Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

Le consommateur

Le profil du consommateur
Il y a environ 8 675 000 personnes vivant en Israël. 52,5% sont des Sabras (juifs nés en Israël), 22,5% sont des immigrants (principalement d'Europe et des Amériques, mais aussi d'Asie et d'Afrique) et 20% sont des Arabes. La densité de population est de 403 habitants / km². 92,6% des Israéliens vivent dans les villes, avec un taux annuel moyen d'urbanisation de 1,64% au cours des cinq dernières années (CIA). La population est concentrée dans et autour de Tel Aviv, ainsi que autour de la mer de Galilée; le sud reste peu peuplé à l'exception de la rive du golfe d'Aqaba. Le taux de croissance démographique annuel d'Israël était de 1,46% en 2020, près de trois fois plus vite que la moyenne de l'OCDE d'environ 0,65%. Avec une moyenne de trois enfants par femme, Israël a également le taux de fécondité le plus élevé de l'OCDE par une marge considérable et bien supérieur à la moyenne de l'OCDE de 1,7.

L'âge médian est de 30,4 ans, les personnes entre 0 et 14 ans représentent 26,8% de la population, les personnes de 15 à 24 ans représentent 15,7% de la population, les personnes entre 25 et 54 ans représentent 37,2% de la population, les personnes les 55 à 64 ans représentent 8,4% de la population et les personnes de plus de 65 ans représentent 12% de la population (CIA World Factbook, 2020)

En Israël, 87% des adultes âgés de 25 à 64 ans ont terminé le deuxième cycle du secondaire, soit un taux supérieur à la moyenne de l'OCDE de 74%. Cela est plus vrai pour les femmes que pour les hommes, car 86% des hommes ont terminé leurs études secondaires avec succès contre 88% des femmes. 1% de la population active travaille dans l'agriculture, 17% dans l'industrie et 82% dans les services (Banque mondiale, 2020). La taille moyenne des ménages est de 3,1 personnes, 21% des ménages comptent une personne, 28% comptent 4 ou 5 personnes et 11% plus de 6 personnes.
Le pouvoir d'achat
Le PIB par habitant (PPA) d'Israël est de 42 193 USD (Banque mondiale, 2019), une augmentation par rapport à 40 261 USD l'année précédente. Selon les données du Bureau central des statistiques, le salaire mensuel moyen en Israël en juin 2019 était de 11 175 NIS, soit une augmentation de 2,9% d'une année sur l'autre. Le revenu disponible net ajusté moyen des ménages par habitant en Israël est inférieur à la moyenne de l'OCDE de 33 604 USD par an.
La consommation privée a augmenté de 3,9% sur une base annuelle en 2019, les biens non durables représentant pour l'essentiel (Bureau central des statistiques). L'indice Gini d'Israël était de 39 en 2016 (Banque mondiale, dernières données disponibles).
Un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques, intitulé « La poursuite de l’égalité des sexes: une bataille en montée », montre que les femmes israéliennes ont une pente particulièrement raide à gravir. Les données ont été confirmées par le CBS, qui a montré qu'en 2018 les femmes travaillant à temps plein gagnaient en moyenne 27,5% de moins que leurs homologues masculins.
Le comportement de consommation
Les Israéliens sont sensibles à la publicité et à l'image de marque. Le shopping est un passe-temps populaire et les Israéliens sont intéressés par l'achat d'articles de qualité, même si cela signifie payer un prix plus élevé, quoique raisonnable. Les services après-vente et les garanties sont également obligatoires, car les consommateurs israéliens considèrent les garanties comme une garantie de la qualité du produit. Les consommateurs israéliens apprécient les nouveaux produits et la législation israélienne fait la promotion des produits nationaux. Les consommateurs israéliens sont également très intéressés par les achats en ligne. Selon l'Association Internet d'Israël, 75% des Israéliens (95% du total des internautes) achètent en ligne, ce qui en fait les acheteurs les plus connectés au monde. En outre, 79% des acheteurs en ligne israéliens effectuent des achats sur des sites Web étrangers, selon une étude menée par PayPal et Ipsos.

Selon une enquête Nielsen pour le SIAL, 20% des consommateurs sont prêts à payer plus pour des produits innovants, tandis que 34% se déclarent prêts à réduire leur panier et 65% d'entre eux considèrent que la « santé » est le facteur clé de leurs achats.

Les plates-formes collaboratives de transport telles qu'Uber en Israël ne sont pas courantes. Au lieu de cela, les habitants utilisent l'application mobile appelée GetTaxi, qui est connectée à un taxi ou à un transport public agréé.
Le recours au crédit à la consommation

Les ménages israéliens vivent au-delà de leurs ressources grâce à un accès facile au crédit. Il est courant pour les Israéliens de payer leurs achats avec une carte de crédit en plusieurs versements ou de donner des chèques postdatés. Néanmoins, préoccupés par l'insolvabilité des ménages, la Banque d'Israël et plusieurs banques importantes ont pris des mesures en 2018 pour limiter la croissance du crédit à la consommation.

Un rapport de 2018 sur l'accès au crédit des consommateurs israéliens publié par le chercheur Kyrill Shraberman, en collaboration avec le groupe à but non lucratif Pa'amonim, le montre : 35% des couples mariés et 39% des célibataires de 25 à 60 ans dépensent plus qu'ils ne gagnent chaque mois. Les célibataires âgés de 50 à 60 ans dépensent également plus que n'importe quel autre groupe démographique. Les jeunes locataires d'appartements âgés de 25 à 29 ans ont également tendance à dépenser plus que leur salaire d'entrée.

Le niveau moyen d'endettement des consommateurs de 25 à 29 ans est de 150 000 ILS, comparativement à 315 000 ILS pour les 50 à 60 ans. Seuls les ménages effectuant des versements hypothécaires ont tendance à être plus chanceux que les autres, car ils ne sont pas confrontés à un écart négatif similaire entre leurs revenus et leurs niveaux de dépenses. Les couples mariés à faible revenu dépensent 23% de plus que leur revenu, tandis que les pauvres non mariés engagent sur leur carte de crédit 37% de dépenses supplémentaires de plus que leur revenu.

Les secteurs de consommation porteurs
Les taux de croissance les plus rapides (en moyenne 8% par an ces dernières années) se trouvent dans les secteurs de haute technologie.
L'eau en bouteille, les boissons gazeuses et les jus de fruits font partie des secteurs en croissance, ainsi que les vêtements et les chaussures.
Selon Storenext, la plus grande base de données du marché de consommation d'Israël, le segment des biens de consommation à évolution rapide (FMCG) en est à sa quatrième année de stagnation des ventes.
Les associations de consommateurs
Conseil des consommateurs d'Israël , Créé par le ministère de l'Industrie et du Commerce en coordination avec l'Institut de normalisation.
Autorité pour la protection des consommateurs et le commerce équitable , L'Autorité pour la protection des consommateurs et le commerce équitable est une autorité gouvernementale interne indépendante, créée par la loi 5741-1981 sur la protection des consommateurs.
 

+

Importation et distribution

Les procédures d'importation
L'administration des douanes israéliennes est chargée de faire respecter les conditions de légalité de l'importation et de l'exportation, d'empêcher les activités illégales (fraudes, stupéfiants, blanchiment d'argent et violations de la propriété intellectuelle) et gèrent les procédures d'importation au sein du territoire de l'Autorité palestinienne.

Les documents suivants sont nécessaires pour importer des marchandises en Israël: facture, liste de colisage, bon de livraison (un document indiquant l'emplacement physique du fret au port d'importation), déclaration d'importation, déclaration en douane de l'importateur (un formulaire qui doit être rempli par l'importateur et est destiné à indiquer les relations entre l'importateur et le fournisseur aux fins du calcul de la valeur totale de la transaction conclue entre eux, y compris tous les coûts auxiliaires), certificat d'origine, factures de fret (selon le moyen de transport), permis d'importation délivré par le ministère de l'Économie et de l'Industrie, certificat de l'Institution de normalisation d'Israël attestant que le produit est conforme aux normes israéliennes.

L'ensemble des procédures détaillées se trouve sur le portail du service des douanes israéliens.

Les procédures spécifiques à l'importation
 Il existe des certificats spéciaux pour certains produits importés à demander à l'autorité compétente (Ministère de la Santé, Ministère des Transports, etc.).
Le certificat casher est nécessaire pour les produits alimentaires tels que le bœuf, la volaille et d'autres viandes et produits. Cependant, dans un effort pour encourager les importations de produits alimentaires et baisser les prix sur les rayons des supermarchés israéliens, le Grand Rabbinat a décidé d'exempter les importateurs de la présentation d'un certificat de surveillance d'une agence locale reconnue de la casherout comme condition pour recevoir un timbre casher dans le pays.
Les réseaux de distribution
Les dépenses de consommation ont été le moteur de la croissance économique israélienne ces dernières années, mais les détaillants du pays ne semblent pas avoir été les bénéficiaires de l'explosion de la consommation privée. Selon les dernières données disponibles du département américain du commerce, les ventes du segment des produits de grande consommation (FMCG) ont atteint 12,17 milliards USD en 2018, dont 9,1 milliards USD provenaient de produits alimentaires. Le Bureau central des statistiques a estimé qu'en 2019, la consommation privée de biens non durables a augmenté de 3,9% et représentait la grande majorité de la consommation privée totale.
Le marché de l'alimentation au détail est confronté à une croissance lente, à une concurrence limitée et à des prix élevés. Des changements ont été constatés dans le panier des acheteurs: face à des coûts alimentaires élevés (19% supérieurs à la moyenne de l’OCDE), les consommateurs israéliens optent pour des produits plus abordables, avec une augmentation des ventes de produits de marque maison. En outre, l'introduction de la « loi alimentaire », loi pour le renforcement de la concurrence dans le secteur alimentaire, est une réglementation gouvernementale majeure qui impose diverses restrictions aux détaillants en termes de prix, de nombre de points de vente dans la même zone, etc.

Bien que les petites épiceries soient le canal de vente au détail le plus important du pays en termes de nombre de magasins, elles ont du mal à concurrencer les supermarchés, en raison de prix plus compétitifs et des heures d'ouverture plus longues. Il existe trois principaux sous-secteurs de l'alimentation au détail en Israël: les supermarchés situés à la périphérie des principales villes (cependant, les chaînes de supermarchés augmentent leur activité et leur présence au centre des villes et en ligne), les marchés traditionnels avec une gamme limitée de produits situés dans le quartier et les dépanneurs situés dans les rues principales ou les stations-service. On estime que 16,9% des dépenses des ménages sont consacrées aux produits alimentaires (US Trade Administration).
Les acteurs de la distribution
Les produits alimentaires sont distribués dans les supermarchés, les marchés traditionnels, les dépanneurs et les marchés en plein air. Les ventes dans les chaînes de supermarchés représentent plus de 60% des ventes totales du marché alimentaire au détail. Les dix premières chaînes ont plus de 700 points de vente. Les trois principaux détaillants de supermarchés sont Shufersal, Yenot Bitan et Rami Levi, qui détiennent une part de marché globale de 56% (US Trade Administration, 2019). Le plus grand producteur et vendeur au détail d’Israël de produits non casher est Tiv Ta’am. Au cours de la dernière décennie, les discounters ont connu une croissance considérable
Les dépanneurs comptent environ 900 points de vente, tandis que les petites épiceries de quartier indépendantes dominent le marché en termes de nombre de points de vente avec environ 5 000 points de vente (même si le nombre est en baisse).
Les organismes de la vente au détail
Fédération des chambres de commerce israéliennes
Ministère de l'économie et de l'industrie

+

Gérer une entreprise

Types d'entreprise

La société publique à responsabilité limitée ou société anonyme.
Nombre de partenaires et d'associés : Minimum 7 actionnaires et 2 directeurs
Capital minimum et/ou maximum : Pas de capital minimum.
Responsabilité des associés : Responsabilité limitée au montant des apports.
La société privée à responsabilité limitée ou SARL.
Nombre de partenaires et d'associés : Minimum 1 actionnaire et 1 directeur. Maximum  50
Capital minimum et/ou maximum : Pas de capital minimum.
Responsabilité des associés : Responsabilité limitée au montant des apports.
Le partenariat général
Nombre de partenaires et d'associés : 2 associés minimum dans le partenariat
Capital minimum et/ou maximum : Pas de capital minimum.
Responsabilité des associés : Responsabilité illimitée pour les dettes et obligations de la société.
 
Créer une entreprise Israël Middle East & North Africa
Procédures (nombre) 3,0 6,3
Temps (jours) 11,0 19,5

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

 

Le coût du travail

Le salaire minimum
Selon les données du gouvernement, le salaire minimum était de 5 300 ILS par mois en 2020.
Le salaire moyen
Selon les données du Bureau central des statistiques, le salaire moyen en 2019 était de 11 175 ILS par mois.
Les cotisations sociales
Les contributions sociales payées par l'employeur: Les cotisations versées par l'employeur s'élèvent à 3,55% (jusqu'à un revenu mensuel de 6 331 ILS) et 7,6% sur la différence entre 6 331 ILS et le revenu mensuel maximal de 44 020 ILS.
Les contributions sociales payées par l'employé: Les cotisations versées par les employés sont au taux normal, de 7% pour l'assurance nationale et 5% pour l'assurance médicale et au taux réduit, de 0,40% pour l'assurance nationale et 3,10% pour l'assurance médicale.
 

La propriété intellectuelle

Les organismes nationaux compétents
Office des brevets d'Israël du Ministère de la justice pour les brevets et droits d'auteurs.
Les organismes régionaux compétents
Israël est signataire de la Convention européenne sur la Classification Internationale des Brevets d'Invention et de la Convention Européenne relative aux formalités prescrites pour les demandes de brevets, ainsi que la convention universelle sur le droit d'auteur et de l'arrangement de Lisbonne. Dans tous les cas, il est préférable de s'assurer d'un enregistrement sur le territoire israélien des brevets étrangers.
Les accords internationaux
Membre de l'OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle)
Signataire de la Convention de Paris sur la protection de la propriété intellectuelle
Signataire des ADPIC - Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce
 

+

Les taux standards

Les taxes à la consommation

La nature de la taxe
TVA - (MA'AM en hébreu)
Le taux standard
17%
Le taux réduit
Certains articles sont détaxés, y compris les exportations de marchandises; les livraisons d'actifs incorporels à des résidents étrangers; les prestations de services aux résidents étrangers, soumises à de larges restrictions d'utilisation et de jouissance ; hébergement à l'hôtel pour touristes; location de voitures particulières aux touristes; transport touristique; fourniture de services de surveillance, ainsi que de services d'inspection et de coordination, en ce qui concerne les essais cliniques menés en Israël.
Les organisations à but non lucratif paient une taxe équivalente à la TVA (taxe sur les salaires) au taux de 7,5% de leur masse salariale. Le taux est de 17 % pour les institutions financières.
Les autres taxes à la consommation
Taxe d'achat sur l'achat de biens immobiliers (0-10% pour la première propriété résidentielle détenue en Israël ; 8-10% si l'immobilier est une maison d'habitation supplémentaire ou 0,5-5% pour les Juifs faisant leur « Aliyah »), taxe municipale , taxe d'amélioration foncière (varie selon la date d'achat).
Certains produits sont assujettis à des taxes d'accise (y compris l'essence et le carburant diesel utilisés pour le transport, le tabac, l'alcool) à des taux différents.
Les organisations à but non lucratif paient une taxe équivalente à la TVA (taxe sur les salaires) au taux de 7,5% de leur masse salariale. Le taux est de 17 % pour les institutions financières.
Une taxe de luxe est perçue sur l'achat de certains yachts et voitures de luxe.
Il n'y a pas de droits de timbre en Israël, ni d'impôt sur la fortune ni d'impôt sur la fortune.
 

Les taxes sur les sociétés

Impôt sur les sociétés
23%
Le taux d'imposition pour les sociétés étrangères
Les sociétés constituées en Israël ou gérées et contrôlées en Israël (déterminées au cas par cas) sont réputées résider en Israël.
La taxation des plus-values
Le gain réel est généralement assujetti à l'impôt au taux de l'impôt sur les sociétés applicable dans l'année du gain (23% en 2021). Les résidents israéliens sont assujettis à l'impôt sur les plus-values réalisées lors de la cession d'actifs, qu'ils soient situés en Israël ou à l'étranger. Les plus-values dérivant de la vente, de l'échange ou du transfert des actifs corporels et incorporels israéliens sont considérées comme un revenu perçu en Israël et soumises à l'impôt sur les sociétés. Les non-résidents fiscaux sont exonérés d'impôt sur les plus-values réalisées lors de la cession d'actions négociées à la Bourse de Tel-Aviv à moins que la cession soit imputée à l'établissement permanent de la société étrangère en Israël. Les plus-values réalisées par des non-résidents fiscaux lors de la cession de titres israéliens ou dans des sociétés en lien avec Israël acquis depuis le 1er janvier 2009 sont également exonérées d'impôt (exonération étant soumise à certaines conditions de propriété).
Les déductions et les crédits d'impôt
Les dépenses engagées entièrement et exclusivement pour la production de revenus sont généralement déductibles d'impôt.
En règle générale, les cotisations des fonds de pension versées aux fonds reconnus sont déductibles pour l'employeur, à condition qu'elles ne dépassent pas un certain niveau et soient effectuées régulièrement. Les frais d'intérêts engagés dans la production d'un revenu imposable sont généralement déductibles. Les provisions pour créances douteuses sont déductibles l'année au cours de laquelle il est évident que la dette est devenue irrécouvrable.
Le goodwill acheté peut être amortissable sur une période de dix ans (10% par an). Un crédit d'impôt peut être disponible pour les dons de bienfaisance. Les taxes municipales sont généralement déductibles.

Les pertes d'entreprise peuvent être compensées par le revenu de n'importe quelle source au cours de la même année. Les pertes peuvent être reportées et compensées sans limite de temps avec le revenu de tout commerce ou entreprise ou les gains en capital découlant de l'entreprise (mais pas avec le revenu d'une autre source), tandis que les reports en arrière de pertes ne sont pas autorisés.
Les paiements d'intérêts, de redevances et de frais de gestion aux filiales étrangères sont déductibles (des conditions s'appliquent).

Des incitations fiscales et en espèces sont prévues pour les entreprises qui remplissent les conditions pour bénéficier du régime des « entreprises privilégiées (PFE)», généralement celles qui contribuent au développement de la capacité de production de l'économie, à l'absorption des immigrants, à la création d'emplois ou à l'amélioration de l'équilibre des paiements. Le « régime des entreprises privilégiées spéciales (SPFE) » s'applique à certaines grandes entreprises qui peuvent démontrer leur grande contribution à l'économie israélienne. Un autre régime est celui de « Entreprise technologique préférée », pour les entreprises engagées dans le secteur technologique et qui font partie d'un groupe d'entreprises dont le chiffre d'affaires annuel total est inférieur à 10 milliards ILS, entre autres conditions.
Les autres taxes sur les sociétés
Les municipalités prélèvent une taxe annuelle sur les bâtiments, en fonction de la taille, de l'emplacement et de la destination de la propriété. Les impôts fonciers sont généralement imposés au niveau de la municipalité à l'occupant d'un immeuble commercial et résidentiel. La propriété inoccupée est généralement imposée sur le propriétaire de la propriété.
Les plus-values ​​immobilières sont soumises à la loi sur l'impôt foncier. Le taux d'imposition du gain réel est le taux d'imposition des sociétés applicable (23% en 2021).

Tout achat de propriété est soumis à l'impôt, à des taux variant entre 0% et 10% selon le statut de l'acheteur (citoyen israélien, résident étranger en cours d'obtention de la citoyenneté israélienne, citoyens étrangers faisant l'Aliyah), le nombre de propriétés détenues (un ou plusieurs) et la valeur du bien immobilier.

Les cotisations de sécurité sociale payées par l'employeur pour les employés résidant en Israël sont de 3,55%, jusqu'à un revenu mensuel de 6 331 ILS et de 7,6% sur la différence entre 6 331 ILS et le revenu mensuel maximal de 44 020 ILS. Pour les employés non résidents, des taux inférieurs s'appliquent: 0,59% jusqu'à un revenu mensuel de 6 331 ILS et 2,65% sur la différence entre 6 331 ILS et le revenu mensuel maximal.

Les organisations à but non lucratif sont soumises à une taxe de 7,5% sur la masse salariale au lieu de la TVA. Une taxe similaire est prélevée sur les institutions financières, au taux de 17%.
Les autres ressources utiles
Autorité fiscale israelienne
Consultez le site Doing Business, pour connaître le montant des impôts et des cotisations obligatoires.
 

Les conventions de non double imposition

Les pays avec lesquels une convention de non double imposition a été signée
Les traités fiscaux israéliens
Les retenues à la source
Dividendes : aucune retenue à la source n'est payable sur les dividendes distribués par une société résidente israélienne à une autre société israélienne, à condition que les dividendes proviennent de revenus produits ou accumulés en Israël par une société soumise à l'impôt sur les sociétés. Les dividendes payés par une société résidente étrangère reçus via un payeur israélien (par exemple une banque) sont soumis au WHT au taux de 23% lorsqu'ils sont payés à une société résidente israélienne et au taux de 25% lorsqu'ils sont payés à un individu. Un taux de 30 % s'applique dans le cas d'un « actionnaire important », qui est, en général, un actionnaire qui détient 10 % ou plus des droits de la société.

Intérêts : 23 % pour les versements d'intérêts à un bénéficiaire résident ou non-résident qui est une « collectivité de personnes »/Intérêts versés à une personne physique résidente : 20 % sur les intérêts versés par un fonds de prévoyance ; 25 % sur les intérêts bancaires ; 35 % sur les intérêts payés sur les obligations ou les obligations d'État émises avant le 8 mai 2000 (des conditions s'appliquent) ; 47% lorsque le bénéficiaire des intérêts au moment de la perception des intérêts ou à tout moment au cours des 12 derniers mois détenait au moins 10% des actions du payeur, est un employé du payeur, ou fournit des services ou vend des produits au payeur.

Redevances : les paiements effectués à des personnes physiques et morales résidentes sont soumis à une retenue à la source de 20 % lorsque le bénéficiaire peut prouver qu'il tient des livres de compte et a produit des déclarations ; sinon, le taux est de 30 %. Versements aux entreprises non-résidentes : 23 %. Paiements aux particuliers non-résidents : 25 %.

+