Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

Investissement Direct Etranger

Après avoir chuté en raison de la crise financière, les IDE espagnols se sont redressés ces dernières années en raison d'une augmentation de la compétitivité et de la confiance des investisseurs dans le pays. Malgré l'apparition de la pandémie de Covid-19 qui a durement touché le pays, les flux d'IDE ont légèrement augmenté, passant de 8,5 milliards USD en 2019 à 9 milliards USD en 2020, selon le Rapport sur l'investissement dans le monde 2021 publié par la CNUCED. Les stocks d'investissements directs étrangers ont atteint 853 milliards USD. Les flux d'IDE ont augmenté principalement en raison de plusieurs acquisitions, notamment les sociétés américaines de capital-investissement Cinven, KKR et Providence qui ont acquis 86 % de la société de télécommunications Masmovil. Les investissements en Espagne sont principalement orientés vers les services financiers et d'assurance, l'informatique, la fabrication, la construction, le transport et le stockage. La Suisse, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et l'Italie représentent plus de 60 % du stock d'IDE de l'Espagne. Selon les derniers chiffres de l'OCDE, les entrées d'IDE vers l'Espagne ont atteint 6,6 milliards USD au premier semestre 2021, contre 17 milliards USD à la même période un an plus tôt. Parmi ces investissements, 60,2 % ont été dirigés vers la région de Madrid, suivie de la Catalogne à 19,1 %. Les principaux secteurs étaient les télécommunications (21,6%), l'approvisionnement en électricité, gaz, vapeur et air (20,8%) ; activités immobilières (6,2%) ; les activités sportives, récréatives et de divertissement (5,3 %) et les services financiers, à l'exception des assurances et des fonds de pension (5,2 % - Ministère espagnol du commerce et de l'industrie).

Les atouts du pays en termes d'attractivité des IDE incluent un secteur financier restructuré, l'essor du tourisme, son réseau de transport très performant, son développement des énergies renouvelables et la proximité culturelle avec l'Amérique latine, avec la présence de plusieurs multinationales espagnoles. L'Espagne aspire également à devenir l'un des principaux acteurs mondiaux de la recherche. D'autre part, le pays a des niveaux élevés d'endettement privé et public, une position extérieure nette très négative et un niveau élevé de chômage structurel. Depuis 2020, l'Espagne a suspendu le régime de libéralisation des IDE. Une autorisation gouvernementale est désormais requise pour les investissements directs de plus de 10 % du capital d'une entreprise espagnole réalisés par des résidents de pays non membres de l'UE ou de l'AELE (y compris le Royaume-Uni) dans certains secteurs, notamment les infrastructures et technologies critiques, les médias et la sécurité alimentaire. L'Espagne se classe 30e sur 190 pays dans la dernière édition du rapport Doing Business publié par la Banque mondiale, stable par rapport à l'année précédente.

 
 
Investissement Direct Etranger 201920202021
Flux d'IDE entrants (millions USD) 17.4175.6789.777
Stocks d'IDE (millions USD) 769.277864.807819.725
Nombre d'investissements greenfield* 813548827
Value of Greenfield Investments (million USD) 21.45413.42028.742

Source : CNUCED - Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

Comparaison internationale de la protection des investisseurs Espagne OCDE Etats-Unis Allemagne
Index de transparence des transactions* 7,0 6,5 7,0 5,0
Index de responsabilité des managers** 6,0 5,3 9,0 5,0
Index de pouvoir des actionnaires*** 6,0 7,3 9,0 5,0

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

Note: *Plus l'index est grand, plus les transactions sont transparentes. **Plus l'index est grand, plus les managers sont personnellement responsables. *** Plus l'index est grand, plus les actionnaires ont le pouvoir de défendre leur droit.

+

Pourquoi choisir d'investir en Espagne

Les points forts

Les principaux points forts du pays sont :

  • La flexibilité et l'adaptabilité des opérateurs économiques ;
  • La proximité culturelle avec les pays d'Amérique latine qui fait de l'Espagne une tête de pont vers ces pays ;
  • Un réseau d'infrastructures développé ;
  • Une économie diversifiée accueillant de grandes entreprises internationales ;
  • Un gouvernement poursuivant une politique de réformes ;
  • L'état financier amélioré des entreprises ;
  • Un secteur touristique important ;
  • La qualité de vie dans le pays.
Les points faibles

Les points faibles du pays sont :

  • Une unité menacée par la volonté de sécession de la Catalogne ;
  • L'important taux de chômage ;
  • La faible productivité de certaines entreprises ;
  • Un fort endettement (public, privé et extérieur) ;
  • Les fragilités du secteur éducatif, du système judiciaire et du marché du travail ;
  • Un déficit de la balance commerciale ;
  • La complexité du système de normes (17 Communautés Autonomes).
Les mesures mises en place par le gouvernement
L'Espagne applique le principe de liberté d'établissement et de non-discrimination des investisseurs étrangers. Les investisseurs étrangers peuvent exercer tout type d'activité dans les mêmes conditions que leurs homologues locaux. La Directive du Conseil de la CEE n° 88/361/CEE de 1988, relative à la libre circulation des capitaux entre les résidents des États membres, a été transposée dans la législation espagnole par la Loi n° 18/1992 et par le Décret Royal n° 1816/1991 sur les Transactions Économiques avec l'Extérieur. Les secteurs des jeux, de la télévision, de la radio et du transport aérien sont protégés par des restrictions pour les investisseurs résidant en dehors d'un État membre de l'UE. Il en va de même pour les activités de production et de commerce des armes. Dans ce dernier cas, ces restrictions concernent également les investisseurs communautaires.

Le Gouvernement accorde aux investisseurs diverses incitations telles que subventions, avantages fiscaux, formation professionnelle, accès préférentiel au crédit, etc. Pour plus d'information consultez ce lien. L'ICEX Espagne Commerce et Investissement est une entreprise publique au niveau national dont la mission consiste à promouvoir l'internationalisation des entreprises espagnoles, à soutenir leur compétitivité et à apporter une valeur ajoutée à l'économie dans son ensemble, ainsi qu'à attirer les investissements étrangers en Espagne. En outre, étant donné que l'Espagne est un État membre de l'UE, les investisseurs potentiels peuvent bénéficier des programmes d'aide européens, qui rendent les investissements en Espagne encore plus attrayants.

Le programme d'aide à la réindustrialisation et à la compétitivité industrielle 2019 vise à encourager la création de nouvelles installations industrielles, soit par le transfert d'une activité productive d'un autre site existant précédemment, soit par la création d'un nouvel établissement, ainsi que l'augmentation de la capacité de production par l'introduction de nouvelles lignes de production dans les installations existantes. Il vise également à développer les "technologies de l'industrie connectée 4.0".

+

Les opportunités d'investissement

Les secteurs économiques clés
Immobilier, Énergie, Finance et assurance, Télécommunications, Commerce de gros et de détail, Fabrication de minéraux non métalliques, Construction, Génie civil, Conseil aux entreprises, Transport et stockage.
Les secteurs à fort potentiel
Le site web Invest in Spain propose une série d'opportunités d'investissement liées aux secteurs industriels (aérospatiale, sciences de la vie, secteur chimique, automobile et TIC) et aux régions espagnoles.

Dans le domaine de l'énergie, le plan gouvernemental pour les énergies renouvelables représente une opportunité pour les investissements en innovation technologique. Le secteur des biotechnologies se développe plus rapidement en Espagne que dans les autres pays de l'UE. Les investissements y croissent de 25% par an, faisant de l'Espagne le quatrième plus gros contributeur mondial dans la production scientifique du secteur des biotechnologies. Selon l'Institut Espagnol pour le Commerce Extérieur, les industries chimique, pharmaceutique et plastique représentent de véritables opportunités d'investissement.

Dans le domaine agricole, l'Espagne est devenue le premier producteur européen d'aliments biologiques. C'est un des premiers marchés de l'UE pour les légumineuses, les noix et surtout les produits de la mer.

L'Espagne est devenue l'une des destinations les plus attractives pour les call-centers. Elle a attiré plusieurs multinationales grâce à un coût du travail moins élevé que dans les autres pays ouest-européens. La R&D dans le domaine des technologies de l'information (IT) et de l'informatique (développement de logiciel, intelligence artificielle, superordinateurs, etc.) est également un des fers de lance de l'Espagne. Enfin, de nombreux investissements immobiliers pour développer les infrastructures touristiques restent possibles, même si elles sont partiellement saturées.
Les programmes de privatisation
Aucun programme de privatisation n’a été annoncé.
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Ted - Marchés publics européens, Opportunités d'affaires dans l'UE 27
Globaltenders, Appels d'offres et projets en Espagne
Tenders Info, Appels d'offres en Espagne
DgMarket, Appels d'offres dans le monde
 

Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres

Les secteurs monopolistiques

Le gouvernement espagnol garde le contrôle dans les secteurs suivants :

  • L'énergie. Le gouvernement conserve une participation de contrôle (c'est-à-dire plus de 51 %, dont 100 %) dans Ensa, Grupo Enusa et Grupo Hunosa. Il conserve une participation minoritaire (c'est-à-dire moins de 50 %) dans Enagás, Enresa et Red Eléctrica Corporación.
  • Commerce extérieur et finances. Le gouvernement conserve une participation de contrôle dans le Grupo Cofivacasa, Defex (en liquidation) et le Grupo Navantia. Il conserve une participation minoritaire dans Hispasat et Indra.
  • Alimentation, environnement et loisirs. Le gouvernement conserve une participation de contrôle dans CETARSA, Hipódromo de la Zarzuela, MAYASA, Grupo Mercasa, SAECA et Grupo Tragsa. Il conserve une participation minoritaire dans Ebro Foods.
  • Communications et transports. Le gouvernement conserve une participation de contrôle dans, entre autres, l'Agencia EFE, le Grupo Correos et le Grupo SEPIDES. Il conserve une participation minoritaire dans International Airlines Group (IAG), Airbus Group et Alestis Aerospace.
Les secteurs en déclin
Textile, agriculture, construction et immobilier en fort déclin durant la crise financière.
 

+