Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

La conjoncture économique

Bien que riche en ressources naturelles, Madagascar est l'un des pays les plus pauvres du monde. L'instabilité politique, la faiblesse des institutions et la mauvaise gouvernance ont été des obstacles à la croissance économique du pays. Malgré les pressions inflationnistes liées à l'augmentation des importations de riz, les prix élevés des carburants locaux et l'impact de deux cyclones provoquant des ruptures d'approvisionnement, le pays a connu un taux de croissance économique de 4 % en 2023. En 2024, le développement du secteur des minéraux, sous l'impulsion du nouveau code minier, devrait soutenir la croissance. L'investissement public soutiendra le secteur de la construction à travers des projets d'infrastructures, comprenant notamment la construction d'une conduite d'eau dans le sud et d'une nouvelle autoroute reliant Antananarivo et Toamasina d'ici 2026. Cependant, la consommation privée devrait rester faible en 2024. Pour l'ensemble de l'année, le FMI prévoit une croissance de 4,8 %, suivie de 4,7 % en 2025.

En 2023, le déficit budgétaire s'est légèrement réduit (5,5 %, contre 6 % un an plus tôt - Coface), principalement en raison de l'augmentation des recettes, y compris l'aide étrangère et les impôts, qui ont dépassé les dépenses. Cependant, l'augmentation des pertes de la Jirama, la société nationale de production et de distribution d'eau et d'électricité, suite à un accident dans une centrale hydroélectrique en 2022, a exercé une pression sur le solde budgétaire. Pour éviter l'accumulation d'arriérés et assurer la fourniture d'électricité, le gouvernement a augmenté ses transferts à la Jirama. La mise en œuvre d'un mécanisme automatique de détermination des prix des carburants dès le début de l'année, associée à des réformes de la Jirama, devrait atténuer les risques budgétaires en 2024. Malgré le maintien de dépenses d'investissement élevées pour les projets d'infrastructure du gouvernement, les recettes du secteur minier et les réformes structurelles en cours devraient permettre de réduire le déficit budgétaire. La dette publique - 54 % du PIB en 2023 selon le FMI - sera maintenue à un niveau soutenable, la part extérieure constituant 40 % du PIB, principalement détenue par des institutions multilatérales, et la part intérieure s'élevant à 15,3 % du PIB, principalement détenue par des entreprises d'État. En 2022, l'inflation a atteint 8,1 %, sous l'effet de l'augmentation des coûts de l'énergie et des denrées alimentaires. Pour en atténuer l'impact, le gouvernement a mis en œuvre plusieurs mesures, notamment le plafonnement des prix des biens essentiels tels que le riz, le sucre et le ciment. En outre, les salaires des fonctionnaires ont été augmentés de 17 % en moyenne et la taxe sur la valeur ajoutée sur les carburants a été ramenée de 20 % à 15 %. Malgré ces efforts, l'inflation a grimpé à 10,5 % l'année dernière. Toutefois, elle devrait progressivement diminuer au cours de la période de prévision, pour atteindre 8,1 % d'ici 2025 (FMI).

Le BIT estime le taux de chômage à Madagascar en 2022 à 1,9% de la population active totale, mais les conditions de vie à Madagascar restent parmi les plus faibles au monde. Selon la Banque mondiale, la pauvreté concerne environ 72,5 % de la population, la pandémie ayant aggravé la situation. L'espérance de vie des Malgaches est faible en raison des mauvaises conditions de vie, notamment en matière d'assainissement et d'hygiène. En outre, le pays reste extrêmement vulnérable aux chocs climatiques, tels que les ouragans, les inondations, les invasions de criquets et les crises de santé publique.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 15,1515,7616,7718,3319,76
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 4,04,04,84,74,7
PIB par habitant (USD) 523530548583611
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 55,154,053,554,254,8
Taux d'inflation (%) n/a10,58,88,17,4
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,82-0,62-0,80-0,88-0,96
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -5,4-3,9-4,8-4,8-4,9

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par la Coface.

 

+

Les principaux secteurs économiques

Madagascar est le premier exportateur mondial de vanille. L'agriculture, y compris la pêche et la sylviculture, représente 21,9 % du PIB et emploie 70 % de la population selon les données de la Banque mondiale (même si la majorité des habitants pratiquent une agriculture de subsistance). La principale culture est le riz, cultivé sur près de la moitié des terres agricoles. Les principaux autres produits agricoles sont : le café, la canne à sucre, les clous de girofle, le cacao, le manioc, les haricots, les bananes, les arachides et les produits de l'élevage. Le secteur agricole est limité par une faible productivité due à l'utilisation minimale de techniques agricoles modernes, au manque d'infrastructures et à une grande vulnérabilité aux fluctuations climatiques, mais il bénéficie de nombreux investissements en cours visant à relever ces défis. La déforestation et l'érosion, aggravées par l'utilisation excessive de bois de chauffage, sont très préoccupantes. La récolte de riz paddy devrait atteindre 5,8 millions de tonnes à la fin de la campagne 2023/2024, selon les données du ministère de l'agriculture et de l'élevage. Si cette prévision se concrétise, elle représenterait une augmentation de 10,53 % par rapport au stock produit un an plus tôt, confirmant la dynamique positive du secteur.

Le secteur industriel contribue à hauteur de 21,7 % au PIB et emploie 10 % de la population active (Banque mondiale). Il est dominé par l'exploitation minière (pierres précieuses dont rubis, saphirs, émeraudes, etc.), le textile et l'agro-industrie. Les autres secteurs d'activité sont la savonnerie, la verrerie, le ciment, l'assemblage automobile, le papier et le pétrole. Le secteur manufacturier est assez limité, puisqu'il ne représente que 9 % du PIB. Le développement du secteur industriel est principalement freiné par le manque de rénovation des infrastructures et l'absence d'un approvisionnement énergétique stable et rentable pour les entreprises. L'industrie textile malgache est actuellement sous l'influence de l'île Maurice, opérateur historique dans le secteur de l'habillement, qui a délocalisé une grande partie de sa production à Madagascar pour faire face à la hausse des coûts de production dans son propre pays.

Le secteur tertiaire contribue à 47,1 % du PIB et emploie 20 % de la population active. Le commerce s'est bien comporté avant le ralentissement économique mondial (avec une croissance d'environ 5 % par an), ainsi que le tourisme, qui est l'un des principaux atouts du pays et dont le potentiel est encore inexploité. Selon les chiffres fournis par le ministère du Tourisme, Madagascar a accueilli plus de 157 000 touristes au cours des neuf premiers mois de l'année 2023.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 73,9 10,4 15,7
Valeur ajoutée (en % du PIB) 22,4 22,4 48,0
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 0,9 7,4 -4,8

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Ariary Malgache (MGA) - Taux de change annuel moyen pour 1 USD 3.176,543.116,113.334,753.618,303.787,75

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

+

Commerce extérieur

Le commerce extérieur représente 70 % du PIB de Madagascar (Banque mondiale), un pays qui perçoit une grande partie de ses revenus sous forme de droits de douane, de taxes à l'importation et de TVA sur les importations. Le pays est membre de l'OMC et du COMESA (Marché commun de l'Afrique de l'Est et de l'Afrique australe) et n'a pas de barrières non tarifaires significatives. En outre, la plupart des produits peuvent être importés sans licence d'importation. En 2022, le pays a principalement exporté du nickel brut (24,7 %), des gousses de vanille (15,1 % - traditionnellement le premier poste d'exportation, Madagascar représentant une part importante de la production mondiale), des fruits entiers, des gousses et des tiges (7,8 %), des mattes de cobalt et d'autres produits intermédiaires (6,2 %), ainsi que des textiles. Les principales importations sont les huiles de pétrole (18,0 %), le riz (5,9 %), l'huile de palme et ses fractions (2,9 %), le soufre (2,8 %) et les tissus (2,7 % - données Comtrade).

En 2022, les principaux clients de Madagascar étaient les États-Unis (16,5 %), la France (15,7 %), la Chine (14,2 %), le Japon (12,0 %) et les Pays-Bas (4,5 %), tandis que les importations provenaient principalement de la Chine (21,5 %), d'Oman (11,0 %), de l'Inde (10,0 %), de l'Afrique du Sud (4,9 %) et de la France (4,8 % - données Comtrade). Malgré l'abondance de ses ressources, Madagascar a encore du mal à canaliser ses revenus commerciaux vers le développement. Comme d'autres États insulaires, Madagascar doit faire face à des coûts de transport élevés. Le manque d'infrastructures bien développées rend les transactions commerciales onéreuses, ce qui entrave la compétitivité du secteur privé. Toutefois, le pays vise à améliorer la logistique dans les principaux ports et aéroports afin d'améliorer les échanges commerciaux. Si l'Union européenne est de loin le principal client des produits malgaches, les exportations vers les États membres de l'Accord de libre-échange nord-américain ont reçu un énorme coup de pouce depuis 2017, suite à la décision des États-Unis de réintégrer Madagascar dans leur programme de préférences commerciales (Africa Growth and Opportunity Act).

La balance commerciale du pays est traditionnellement négative et malgré une augmentation constante des exportations, cette tendance ne devrait pas s'inverser à moyen terme car les importations continuent de dépasser les exportations. En 2022, les exportations de marchandises se sont élevées à 3,6 milliards d'USD, tandis que les importations ont atteint 5,4 milliards d'USD (OMC). Selon les données de la Banque centrale, au cours des neuf premiers mois de 2023, les exportations ont diminué de 15,7 % en glissement annuel, tandis que les importations ont augmenté de 15,3 %, creusant ainsi le déficit commercial du pays, principalement en raison de la baisse des exportations de vanille, qui ont presque diminué de moitié.

 
Valeurs du commerce extérieur 20192020202120222023
Importations de biens (millions USD) 3.9423.2214.4085.6134.750
Exportations de biens (millions USD) 2.6962.0262.7263.7213.213
Importations de services (millions USD) 1.2288701.0921.5240
Exportations de services (millions USD) 1.4696416541.1420

Source : Organisation mondiale du commerce (OMC) ; dernières données disponibles

Indicateurs du commerce extérieur 20182019202020212022
Commerce extérieur (en % du PIB) 67,862,649,054,571,2
Balance commerciale (hors services) (millions USD) -458-844-900-969-970
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) -414-603-1.129-1.407-1.352
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) 11,14,6-16,612,719,8
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) 2,410,9-36,655,027,5
Importations de biens et services (en % du PIB) 36,334,228,931,740,1
Exportations des biens et services (en % du PIB) 31,528,420,122,831,1

Source : Banque mondiale ; dernières données disponibles

Prévisions du commerce extérieur 20232024 (e)2025 (e)2026 (e)2027 (e)
Volume des exportations de biens et services (variation annuelle en %) 34,716,98,77,06,8
Volume des importations de biens et services (variation annuelle en %) 8,910,28,89,96,9

Source : IMF, World Economic Outlook ; Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

 
La coopération économique internationale
Membre de du Marché Commun de l'Afrique Orientale et Australe (COMESA)

Membre de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC)

 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2022
Etats-Unis 16,5%
France 15,7%
Chine 14,2%
Japon 12,0%
Pays-Bas 4,5%
Voir plus de pays 37,1%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2022
Chine 21,5%
Oman 11,0%
Inde 10,0%
Afrique du Sud 4,9%
France 4,8%
Voir plus de pays 47,7%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 

+

Le contexte politique

Les chefs de gouvernement
Président: Andry RAJOELINA (depuis le 21 janvier 2019)
Premier ministre: Christian NTSAY (depuis le 6 juin 2018 et renommé le 19 juillet 2019)
Les prochaines élections
Présidentielle : Novembre 2028
Sénat : Décembre 2025
Assemblée nationale : mai 2024
Les principaux partis politiques
Les principaux partis de Madagascar sont les suivants

- Jeunes Malgaches Déterminés (TGV) : social-démocratie, c'est le principal parti au Parlement et il est dirigé par l'actuel Président, Andry Rajoelina.
- Tiako I Madagasikara (TIM) : centre-droit
- Malagasy Aware (MTS)
- Malagasy Tia Tanindrazana (MATITA)
- Mouvement pour la démocratie à Madagascar (MDM)
- Rassemblement pour le socialisme démocratique (RPSD)
- Groupe des Jeunes Patriotes Malgaches (GJMP).
Le pouvoir exécutif
Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans, renouvelable deux fois. Il nomme le Premier ministre. Il peut dissoudre l'Assemblée nationale, qui peut pour sa part voter une motion de censure exigeant la démission du Premier ministre et de son gouvernement.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et les deux chambres (Sénat et Assemblée nationale). L'Assemblée nationale est composée de 160 représentants élus au suffrage direct tous les cinq ans. Le Sénat est composé de 90 sénateurs, dont les deux tiers sont élus par les législateurs locaux. L'autre tiers est nommé par le président, pour un mandat de six ans.
 

+

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 pandemic (fiscal, monetary and macroeconomic) undertaken by the government of Madagascar, please consult the country's dedicated section in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

+