Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

La conjoncture économique

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'économie jordanienne, gravement touchée par l'afflux de réfugiés et la dépendance croissante aux subventions internationales qui a suivi la crise syrienne puis celle des réfugiées, a dû faire face à l'effet mondial de la pandémie de COVID depuis 2020. Par conséquent, la croissance de son PIB s'est élevée à -1,6 % en 2020, contre +2% en 2019. Néanmoins, la croissance est revenue en 2021 avec une augmentation de 2% du PIB du pays (FMI, octobre 2021). Selon les prévisions actualisées du FMI d'octobre 2021, la croissance du PIB devrait rester à 2 % cette année, puis augmenter à 3,1 % en 2023, sous réserve de la reprise économique mondiale post-pandémique.

La Jordanie est l'un des rares pays du Moyen-Orient qui n’est pas très dépendant de ses ressources naturelles en raison de la rareté de ses ressources en hydrocarbures et en eau. Néanmoins, c'est aussi l'un des pays les plus engagés dans les réformes financières de sa région (privatisation, réformes fiscales, ouverture du secteur bancaire, etc.). La Jordanie a mis en œuvre des réformes dans le cadre du mécanisme élargi de financement qu'elle a négocié avec le FMI en 2016 et les politiques d'assainissement budgétaire qui ont suivi ont ramené le solde budgétaire de l'État à un déficit de 3,2 % du PIB en 2019, 2,9 % en 2020 et 2,4 % en 2021, contre 3,6 % en 2018. Cette tendance devrait se poursuivre avec un solde budgétaire qui devrait tomber à un déficit de 1,6 % d'ici 2022, puis de -2,2 % en 2023. Le FMI estime que la dette publique était de 88 % du PIB en 2020 et 90,9% en 2021. Elle devrait se stabiliser en 2022 (90,6%) et baisser à 88,4% en 2023. Parallèlement, la Jordanie a renouvelé début 2020 avec le FMI un accord de deux ans dans le cadre du fonds élargi facilité, pour environ 1,3 milliard de dollars. La Jordanie a adopté fin 2018 une loi complète sur l'impôt sur le revenu soutenue par le FMI, qui prévoit une augmentation progressive des taux d'imposition des sociétés de 2019 à 2024. Les activités industrielles, pharmaceutiques et vestimentaires, qui bénéficient actuellement de taux d'imposition réduits, seront imposées au même taux que le reste des entreprises à partir de 2024. Cependant, l'impôt effectif sur les sociétés est encore plus élevé, car la Jordanie a introduit début 2019 une nouvelle contribution nationale sur le revenu imposable de toutes les sociétés en Jordanie, à des taux variant de 1% à 7 %, dans le cadre de ses efforts pour rembourser la dette nationale. Alors que la dynamique macroéconomique de la Jordanie est appelée à s'améliorer, les conditions de financement mondiales et l'instabilité régionale continuent de défier la croissance économique, limitant la portée des investissements étrangers. Le déficit du compte courant de la Jordanie, 8 % du PIB en 2020 et 8,9 % en 2021, devrait se réduire à 4,4 % du PIB en 2022 et 3,2 % en 2023. La position extérieure du pays reste fragile compte tenu des besoins de financement considérables. L'inflation est tombée à 0,4 % en 2020 contre 0,7 % un an plus tôt, mais a augmenté à 1,6 % en 2021 et devrait remonter à 2 % en 2022 et 2,5 % en 2023, dans un contexte de politiques monétaires strictes et d'une demande atone.

Une croissance économique modeste, un chômage élevé et une création d'emplois limitée soulèvent des inquiétudes quant à la possibilité du pays de réduire considérablement la pauvreté. Malgré une faible contraction économique en 2020, la reprise des ménages pourrait être lente et inégale. Les ménages plus nombreux, les jeunes, les femmes, les travailleurs informels et ceux des secteurs de services à forte interaction verront probablement leurs revenus baisser (Banque mondiale, 2022). En 2022, le défi le plus immédiat du pays reste lié aux impacts économiques, sociaux et de santé publique de la pandémie de COVID-19. Outre la crise humanitaire et financière provoquée par l'afflux de réfugiés syriens, la Jordanie doit également faire face à un taux de chômage élevé, qui a encore augmenté pour atteindre 22,7 % fin 2020 (FMI, 2021), un taux de pauvreté élevé et une niveaux d'inégalité. À long terme, le taux de chômage en Jordanie devrait tendre autour de 24 % en 2022 et de 20 % en 2023, selon les modèles économétriques de Trading Economics (Trading Economics, 2022). Le chômage affecte beaucoup plus négativement les titulaires de diplômes universitaires et les femmes, ce qui contribue davantage aux inégalités. Cependant, le développement de la Jordanie a bénéficié de l'aide internationale car le pays a su devenir un élément central de stabilité au Proche et Moyen-Orient, assurant la paix sur les frontières qu'il partage avec ses pays voisins.

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 44,5743,76e45,3447,5050,20
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 2,0e-1,6e2,02,73,1
PIB par habitant (USD) 4.426e4.2864.3944.5654.793
Solde des finances publiques (en % du PIB) -3,2-2,9-2,4-1,6-2,2
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 78,088,0e90,990,688,4
Taux d'inflation (%) 0,70,41,32,82,5
Taux de chômage (% de la population active) 19,122,70,00,00,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,95-3,49e-4,05-2,11-1,62
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -2,1-8,0e-8,9-4,4-3,2

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Note: (e) Estimated Data

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par la Coface.

 

+

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture représentait 4,9% du PIB et employait 3% de la population active en 2020 (Banque mondiale). Le manque d'eau crée un obstacle au développement agricole. Les principales cultures sont le blé, l'orge, les lentilles, la tomate, les concombres, l'aubergine, les agrumes, les olives, les fraises et le raisin. Les phosphates et le potassium sont les seules ressources naturelles du pays. Six gisements d'uranium, représentant 3% des réserves mondiales, ont été découverts ces dernières années et le pays a signé une vingtaine d'accords internationaux dans le domaine de l'énergie atomique.

L'industrie représentait 24,5% du PIB et employait 24% de la main-d'œuvre en 2020 (Banque mondiale). Les mines et les carrières (principalement le phosphate et la potasse) font partie des principales industries. Le secteur manufacturier est plutôt limité et dominé par le textile, un secteur actuellement en crise en raison de la concurrence internationale.

Le secteur des services, qui employait près de 73% de la population active, représentait 60,9% du PIB en 2020 (Banque mondiale). Les technologies de la communication et les services financiers sont particulièrement actifs dans le pays. Les secteurs de la distribution et des infrastructures touristiques contribuent également substantiellement au PIB, bien qu'ils aient connu un ralentissement ces dernières années. Les secteurs de la construction et des transports sont en constante expansion.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 2,5 24,5 73,1
Valeur ajoutée (en % du PIB) 5,2 23,9 61,6
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 1,6 -2,4 -1,0

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Dinar jordanien (JOD) - Taux de change annuel moyen pour 1 USD 0,710,710,710,700,71

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

+

Commerce extérieur

La Jordanie est très ouverte au commerce international, à tel point qu'elle est dépendante des capitaux étrangers ; cependant, la part du commerce international dans le PIB a considérablement diminué après 2014 et se situait en 2020 à 65,4 % (Banque mondiale, 2022). Les exportations sont alimentées par l'industrie textile, suivie par les secteurs chimique et minier (engrais, médicaments, potasse et phosphate). La Jordanie importe principalement des machines et du matériel de transport, du gaz, des produits bruts et pétroliers, des denrées alimentaires, des produits chimiques manufacturés et des machines électriques.

Les États-Unis étaient de loin la principale destination des exportations jordaniennes (25 %), suivis par l'Arabie saoudite et l'Inde (respectivement 12 %), l'Irak et les Émirats arabes unis. La Chine (16 %) et l'Arabie saoudite (13 %) étaient les principaux fournisseurs de biens de la Jordanie, devant les États-Unis (8,6 %), l'Allemagne (4,5 %) et les EAU (3,8 %). La Jordanie est membre de l'OMC et a signé un accord de libre-échange (ALE) avec les États-Unis en décembre 2001, permettant la suppression des droits de douane sur la majorité des biens et services depuis 2010, date à laquelle il a été pleinement mis en œuvre. La Jordanie a également signé un accord d'association avec l'UE. En 2016, l'UE a annoncé qu'elle faciliterait l'entrée des exportations jordaniennes afin de soutenir l'économie et l'intégration des réfugiés syriens. La Jordanie a annulé son accord de libre-échange avec la Turquie fin 2018, invoquant sa viabilité et son impact négatif sur la fabrication locale. Cet accord a été remplacé par un autre accord de libre-échange fin 2019. Outre les États-Unis, la Jordanie est également partie à des accords commerciaux bilatéraux avec le Canada et Singapour et est signataire de plusieurs accords commerciaux régionaux, dont l'Association européenne de libre-échange. (Norvège, Suisse, Liechtenstein), l'Accord de libre-échange du Grand Arabe (GAFTA) et l'Accord d'Aghadir (Égypte, Maroc, Tunisie) qui est lié à l'Accord d'association (UE).

La balance commerciale de la Jordanie est structurellement déficitaire, principalement en raison de la dépendance du pays aux importations d'hydrocarbures. Les exportations de biens s'élèvent à 7,7 milliards de USD et les importations de biens à 19,5 milliards de USD en 2021. Le déficit commercial du Royaume a augmenté de 29,2 % au cours des 11 premiers mois de 2021 pour atteindre 7,824 milliards de JD (11,03 milliards USD), par rapport à la même période en 2020, où il s'élevait à 6,056 milliards de JD ou 8,54 milliards de USD (Département jordanien des statistiques, janvier 2022). Le volume des exportations totales au cours de la période janvier-novembre 2021 a augmenté de 18,3 % pour atteindre 5,997 milliards de JD (8,45 milliards USD), par rapport à la même période de 2020. Le pourcentage de la couverture totale des exportations pour les importations au cours des 11 premiers mois de 2021 s'élevait à 43,4 % contre 45,6 % au cours de la même période de 2020, marquant une baisse de 2,2 % (Département jordanien des statistiques et Jordan Times, janvier 2022).

 
Valeurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Importations de biens (millions USD) 19.20720.49820.31019.17017.011
Exportations de biens (millions USD) 7.5097.5117.7508.3177.943
Importations de services (millions USD) 4.4384.6274.7324.7102.903
Exportations de services (millions USD) 6.2336.3897.0827.7182.322

Source : Organisation mondiale du commerce (OMC) ; dernières données disponibles

Indicateurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Commerce extérieur (en % du PIB) 88,790,288,585,765,4
Balance commerciale (hors services) (millions USD) -9.588-10.695-10.302-8.887n/a
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) -8.292-8.735-7.823-5.753n/a
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) -3,02,5-6,6-3,1-18,2
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) -3,01,70,96,5-35,8
Importations de biens et services (en % du PIB) 54,355,653,449,441,7
Exportations des biens et services (en % du PIB) 34,434,535,236,323,7

Source : Banque mondiale ; dernières données disponibles

Prévisions du commerce extérieur 20212022 (e)2023 (e)2024 (e)2025 (e)
Volume des exportations de biens et services (variation annuelle en %) 5,316,96,54,73,6
Volume of imports of goods and services (Annual % change) 1,79,82,43,03,1

Source : IMF, World Economic Outlook ; Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

 
La coopération économique internationale
L'économie jordanienne est très ouverte. Le pays est membre de la Grande Zone Arabe de libre-échange (GAFTA), un pacte de la Ligue Arabe entré en vigueur depuis le 1er janvier 2005 qui vise à former une zone de libre-échange arabe. Il a aussi signé des accords bilatéraux de libre échange avec la plupart des pays de la Ligue Arabe. La Jordanie a signé un accord avec la zone européenne de libre-échange (EFTA), les États-Unis et Singapour. La Jordanie a signé l'Accord d'Association Euro-Méditerranéen qui prévoit l'établissement d'une zone de libre-échange entre l'Union Européenne et les autres pays signataires. Enfin, la Jordanie est membre de l'accord d'Agadir qui prévoit un système de libre-échange entre la Jordanie, la Tunisie et l'Égypte. La Jordanie a également signé un accord de libre-échange avec le Canada.
 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2020
Etats-Unis 22,1%
Inde 10,9%
Arabie saoudite 10,5%
Emirats Arabes Unis 4,4%
Suisse 3,1%
Voir plus de pays 49,0%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2020
Chine 15,9%
Arabie saoudite 12,3%
Etats-Unis 8,3%
Allemagne 4,3%
Emirats Arabes Unis 3,7%
Voir plus de pays 55,4%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 

+

Le contexte politique

Les chefs de gouvernement
Roi : Abdullah II (depuis le 7 février 1999) – héréditaire
Premier ministre : Bisher Al-Khasawneh (depuis le 7 octobre 2020)
Les prochaines élections
Chambre des députés : 2024
Les principaux partis politiques
La Jordanie est une monarchie absolue et le parlement n'y joue qu'un rôle limité dans la gouvernance du pays. Les partis politiques n'ont été légalisés dans le pays qu'en 1992. Le Front d'Action Islamique, un parti d'opposition de centre-droit, branche jordanienne des Frères Musulmans, domine la scène politique jordanienne et a obtenu 15 sièges lors des élections de 2016 après avoir boycotté les deux précédentes de 2010 et 2013. La politique jordanienne est, dans les faits, plus l'affaire des familles et des tribus que des partis. Les plus importants d'entre eux sont les formations pro-gouvernementales :

- Le Parti Islamique Centriste : centre, modéré, en faveur des réformes sociales
- Zamzam : centre-droit, démocratie islamique
- Le Parti national actuel : centre, nationaliste

Le pouvoir exécutif
Le chef de l'État est le Roi. La monarchie est héréditaire. Le Roi détient les pouvoirs exécutifs.  Il signe et exécute toutes les lois. Il nomme et peut renvoyer tous les juges par décret, approuve les amendements de la Constitution, déclare la guerre. Le Roi nomme le Premier ministre, qui est le chef du gouvernement, pour un mandat dont le terme n'est pas défini. Le Conseil des Ministres, dirigé par le Premier ministre, est nommé par le Roi.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif est bicaméral. Le parlement est constitué : du Sénat dont les 65 membres sont nommés par le Roi pour quatre ans ; et de la Chambre des députés, qui compte 130 membres élus au suffrage universel sur la base d'une représentation proportionnelle pour quatre ans. Le droit de veto du Roi peut être supplanté par une majorité des deux tiers des deux chambres de l'Assemblée nationale.
 

+

Réponse du pays au COVID-19

Évolution de l'épidémie COVID-19
To find out about the latest status of the COVID19 pandemic evolution and the most up-to-date statistics on the COVID19 disease in Jordan, please visit the Jordanian Ministry of Health Corona Virus website with the official data.

For the international outlook you can consult the latest situation reports published by the World Health Organisation as well as the global daily statistics on the coronavirus pandemic evolution including data on confirmed cases and deaths by country.
Mesures sanitaires
To find out about the latest public health situation in Jordan and the current sanitary measures in vigour, please consult the COVID-19 Guide and the Ministry of Health’s webpage on quarantine
Restrictions de voyage
The COVID-19 situation, including the spread of new variants, evolves rapidly and differs from country to country. All travelers need to pay close attention to the conditions at their destination before traveling. Regularly updated information for all countries with regards to Covid-19 related travel restrictions in place including entry regulations, flight bans, test requirements and quarantine is available on TravelDoc Infopage.
It is also highly recommended to consult COVID-19 Travel Regulations Map provided and updated on the daily basis by IATA.
The US government website of Centers of Disease Control and Prevention provides COVID-19 Travel Recommendations by Destination.

The UK Foreign travel advice also provides travelling abroad advice for all countries, including the latest information on coronavirus, safety and security, entry requirements and travel warnings.
Restrictions import & export
For information on all the measures applicable to movement of goods during the period of sanitary emergency due to the COVID-19 outbreak (including eventual restrictions on imports and exports, if applicable), follow the messages on the website of EY’s webpage  Jordan announces economic measures to reduce the impact of COVID-19. The Ministry of Industry, Trade and Supply has stopped traders from exporting or re-exporting food products.

For a general overview of trade restrictions due to COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Jordan on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For information on the economic recovery scheme put in place by the Jordanian government to address the impact of the COVID19 pandemic on the Jordanian economy, refer to EY’s webpage  Jordan announces economic measures to reduce the impact of COVID-19.

For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 outbreak (fiscal, monetary and macroeconomic) taken by the Jordanian government to limit the socio-economic impact of the COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Jordan in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For information on the local business support scheme established by the Jordanian government to help small and medium-sized companies to deal with the economic impacts of the COVID19 epidemic on their activity, refer to EY’s webpage  Jordan announces economic measures to reduce the impact of COVID-19

For a general overview of international SME support policy responses to the COVID-19 outbreak refer to the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.
Plan de soutien aux exportateurs
There are no specific support plans for exporters in Jordan so far. For future possible up-to-date information please visit the website of the Ministry of Industry, Trade and Supply.
 

+