Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

La conjoncture économique

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Malgré des problèmes de sécurité majeurs, l'économie du Mali a connu des taux de croissance stables au cours de ces dernières années, soutenus par une forte production agricole (en particulier pour le coton) et des prix élevés de l'or. Cependant, le PIB du pays s'est contracté de -1,6% en 2020 en raison du ralentissement économique mondial causé par la pandémie de Covid-19. L'activité économique a rebondi d'environ 4 % en 2021 et devrait encore s'accélérer pour atteindre 5,3 % en 2022 et 5 % en 2023 (FMI), stimulée par la vigueur des secteurs agricole et minier.

Les finances publiques du Mali se sont détériorées en raison du ralentissement économique induit par la pandémie et de l'augmentation des dépenses, et ne se sont pas améliorées en 2021 malgré la reprise économique. Le ratio de la dette au PIB a continué d'augmenter, passant d'environ 47,4 % en 2020 à 51 % en 2021, et ne devrait diminuer que légèrement pour atteindre 50,6 % en 2022 et 50,1 % en 2023 (FMI). La dette publique est majoritairement extérieure et concessionnelle, et repose sur des prêteurs internationaux (Coface). Le déficit budgétaire est passé de -5,4 % du PIB en 2020 à -5,5 % du PIB en 2021, et devrait se réduire à -4,5 % du PIB en 2022, restant au-dessus du critère communautaire de l'UEMOA de 3 % du PIB (Coface). Les revenus de l'extraction de l'or et de la production de coton devraient augmenter, mais les dépenses d'investissement soutenant les grands projets d'infrastructure resteront importantes (Coface). L'inflation est passée de 0,5 % en 2020 à 3 % en 2021, mais devrait diminuer à 2 % en 2022 et 2023, restant en deçà des critères de convergence de la CEDEAO grâce à l'ancrage du franc CFA à l'euro (FMI). Le budget 2022 est axé sur l'assainissement budgétaire et la mise en œuvre du programme du FMI. En février 2021, le Conseil d'administration du FMI a autorisé un décaissement immédiat d'environ 57,6 millions USD pour aider à répondre aux besoins de financement du pays et soutenir les dépenses sociales, dans le cadre d'une facilité de crédit élargie de 3 ans d'une valeur totale de 192 millions USD. Avec ces fonds, le Mali devrait également mettre en œuvre un programme de réformes structurelles visant à améliorer les finances publiques et la gestion de la dette, tout en favorisant la diversification économique, le renforcement des infrastructures énergétiques (électricité) et l'amélioration du capital humain. Cependant, l'instabilité politique pourrait compromettre l'accès au financement. Les principaux défis auxquels le pays est confronté sont la situation sécuritaire fragile, l'instabilité politique, l'insuffisance des infrastructures, les contraintes de capacités financières et gouvernementales, la volatilité des prix des produits de base et les conditions météorologiques défavorables (sécheresse).

Le Mali est classé parmi les pays pauvres très endettés (PPTE) et, à ce titre, a bénéficié de l'annulation de sa dette dans le cadre de l'Initiative PPTE du FMI. Selon les derniers chiffres de la Banque mondiale, 42,3% des Maliens vivent dans une extrême pauvreté. La pauvreté est concentrée dans les zones rurales (90% de tous les pauvres) et dans le sud du pays. Selon les estimations de l'OIT, près des trois quarts de la population économiquement active travaillent dans l'économie informelle; alors que le taux de chômage en 2020 était d'environ 7,7% de la population active totale (Banque mondiale).

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 17,28e17,49e19,5621,2623,11
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 4,8-1,6e4,05,35,0
PIB par habitant (USD) 906e890e9661.0191.076
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 40,647,4e51,050,650,1
Taux d'inflation (%) -2,90,53,02,02,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) -1,29e-0,04-1,03-1,07-1,34
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -7,5e-0,2-5,3-5,0-5,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Note: (e) Estimated Data

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par la Coface.

 

+

Les principaux secteurs économiques

Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 62,4 7,6 30,0
Valeur ajoutée (en % du PIB) 36,1 21,2 34,4
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -5,5 -0,2 1,0

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Franc CFA BCEAO (XOF) - Taux de change annuel moyen pour 1 USD 593,01582,09555,72585,90575,59

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

+

Commerce extérieur

Le Mali a une économie ouverte dans laquelle le commerce représente environ 65 % du PIB du pays (Banque mondiale, 2020). Les droits de douane sont relativement faibles (le taux de droit moyen appliqué est de 10 %) et il existe très peu d'obstacles juridiques ou réglementaires au commerce. Le Mali exporte principalement de l'or (72,9 % des exportations totales en 2019, Comtrade), du coton (11,6 %), des animaux vivants et des engrais ; important principalement des huiles de pétrole (27% des importations totales), du ciment (4%), des médicaments et des appareils électriques.

Le pays est membre de l'OMC, de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dont l'objectif est de réduire les barrières commerciales par la création d'un marché commun. L’un des principaux objectifs du Mali était d’atteindre l’autosuffisance en matière de production céréalière et de devenir le premier fournisseur de céréales des pays d’Afrique de l’Ouest. Cependant, bien qu'il ait obtenu des résultats satisfaisants, le Mali n'est pas encore devenu un exportateur net de céréales. La production de coton, en revanche, a augmenté au cours de la dernière campagne agricole, permettant au Mali de devenir le plus grand fournisseur de coton en Afrique. L'adoption de sanctions économiques par la CEDEAO et l'UEMOA début 2022, notamment un embargo commercial et financier et la fermeture des frontières, pourrait avoir un impact négatif sur le commerce. L'essentiel des exportations du Mali est destiné à l'Afrique du Sud (36,5 % des exportations totales), suivie de la Suisse (35,6 %), du Bangladesh (7,1 %), de la Côte d'Ivoire (4,2 %) et du Burkina Faso (2,8 %). Le Sénégal (qui représente 22,5 % des importations totales du Mali) est le principal fournisseur, suivi de la Chine (15,8 %), de la Côte d'Ivoire (10,6 %) et de la France (7,9 %) (Comtrade, dernières données disponibles).

La balance commerciale du Mali est structurellement déficitaire et largement dépendante des cours des matières premières. Selon les chiffres de l'OMC, en 2020, les exportations de marchandises du pays sont passées à 3,92 milliards USD (contre 3,68 milliards USD en 2019), tandis que les importations de marchandises ont diminué à 4,88 milliards USD (contre 5,13 milliards USD). Le Mali est également un importateur net de services : la valeur des importations de services commerciaux s'est élevée à 1,61 milliard USD, contre 542 millions USD pour les exportations. Selon le gouvernement malien, malgré une production de coton plus élevée attendue en 2022, la baisse des prix de l'or contribuera à la détérioration de la balance commerciale. La facture des importations restera importante, du fait de la reprise de la demande intérieure et des prix élevés de l'énergie (Coface).

 
Valeurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Importations de biens (millions USD) 3.5094.2864.7225.1344.877
Exportations de biens (millions USD) 2.5382.8963.5843.6753.923
Importations de services (millions USD) 2.4191.3231.3941.5321.605
Exportations de services (millions USD) 435441486672542

Source : Organisation mondiale du commerce (OMC) ; dernières données disponibles

Indicateurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Commerce extérieur (en % du PIB) 63,858,160,161,159,8
Balance commerciale (hors services) (millions USD) -577-704-383n/an/a
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) -2.366-2.195-1.894n/an/a
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) 10,8-14,2-12,15,9-3,2
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) -2,011,4-0,12,30,3
Importations de biens et services (en % du PIB) 40,335,935,636,133,4
Exportations des biens et services (en % du PIB) 23,422,224,525,026,4

Source : Banque mondiale ; dernières données disponibles

Prévisions du commerce extérieur 20212022 (e)2023 (e)2024 (e)2025 (e)
Volume des exportations de biens et services (variation annuelle en %) -17,221,59,06,66,5
Volume of imports of goods and services (Annual % change) 2,17,96,56,66,1

Source : IMF, World Economic Outlook ; Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

 
La coopération économique internationale
Membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA)

Membre de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)

 
 

+