à une Chambre des représentants monocamérale de 121 membres. 72 membres sont élus directement par vote populaire dans des circonscriptions uninominales. Ils comprennent sept sièges maoris et 49 sièges proportionnels choisis sur les listes des partis selon le système proportionnel mixte (MMP). Les autres sièges sont attribués à des députés de liste en fonction de la part de chaque parti dans le total des voix. Tous les membres ont un mandat de trois ans.
 

+

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 pandemic (fiscal, monetary and macroeconomic) undertaken by the government of New Zealand, please consult the country's dedicated section in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

+