Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

La conjoncture économique

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Ces dernières années, l'économie marocaine s'est caractérisée par une stabilité macroéconomique et de faibles niveaux d'inflation, s'appuyant principalement sur les exportations, un boom de l'investissement privé et du tourisme. Cependant, le choc du COVID-19 a plongé l'économie marocaine dans sa première récession depuis 1995. L'économie du pays a rebondi en 2021 avec une croissance estimée à 5,7 % grâce à un effet de base et à une performance extraordinaire du secteur agricole, plutôt qu'à une accélération généralisée de l'activité économique (le secteur des services était encore faible, freiné par la sous-performance de l'industrie touristique relativement importante du Maroc). Le PIB devrait retrouver son niveau d'avant la pandémie d'ici 2022, le FMI prévoyant une croissance de 3,1 % cette année et de 3,7 % en 2023, bien que ce scénario de référence soit soumis à une forte incertitude, notamment en raison de la crise sanitaire mondiale, qui a conduit à la fermeture des frontières du pays fin 2021.

Les dépenses courantes de santé et de protection sociale ont connu une forte augmentation afin de contrebalancer les effets de la pandémie, stoppant ainsi les efforts de consolidation budgétaire entrepris par le gouvernement national ces dernières années. Le déficit budgétaire a été estimé à 5,6 % en 2021, et il devrait diminuer légèrement à 5,3 % cette année et 4,9 % en 2023 en raison du rebond du PIB. De même, le ratio de la dette au PIB a grimpé à 75,8 % en 2021 (contre un niveau pré-pandémique de 65,1 %) et devrait rester sensiblement stable autour de 76,6 % sur l'horizon de prévision (FMI). Afin de soutenir les entreprises et les particuliers qui se remettent de l'impact du coronavirus, le gouvernement a mis en place un fonds d'investissement stratégique d'une valeur de 4,8 milliards de dollars, ainsi que d'autres mesures pour aider les personnes travaillant dans le secteur informel, l'émission de garanties partielles aux banques pour prêts accordés aux entreprises, une baisse du taux d'intérêt de référence de la Banque centrale de 75 points de base (à un niveau historiquement bas de 1,5 %) et des injections directes de liquidités dans le système financier. En outre, le pays s'est assuré un bon accès au financement extérieur, grâce à d'importants décaissements multilatéraux et à deux ventes réussies d'obligations souveraines qui ont renforcé les réserves de change. L'inflation a augmenté à 1,4 % en 2021 dans un contexte de hausse des prix mondiaux de l'énergie et ne devrait diminuer que légèrement en 2022 avant d'accélérer à nouveau l'année suivante (1,2 % et 1,6 % - FMI).

Malgré ses niveaux élevés, le taux de chômage avait diminué ces dernières années ; cependant, la propagation de la pandémie a provoqué une poussée, avec un chômage estimé à 12 % fin 2021 (contre 10,2 % avant la pandémie), malgré les efforts du gouvernement pour soutenir l'économie. Dans un contexte mondial très instable, le FMI prévoit une baisse progressive du taux de chômage pour atteindre 11,5 % cette année et 11 % en 2023. Selon la Commission supérieure marocaine du plan, le chômage touche particulièrement les jeunes (15-24 ans – à 26 %) et les jeunes diplômés. Le taux de pauvreté reste l'un des plus élevés de la région méditerranéenne, avec 15% de la population vivant sous le seuil de pauvreté.

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 119,87e114,60126,04132,65140,72
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 2,6-6,35,73,13,7
PIB par habitant (USD) 3.3683.188e3.4713.6173.801
Solde des finances publiques (en % du PIB) -3,8-5,3e-5,6-5,3-4,9
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 65,175,4e75,876,676,6
Taux d'inflation (%) 0,20,61,44,42,3
Taux de chômage (% de la population active) 10,212,212,011,511,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) -4,41-1,68e-3,87-4,32-5,38
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -3,7-1,5e-3,1-3,3-3,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Note: (e) Estimated Data

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par la Coface.

 

+

Les principaux secteurs économiques

Compte tenu de la richesse du sol marocain, l'économie est dominée par le secteur agricole, qui emploie près de 33,2% de la population active et contribue à 11,7% du PIB (Banque mondiale, dernières données disponibles). L'orge, le blé, les agrumes, le raisin, les légumes, l'arganier, les olives, l'élevage et le vin sont les principales cultures du pays. Ces dernières années, le gouvernement a mis l'accent sur ce secteur, à travers son "Plan Maroc Vert" et le Fonds de Développement Agricole. Le secteur a bien performé en 2021 : selon des sources officielles, la production de blé de 2021 était estimée à près de 7,2 millions de tonnes, soit environ 50 % au-dessus de la moyenne et près de trois fois plus que la récolte frappée par la sécheresse en 2020 ; la production d'orge en 2021 est estimée à 2,6 millions de tonnes, soit près de quatre fois la quantité récoltée l'année précédente ; à 10 millions de tonnes, la production céréalière de 2021 a dépassé de plus de 60 % la moyenne quinquennale. La production céréalière du pays est très variable, les barrages locaux assurant l'irrigation de seulement 15 % des terres agricoles et la production agricole pluviale représentant 85 % de la production totale (FAO).

Le Maroc dispose d'une quantité relativement faible de ressources minérales, les phosphates étant sa principale source de richesse. L'industrie contribue à 26,1% du PIB et emploie 23% de la population active. Les principaux secteurs sont le textile, la maroquinerie, l'agroalimentaire, le raffinage du pétrole et l'assemblage électronique. Cependant, de nouveaux secteurs sont en plein essor : la chimie, les pièces automobiles, l'informatique, l'électronique et l'industrie aérospatiale. L'industrie automobile, en particulier, a connu une croissance au cours de la dernière décennie, avec une croissance annuelle à deux chiffres en termes de création d'emplois et d'exportations (devenant le principal secteur exportateur du pays et le principal hub automobile d'Afrique). L'émergence de nouvelles industries devrait permettre au pays de réduire sa dépendance vis-à-vis du secteur agricole. Le secteur industriel marocain est le plus grand bénéficiaire des investissements directs étrangers.

Le secteur des services représente un peu plus de la moitié du PIB et emploie 43,6 % de la population active. Il est tiré par l'immobilier et le tourisme, très dynamiques ces dernières années (représentant environ 11% du PIB et atteignant un record de près de 13 millions d'arrivées en 2019). Néanmoins, les activités tertiaires ont enregistré une tendance à la baisse suite à l'apparition de la pandémie de COVID-19, avec une performance touristique particulièrement faible : selon les derniers chiffres officiels, sur les huit premiers mois de 2021, le nombre de recettes touristiques a diminué de 61,5 % par rapport à la même période en 2019.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 33,3 23,1 43,7
Valeur ajoutée (en % du PIB) 12,2 25,3 51,2
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -7,0 -5,6 -7,4

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Dirham marocain (MAD) - Taux de change annuel moyen pour 1 USD 9,819,699,399,609,50

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

+

Commerce extérieur

Le Maroc est très ouvert au commerce extérieur qui représente 87% de son PIB (Banque mondiale, dernières données disponibles). Les engrais, les voitures, le fil émaillé ou anodisé ont été les principales exportations en 2020 ; tandis que les produits pétroliers représentaient la plus grande part des importations, suivis des automobiles, du blé et du méteil, du gaz, des pièces de véhicules à moteur, des câbles et des fils. Selon les données de l'Office des Changes, en termes de groupes de produits, les exportations ont été tirées par le secteur automobile, devant les industries agro-alimentaires et des phosphates. En revanche, les produits d'équipement ont représenté 25,9% des importations, devant les produits de consommation (23%) et les produits semi-finis (21,3%).

Les principaux partenaires commerciaux du pays sont l'Espagne (23,9 %) et la France (22 %), suivis de l'Italie (4,4 %), de l'Inde (4,3 %) et du Brésil (4,1 %). L'Espagne est également le principal fournisseur (15,4 %), devant la Chine (12,2 %), la France (12 %), les États-Unis (6,3 %) et la Turquie (5,5 %). Alors que les pays européens sont les principaux partenaires commerciaux (65,8% du commerce total), le Maroc a également renforcé son intégration commerciale avec le reste de l'Afrique, notamment à travers la ratification de l'accord de libre-échange continental africain.

Le Maroc a une balance commerciale structurellement négative, qui continue d'épuiser ses réserves de change. En 2020, le déficit commercial global était estimé à 7,6 % du PIB par la Banque mondiale (contre 8,6 % un an plus tôt). Selon les données de l'OMC, en 2020, le Maroc a exporté pour 27,1 milliards de dollars de marchandises, enregistrant une baisse de 6,7 % d'une année sur l'autre ; alors que la valeur de ses importations s'élevait à 43,8 milliards de dollars, soit 13,6 % de moins que l'année précédente. Le Maroc est un exportateur net de services, avec 13,2 milliards de dollars d'exportations (-29,1% en glissement annuel) contre 6,1 milliards de dollars d'importations (-29% en glissement annuel). Les derniers chiffres de l'Office des Changes montrent que sur les neuf premiers mois de 2021, les échanges de biens ont marqué une hausse tant des importations que des exportations : ces dernières ont augmenté de 23,7% pour atteindre une valeur de 382,9 milliards de MAD ; de même, les exportations se sont établies à 233 milliards de dirhams, en hausse de 23,4% par rapport à la même période un an plus tôt. Ainsi, le déficit commercial a affiché une hausse de 24,3% soit 29,3 milliards de MAD pour atteindre 149,9 milliards de MAD

 
Valeurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Importations de biens (millions USD) 41.52844.49051.03850.73443.831
Exportations de biens (millions USD) 22.77325.27228.60929.13227.159
Importations de services (millions USD) 8.6048.7089.2578.6386.130
Exportations de services (millions USD) 15.37916.59217.99318.72813.268

Source : Organisation mondiale du commerce (OMC) ; dernières données disponibles

Indicateurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Commerce extérieur (en % du PIB) 80,984,088,087,178,6
Balance commerciale (hors services) (millions USD) -17.630-18.065-20.253-19.771-15.507
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) -10.739-10.551-12.131-10.049-8.740
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) 14,57,97,43,3-11,5
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) 6,011,16,05,5-14,8
Importations de biens et services (en % du PIB) 45,546,849,248,043,2
Exportations des biens et services (en % du PIB) 35,437,238,839,135,5

Source : Banque mondiale ; dernières données disponibles

Prévisions du commerce extérieur 20212022 (e)2023 (e)2024 (e)2025 (e)
Volume des exportations de biens et services (variation annuelle en %) 10,115,95,76,44,7
Volume of imports of goods and services (Annual % change) 8,19,75,9-0,54,6

Source : IMF, World Economic Outlook ; Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

 
La coopération économique internationale
Le Maroc est membre des organisations économiques internationales suivantes : FMI, Développement (AFESD), CCI, Union du Maghreb arabe (UMA), OMC, Fonds monétaire arabe (FMA), G-77, Ligue arabe, entre autres. Pour la liste complète des organisations économiques et autres organisations internationales auxquelles participe le Maroc, cliquez ici. L'adhésion du Maroc aux organisations internationales est également présentée ici.
Free Trade Agreements
La liste complète et actualisée des accords de libre-échange signés par le Maroc peut être consultée ici.
 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2020
Espagne 23,9%
France 22,0%
Italie 4,4%
Inde 4,3%
Brésil 4,1%
Voir plus de pays 41,3%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2020
Espagne 15,4%
Chine 12,2%
France 12,0%
Etats-Unis 6,3%
Turquie 5,5%
Voir plus de pays 48,7%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 

+

Le contexte politique

Les chefs de gouvernement
Roi : MOHAMED VI (depuis le 30 juillet 1999) - héréditaire
Premier ministre : Aziz AKHANNOUCH (depuis le 7 Octobre 2021)
Les prochaines élections
Chambre des représentants : septembre 2026
Chambre des conseillers : octobre 2027
Le contexte politique actuel
La popularité du roi Mohammed VI n'a pas été lésée par la pandémie de COVID-19 et la crise économique qui a suivi.
Le Roi a nommé un nouveau gouvernement composé d'une coalition de partis libéraux et conservateurs, dirigée par Aziz Akhannouch, après la victoire de son parti le Rassemblement national des indépendants (RNI) aux élections législatives de septembre 2021, qui ont révélé l'effondrement du Parti islamiste de la justice et du développement (PJD) qui avait dirigé le gouvernement au cours des deux législatures précédentes.
Un nouveau gouvernement de coalition a ainsi été formé par les partis libéraux RNI et Authenticité et Modernité (PAM) ainsi que le conservateur Istiqlal. Les trois partis ont obtenu ensemble une majorité confortable, détenant 270 sièges contre les 198 nécessaires pour adopter une législation, annonçant une plate-forme commune partagée axée sur les réformes économiques et sociales. Le budget 2022 du nouveau gouvernement de coalition était axé sur des mesures de création d'emplois et une extension des programmes sociaux.
Le différend avec le Front Polisario, qui revendique l'indépendance du Sahara occidental, reste l'un des principaux défis politiques du Maroc.
Les principaux partis politiques
Système multipartiste composé de nombreux partis. Ces derniers collaborent dans le but de former des gouvernements de coalition.
- Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) : islamiste modéré, dirige la coalition au pouvoir
- Le Parti de l'Istiqlal (PI) : conservateur nationaliste
- le Rassemblement National des Indépendants (RNI) : centriste, relativement tourné vers le libéralisme social
- le Parti Authenticité et Modernité (PAM) : moderniste et réformiste, fondé par un conseiller du Roi et ancien Ministre de l'Intérieur
- l'Union socialiste des forces populaires (USFP) : mouvement socialiste de gauche
- le Mouvement Populaire (MP) : centriste, dominé par des représentants berbères, sans pour autant que les intérêts de cette minorité ne soient au centre des préoccupations du parti.
- l'Union constitutionnelle (UC) : libéral sur le plan économique et socialement conservateur
- Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) : socialiste, anciennement communiste
Le pouvoir exécutif
Le pouvoir exécutif est partagé entre le gouvernement et le roi. Le Premier ministre est élevé au rang de chef du gouvernement et il préside à ce titre le Conseil du gouvernement mais le Conseil des ministres continue d'être présidé par le roi. Le Conseil du gouvernement se compose de tous les ministres, ministres délégués et secrétaires d'État. Il débat des politiques publiques et sectorielles, de l’engagement de la responsabilité du gouvernement devant la Chambre des représentants, des questions d’actualité liées aux droits de l'homme et à l’ordre public, des projets de loi, des décrets, des projets de décrets réglementaires, ainsi que de la nomination des secrétaires généraux et des directeurs centraux de l’administration, des présidents d’universités, des doyens et des directeurs des écoles et instituts supérieurs. Le Conseil de gouvernement n'a qu'un pouvoir délibératif en matière de politique générale de l’État, des conventions internationales et du projet de loi de finances. Le Conseil des ministres, où siègent uniquement le chef du gouvernement et les ministres, a dans ses attributions, l'orientation stratégique de la politique de l’État, la révision de la Constitution, la rédaction des projets de lois organiques, les orientations générales du projet de loi de finances, l’amnistie, l’ébauche des projets de textes relatifs au domaine militaire, la déclaration de l’état de siège et la déclaration de guerre.
Le pouvoir législatif
Le Parlement est composé de la Chambre des Représentants (395 députés élus au suffrage universel direct pour cinq ans) et la Chambre des Conseillers (120 membres élus au suffrage universel indirect pour six ans).
Le Parlement vote les lois ; tout projet de loi doit être successivement examiné par les 2 chambres. Il partage en outre l'initiative des lois avec le Premier ministre.
 

+

Réponse du pays au COVID-19

Évolution de l'épidémie COVID-19

To find out about the latest status of the COVID-19 pandemic evolution and the most up-to-date statistics on the COVID-19 disease in Morocco, consult the official governmental portal CovidMaroc (in French and Arabic), which also provides data about the geographical distribution of the epidemic. For daily updates on the situation, visit the website of the Moroccan Press Agency (MAP – in French). 
For the international outlook you can consult the latest
situation reports published by the World Health Organisation as well as the global daily statistics on the coronavirus pandemic evolution including data on confirmed cases and deaths by country.

Mesures sanitaires

To find out about the latest public health situation in Morocco and the current sanitary measures in vigour, please consult the official government platform CovidMaroc's dedicated pages (in French and Arabic). Further information can be sought on the website of the Ministry of Health (in French and Arabic). Further details in English are available here.

Restrictions de voyage

The COVID-19 situation, including the spread of new variants, evolves rapidly and differs from country to country. All travelers need to pay close attention to the conditions at their destination before traveling. Regularly updated information for all countries with regards to Covid-19 related travel restrictions in place including entry regulations, flight bans, test requirements and quarantine is available on TravelDoc Infopage.
It is also highly recommended to consult COVID-19 Travel Regulations Map provided and updated on the daily basis by IATA.
The US government website of Centers of Disease Control and Prevention provides COVID-19 Travel Recommendations by Destination.
The UK Foreign travel advice also provides travelling abroad advice for all countries, including the latest information on coronavirus, safety and security, entry requirements and travel warnings.

Restrictions import & export

For the up-to-date information on all the measures applicable to movement of goods during the period of sanitary emergency due to the COVID-19 outbreak (including eventual restrictions on imports and exports, if applicable), please consult the website of the Moroccan Customs.
For a general overview of trade restrictions due to COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Morocco on the
International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.

Plan de relance économique
To consult a list of the economic measures put in place by the Moroccan government to address the impact of the COVID-19 pandemic on the national economy, please visit the dedicated pages on the website of the Ministry of Economy and Finance (in French and Arabic). The portal of the Moroccan Ministry of Interior provides information about the support packages for families working in the informal sector affected by the epidemic (in Arabic). For a summary in English of the economic and fiscal measures in vigour, refer to the website of KPMG.
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 outbreak (fiscal, monetary and macroeconomic) taken by the Moroccan government to limit the socio-economic impact of the COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Morocco in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises

For the information on the local business support scheme established by the Moroccan government to help small and medium-sized companies to deal with the economic impacts of the COVID-19 epidemic on their activity, please consult the portal of the Ministry of Economy and Finance (in French and Arabic). The website of the Customs and Indirect Taxes Administration provides additional information (in French).
For a summary in English of the economic and business measures adopted, refer to the website of KPMG.
For a general overview of international SME support policy responses to the COVID-19 outbreak refer to the OECD's
SME Covid-19 Policy Responses document. You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

Plan de soutien aux exportateurs

For the up-to-date information on possible support plans for exporters in Morocco, if applicable, please consult the website of the Ministry of Economy and Finance (in French and Arabic) and that of the national Investment and Trade Agency.

 

+