Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

La conjoncture économique

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Le Japon, troisième économie mondiale, est fortement exposé aux impacts externes en raison de sa forte dépendance aux exportations. Cette vulnérabilité s'est manifestée ces dernières années, alors que son économie a connu des périodes de récession parallèlement au ralentissement économique mondial. De même, la crise économique mondiale provoquée par la pandémie de Covid-19 a eu un impact significatif (-4,6% de croissance du PIB en 2020). Cependant, l'économie du pays a rebondi en 2021 (+1,7%) et 2022 (+1,7%), et devrait connaître une croissance de 1,6% en 2023 (FMI, octobre 2022), grâce à une consommation et des investissements publics solides. L'économie japonaise s'est légèrement contractée au troisième trimestre 2022, principalement en raison d'une baisse des exportations nettes, ce qui fait craindre que la reprise qui venait de commencer touche à sa fin. Mais la vigueur de la croissance des importations est un signe que la demande intérieure reste raisonnablement forte.
À l'avenir, la croissance du PIB réel devrait revenir en territoire positif. Un dénouement complet des restrictions liées à la pandémie a déclenché une demande refoulée de dépenses de consommation. Malheureusement, la forte inflation érode rapidement le pouvoir d'achat des ménages. Alors que la demande refoulée s'estompe et que la réalité des salaires ajustés à l'inflation plus faibles s'installe, l'économie ne connaîtra qu'une croissance modeste en 2023 (Deloitte Insights, 2023).


Le Japon a le ratio dette/PIB le plus élevé au monde : estimé à 262,5% en 2021 et 263,9% en 2022, il devrait se stabiliser sur l'horizon de prévision (261,1% en 2023 et 260,3% en 2024 selon le FMI) . Les finances publiques ont été affectées par les mesures prises pour contenir la crise induite par le Covid-19 (environ 16 % du PIB en 2020-2021), qui comprenaient la subvention d'ajustement à l'emploi, des prestations en espèces aux PME et des prêts concessionnels. En conséquence, le déficit des administrations publiques s'est établi à 6,3 % en 2021 (contre un niveau record de 9,2 % un an plus tôt) et à 7,3 % en 2022. À la fin de 2021, le cabinet de Kishida a approuvé un plan de relance budgétaire plus important que prévu de 55,7 billions JPY qui comprend davantage de financement pour les universités et la numérisation des zones rurales, ainsi qu'un financement pour augmenter la capacité de fabrication de semi-conducteurs, visant à améliorer la sécurité économique du pays. Alors que l'économie rebondit et que la situation mondiale se normalise, le FMI prévoit un déficit de 3,2 % cette année, suivi d'une nouvelle baisse en 2024 (2,3 %). L'inflation a été négative de 0,2 % en 2021 ; néanmoins, les pressions inflationnistes se développent relativement rapidement et l'inflation a atteint 2 % en 2022. Le FMI s'attend à ce que le taux d'inflation soit ramené à 1,4 % en 2023 et 1 % en 2024.

À l'avenir, l'assainissement budgétaire restera un problème clé pour le pays alors qu'il tente de maîtriser son niveau d'endettement. Les problèmes démographiques auxquels le Japon est confronté s'aggravent. Une société vieillissante représente un défi de taille pour le pays, car les dépenses prévues du gouvernement pour les retraites et les soins de santé devraient continuer à augmenter. De plus, une baisse de la natalité entraîne une diminution significative de la population et, par conséquent, une diminution du nombre de contribuables. La population japonaise en âge de travailler diminue depuis quelques décennies, mais cela a été compensé par une participation croissante, contribuant à la croissance de l'emploi et au maintien d'un faible taux de chômage. Des niveaux d'endettement élevés dans les bilans des entreprises pourraient limiter la capacité des employeurs à embaucher davantage et offrir des gains salariaux plus importants. Le chômage était stable à 2,8 % en 2021 mais devrait diminuer légèrement à 2,4 % en 2023 et 2024.

En 2023, le défi le plus immédiat du pays sera de naviguer dans un contexte international instable, confronté à des défis de taille dans un contexte de surplomb sanitaire et économique persistant d'une pandémie mondiale et d'une guerre en Europe, d'une crise du coût de la vie causée par une et l'élargissement des pressions inflationnistes, et le ralentissement en Chine.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 4.237,534.230,864.286,194.524,634.710,14
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 1,02,01,00,70,5
PIB par habitant (USD) 33.85433.95034.55536.65738.358
Solde des finances publiques (en % du PIB) -6,8-5,7-3,8-2,6-2,7
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 260,1255,2251,9250,6251,1
Taux d'inflation (%) n/a3,22,91,91,6
Taux de chômage (% de la population active) 2,62,52,32,32,3
Balance des transactions courantes (milliards USD) 90,62141,18157,01164,55165,01
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 2,13,33,73,63,5

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par la Coface.

 

+

Les principaux secteurs économiques

Même si le Japon possède quelques gisements d'or, de magnésium, de charbon et d'argent, le pays dispose globalement de ressources naturelles très limitées et, par conséquent, dépend fortement des importations pour répondre à ses besoins en matières premières et en énergie. D'autre part, grâce à son vaste espace maritime, le pays est l'un des plus grands producteurs mondiaux de produits de la pêche. Cependant, étant donné que seulement 11% de la surface du Japon est propice à la culture, le secteur agricole est petit au Japon. Le thé et le riz sont les deux principales cultures du pays, bien que le secteur dans son ensemble soit fortement subventionné et protégé. L'agriculture contribue marginalement au PIB (1%) et n'emploie que 3% de la population active.

Le secteur industriel est très diversifié, fabriquant des produits allant des produits de base (tels que l'acier et le papier) à la technologie sophistiquée. Le Japon domine les secteurs de l'automobile, de la robotique, de la biotechnologie, de la nanotechnologie et des énergies renouvelables. Le Japon abrite plusieurs des plus grands fabricants mondiaux de produits électroniques, c'est pourquoi le secteur industriel du pays est souvent associé à la sophistication technologique. Le pays était le troisième producteur mondial de voitures et le troisième producteur mondial de navires en 2022. Son secteur industriel représente 29 % du PIB et emploie près de 25 % de la main-d'œuvre.

Le secteur des services représente environ 70 % du PIB et emploie plus de 72 % de la main-d'œuvre. Les principaux services au Japon comprennent la banque, l'assurance, la vente au détail, les transports et les télécommunications. Le pays possède également un secteur touristique important, qui a connu une croissance substantielle ces dernières années. En raison de la crise et des interdictions de voyager déclenchées par la pandémie de Covid-19, le tourisme a chuté à des niveaux records (-87,1 % en glissement annuel en 2020 - Japan National Tourism Organization). Les chiffres de 2021 étaient encore plus bas, avec seulement 213 063 arrivées étrangères, malgré les Jeux olympiques qui se sont déroulés à Tokyo (où aucun touriste étranger n'a été autorisé à empêcher la propagation de l'infection). Les frontières sont désormais ouvertes et les touristes se rendent à nouveau au Japon en 2023.

L'activité économique mondiale connaît un ralentissement généralisé et plus prononcé que prévu, avec une inflation plus élevée que celle observée depuis plusieurs décennies. La crise du coût de la vie, le resserrement des conditions financières dans la plupart des régions, l'invasion de l'Ukraine par la Russie et la persistance de la pandémie de COVID-19 pèsent lourdement sur les perspectives. La croissance mondiale devrait ralentir de 6,0 % en 2021 à 3,2 % en 2022 et 2,7 % en 2023, le profil de croissance le plus faible depuis 2001, à l'exception de la crise financière mondiale et de la phase aiguë de la pandémie de COVID-19. L'inflation mondiale devrait passer de 4,7 % en 2021 à 8,8 % en 2022, mais baisser à 6,5 % en 2023 et à 4,1 % d'ici 2024 (Fonds monétaire international - FMI, 2023). L'impact des événements mondiaux de 2022 semble avoir affecté les deux côtés de la plupart des secteurs et des marchés de ce pays pour la troisième année consécutive - les perturbations de la demande se sont heurtées à des problèmes d'approvisionnement - rendant les perspectives à court terme incertaines pour l'agriculture, l'industrie et secteurs des services.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 3,2 23,7 73,1
Valeur ajoutée (en % du PIB) 1,0 28,8 69,9
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 3,3 4,9 2,3

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Yen japonais (JPY) - Taux de change annuel moyen pour 1 USD 108,79112,17110,42109,00106,77

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

+

Commerce extérieur

Le commerce extérieur est un élément essentiel de l'économie japonaise, mais le pays n'est pas totalement ouvert et impose d'importantes barrières non tarifaires, notamment dans le secteur agricole. Le Japon est le 5e exportateur mondial et le 4e importateur mondial de marchandises, et le commerce extérieur représente 37 % du PIB du pays (Banque mondiale, 2023). Le Japon exporte principalement des véhicules automobiles (18 % de toutes les exportations) étant le deuxième exportateur mondial de voitures, de machines (19 %), d'équipements électriques et électroniques (16 %), de matières premières (6,4 %), d'appareils optiques, photo, techniques, médicaux ( 5,7 %) et la sidérurgie (4 %). Les principales importations du pays comprennent les combustibles minéraux, les huiles de pétrole et les produits de distillation (20%), les équipements électriques et électroniques (15%), les machines (9,2%), les produits pharmaceutiques (4,8%) et les minerais, rémanents et gaz (4,5%).

Les principaux partenaires du Japon sont la Chine (23%), les États-Unis (19%), la Corée du Sud (7,5%), Hong Kong (5%) et la Thaïlande (4,7%). Le pays importe principalement de Chine (25%), des États-Unis (11%), d'Australie (7,1%), de Corée du Sud (4,3%) et d'Arabie saoudite (3,7%). Le Japon est le deuxième partenaire commercial de l'UE en Asie après la Chine et, ensemble, ils représentent tous deux environ un quart du PIB mondial. Les deux parties ont signé un accord de partenariat économique, qui est entré en vigueur en 2019. De plus, le Japon a signé le partenariat économique global régional (RCEP), sans doute le plus grand accord de libre-échange de l'histoire (ses signataires incluent la Chine, l'Australie, la Corée du Sud, etc. , cumulant environ 30 % du PIB mondial). La convention RCEP est entrée en vigueur le 1er janvier 2022.

Le pays a traditionnellement un important excédent commercial; cependant, ces dernières années, le solde est devenu nul. Cela était principalement dû à la chute des expéditions vers la Chine et les marchés régionaux, alors que la crise mondiale induite par la pandémie a fait des ravages sur l'économie dépendante du commerce. Selon l'OMC, les exportations de marchandises du Japon ont atteint 756 milliards USD (+18 % en glissement annuel) en 2021, tandis que les importations se sont élevées à 769 milliards USD (+21 % en glissement annuel). Concernant le secteur des services, les exportations ont diminué de 23% à 164 milliards USD, tandis que les importations ont perdu 10% (205,2 milliards USD).

 
Valeurs du commerce extérieur 20182019202020212022
Importations de biens (millions USD) 748.488720.957635.460768.976897.242
Exportations de biens (millions USD) 738.143705.564641.319756.032746.920
Importations de services (millions USD) 203.379219.427198.186208.511209.555
Exportations de services (millions USD) 194.130209.501163.954169.955166.695

Source : Organisation mondiale du commerce (OMC) ; dernières données disponibles

Indicateurs du commerce extérieur 20182019202020212022
Commerce extérieur (en % du PIB) 36,635,231,436,9n/a
Balance commerciale (hors services) (millions USD) 10.5871.36126.64716.706-117.435
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) 1.405-8.615-7.598-21.811-158.671
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) 3,81,0-6,85,1n/a
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) 3,8-1,5-11,611,7n/a
Importations de biens et services (en % du PIB) 18,317,815,818,7n/a
Exportations des biens et services (en % du PIB) 18,317,515,518,2n/a

Source : Banque mondiale ; dernières données disponibles

Prévisions du commerce extérieur 20232024 (e)2025 (e)2026 (e)2027 (e)
Volume des exportations de biens et services (variation annuelle en %) 1,02,42,42,01,7
Volume des importations de biens et services (variation annuelle en %) -2,32,43,12,42,4

Source : IMF, World Economic Outlook ; Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

 
La coopération économique internationale
Le Japon est membre des organisations économiques internationales suivantes : environ 9, entre autres. Pour la liste complète des organisations économiques et autres organisations internationales auxquelles participe le Japon, cliquez ici. La liste des organisations internationales dont le Japon est membre est également présentée ici.
Free Trade Agreements
Le Japon est membre du Partenariat régional économique global (RCEP) signé le 15 novembre 2020. La liste complète et actualisée des accords de libre-échange signés par le Japon peut être consultée ici.
 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2022
Chine 19,4%
Etats-Unis 18,7%
Corée du sud 7,2%
Hong Kong SAR, Chine 4,4%
Thaïlande 4,3%
Voir plus de pays 45,9%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2022
Chine 21,0%
Etats-Unis 10,1%
Australie 9,8%
Emirats Arabes Unis 5,1%
Arabie saoudite 4,7%
Voir plus de pays 49,2%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 

+

Le contexte politique

Les chefs de gouvernement
Empereur: Naruhito (depuis le 1er mai 2019) ; succède à son père qui a abdiqué le 30 avril 2019
Premier ministre : Fumio KISHIDA (depuis le 4 octobre 2021)
Les prochaines élections
Chambre des représentants : octobre 2025
Chambre des conseillers : juillet 2025
Le contexte politique actuel
Le Premier ministre Fumio Kishida du Parti libéral démocrate (LDP) a dissous la chambre basse du parlement japonais le 14 octobre 2021. Les élections tenues à la fin du mois ont vu le parti au pouvoir conserver sa majorité, ce qui a entraîné la réélection de Kishida comme Premier ministre le 10 novembre 2021 par la chambre basse avec 297 voix contre 108 pour son adversaire Yukio Edano, et à la chambre haute (141 contre 60).

Le gouvernement japonais s'inquiète de l'intensification des déséquilibres sécuritaires régionaux, notamment face à l'affirmation croissante de la Chine : le Japon a identifié la situation autour de Taïwan comme une menace pour la sécurité nationale, certains représentants du parti PLD mentionnant explicitement qu'un « incident majeur » sur Taïwan déclencherait le déploiement des Forces d'autodéfense (SDF).

Pendant ce temps, Kishida a annoncé une série de mesures dans le cadre de sa politique de «nouveau capitalisme» axées sur la redistribution des richesses et la croissance économique, ainsi que sur le soutien à la résilience de la chaîne d'approvisionnement pour les biens critiques (c'est-à-dire les semi-conducteurs et les produits pharmaceutiques) et la facilitation des initiatives de R&D dans le secteur technologique.

Malgré une baisse du soutien public due aux liens du Parti libéral démocrate avec un groupe religieux, le Premier ministre, Kishida Fumio, conserve un contrôle politique suffisant en raison de la faiblesse des partis d'opposition et du manque de challengers au sein du parti au pouvoir. Cependant, il devra faire face à une pression croissante pour adopter des politiques visant à stimuler la croissance des salaires et à stimuler l'économie en 2023. Il poursuivra le cap initialement fixé par Abe Shinzo avec la stimulation de l'économie et l'adoption d'une politique de défense plus active, notamment en réformant le Constitution pacifiste. Son plan comprend un effort pour modifier la répartition des revenus en faveur des ménages de la classe moyenne et stimuler l'investissement dans les travailleurs.

Confronté à un climat intérieur hostile, Kishida aborde 2023 avec un capital politique réduit, mais pourrait miser sur une solide performance sur la scène internationale pour gagner le soutien de son pays.
Les principaux partis politiques
- Le Parti libéral démocrate (LDP) : centre-droit, conservateur, nationaliste, libéral, populiste
- Le Parti démocrate du Japon (CDP) : centre à centre-droit, libéral
- Komeito (NK) : centre-droit, conservateur, pacifiste, en coalition avec le PLD
- Parti communiste japonais (JPC) : de gauche à extrême gauche, socialiste ; a plus que doublé sa représentation lors des dernières élections
- Japan Innovation Party (Ishin) : conservateur, de droite, populiste
- Parti démocratique pour le peuple (DPP) : centre à centre-droit
- Reiwa Shinsengumi : de gauche, populiste et progressiste
- Parti social-démocrate (SDP) : centre-gauche à gauche, social-démocrate
- Parti NHK : populiste
- Parti de l'Espoir : de droite à extrême droite, conservateur, populiste ; parti d'opposition
- Parti Démocratique Constitutionnel : centre-gauche à gauche, libéral, pacifiste ; parti d'opposition
- Japan Restoration Party (JRP) : de droite à extrême droite, nationaliste, populiste ; troisième plus grande force, mais perd lentement sa représentation
- Parti libéral : centre, centre-gauche
Le pouvoir exécutif
Le chef de l'État est l'Empereur. Son rôle est avant tout un rôle d'apparat. Le leader du parti de la majorité ou le leader de la coalition majoritaire au parlement (chambre des représentants) est nommé Premier Ministre pour un mandat de quatre ans. Le premier ministre est le chef du gouvernement et il bénéficie du pouvoir exécutif réel, qui comprend l'exécution de la loi dans le pays et la direction des affaires quotidiennes. Le gouvernement est nommé par le Premier ministre.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif  japonais est bicaméral. Le parlement, appelé Diète nationale, comprend : La Chambre des conseillers (la chambre haute), composée de 242 membres élus au suffrage universel pour six ans et dont la moitié des membre est renouvellé tous les trois ans ; et la Chambre des représentants (la chambre basse), composée de 465 membres élus au suffrage universel pour quatre ans. La Constitution japonaise déclare que « l'organe de pouvoir le plus élevé de l'État » est la Diète nationale. La branche exécutive du gouvernement dépend directement ou indirectement du soutien de la Diète nationale, souvent exprimé par un vote de confiance.
 

+

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 pandemic (fiscal, monetary and macroeconomic) undertaken by the government of Japan, please consult the country's dedicated section in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

+