Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

Le consommateur

Le profil du consommateur
L'âge médian en Belgique est de 41,9 ans. La population a augmenté à un taux de 0,44% en 2020. Quelque 17% de la population a moins de 14 ans et 64% ont entre 15 et 65 ans. En moyenne, les ménages sont composés de 2.3 personnes. 32% des ménages sont composés d'une personne et 47.7% sont des couples avec ou sans enfants. Le ratio de genre est de 97 hommes pour 100 femmes. 98,3% de la population vit en zone urbaine et le pays est considéré comme l'un des plus dense du monde. La plupart de la population est concentrée dans les deux tiers nord du pays, le sud étant moins peuplé. Les principales villes sont Bruxelles et Antwerp. Le niveau d'éducation figure parmi les plus élevés des pays de l'OCDE. 75% des adultes ont suivi une éducation secondaire, et 36.5% un enseignement supérieur. 39.6% de la population active sont des employés dans le secteur privé, 24.3% sont des ouvriers du secteurs privés, 21.9 % sont des salariés du secteur public, 9.5% sont des travailleurs indépendants, 4% des employeurs et 0.7% des aidants non rémunérés.
Le pouvoir d'achat
Le PIB par habitant (PPA) était estimé à 54 545 EUR par an en 2019 (Banque mondiale). Le salaire mensuel moyen des travailleurs à temps plein est de 3 627 EUR (Statbel). Le revenu disponible annuel ajusté est d'environ 26 320 EUR selon l'OCDE. La consommation privée représenterait 51,4% du PIB en 2019. L'indice de Gini sur les inégalités de revenu fait parti des plus faibles de l'Europe et il est en baisse. L'écart de salaire entre les hommes et les femmes est de 6.1%, la Belgique ayant un écart parmi les moins élevés de l'Union Européenne. Les directeurs de grandes entreprises ont les plus gros salaires tandis que les serveurs et les barmens ont les plus faibles. Les personnes de plus de 60 ans toujours en poste gagnent 113% de plus que la population active de moins de 20 ans. Les plus hauts salaires sont à Bruxelles et aux alentours, et les titulaires d'un diplôme de master ont un salaire 51% plus élevé que la moyenne nationale.
Le comportement de consommation
La Belgique est une société de consommation. A la suite de la crise, les consommateurs ont donné une importance croissante au prix des produits. Avec le retour de la croissance et de la stabilité, les produits de qualités sont de plus en plus demandés. Les achats sont plus souvent réalisés dans les centres villes que dans les centres commerciaux. De plus, de nombreux Belges vont dans les pays frontaliers pour faires leurs courses. Les consommateurs vont de moins en moins au supermarché mais leur panier moyen augmente. En moyenne par semaine, un consommateur fait 119 EUR de courses en alimentation. La confiance des consommateurs est en baisse à cause du chômage dans le pays. Environ 3/4 des consommateurs achètent sur internet, et les ventes atteignent environ 7 milliards EUR. Les consommateurs Belges sont généralement ouverts aux marques internationales, mais peuvent privilégier les entreprises nationales ou européennes.

La fidélité aux marques dépend principalement des bonnes expériences avec celle ci, de la qualité et du prix. Aussi, un consommateur est plus fidèle à une marque de voiture et de cosmétique qu’à une marque d’alimentation. Environ 65% de la population est active sur les réseaux sociaux. Cependant, 25% des internautes utilisent des bloqueurs de publicités (ce chiffre monte à 47% chez les jeunes). Les réseaux sociaux servent donc au consommateur de se renseigner sur des produits, mais les Belges vont avoir tendance à chercher l'information si besoin et non pas attendre qu'elle vienne à eux. La protection des données est importante mais moins que dans le reste de l'Union Européenne. 62% de la population fait confiance aux autorités à ce sujet.

La prise de conscience environnementale est très présente en Belgique. Les produits biologiques, durables, locaux, traçables, frais, vegans, etc. se développent de plus en plus. Les scandales alimentaires qui ont eu lieu en Europe ainsi que l'intérêt grandissant pour la santé est l'une des raisons du succés des produits biologiques. Le marché de l'occasion est développé, et 61% des échanges sont réalisés entre particuliers. Cependant, ce marché a connu une légère baisse en 2018. Les plateformes collaboratives sont largement développées en Belgique, notamment dans les grandes villes, avec des entreprises comme Uber, Airbnb, Blablacar, Deliveroo etc.

Le recours au crédit à la consommation
Les cartes de crédit et de débit sont largement acceptées en Belgique. Les cartes Visa et Mastercard sont répandues, mais il se peut que les cartes American Express soient refusées dans certains magasins. Il est possible que les magasins/restaurants/hôtels où vous voulez payer vous demandent une pièce d'identité ou un passeport. La dette des ménages est en hausse, même si elle connait un ralentissement depuis la fin de l'année 2018. Le niveau de la dette des ménages sur le PIB dépasse les 60% et l'encours était estimé à 266 milliards d'euros en 2016. La Banque Nationale de Belgique estime qu'en 2019, 6 268 110 personnes ont au moins un crédit (hypothécaire ou de consommation). Les crédits aux ménages sont approximativement partagés entre 80% de prêts hypothécaires et 20% de crédits à la consommation. L'encours de ces derniers en 2018 approchait les 26 000 millions d'euros. Les crédits à la consommation en Belgique servent majoritairement à financier des véhicules, de l'ameublement, des mariages ou à financers ses besoins privés. La Banque Nationale de Belgique étant vigilante face à l'augmentation de la dette des ménages, il est possible que des mesures soient mises en place pour limiter l'expansion.
Les secteurs de consommation porteurs
Services d'hébergement et de restauration, éducation, véhicules motorisés et services de transport, services récréatifs et culturels, tabac, nourriture, boissons non alcoolisées, équipements de loisir et de jardins, animaux domestiques, biens et services pour l'entretien de la maison.
Les associations de consommateurs
Test Achats
CEC Belgique
Flanders
 

+

Importation et distribution

Les procédures d'importation
Les procédures douanières comprennent, outre l'importation avec paiement des droits, les procédures d'exonération fiscale suivantes: mise à la consommation, transit ou admission temporaire, entrepôt douanier, perfectionnement actif, perfectionnement sous douane.

Dans le cadre des normes « SAFE » définies par l'Organisation mondiale des douanes (OMD), l'Union Européenne a mis en place un système de contrôle des importations (Import Control System- ICS), qui vise à sécuriser les flux de marchandises au moment de leur entrée sur le territoire douanier de l'UE. Ce système de contrôle fait partie du programme communautaire eCustoms, qui oblige les opérateurs à transmettre une déclaration sommaire d'entrée (ENS) aux douanes du pays d'entrée, avant l'introduction des marchandises sur le territoire douanier de l'Union Européenne.
Le Document Administratif Unique (DAU) est le modèle officiel des déclarations écrites aux douanes. Le DAU décrit les marchandises et leur mouvement dans le monde et est essentiel pour le commerce en dehors de l'UE ou pour les marchandises hors UE. Les marchandises introduites sur le territoire douanier de l'UE sont, dès leur entrée, soumises à la surveillance douanière jusqu'à l'accomplissement des formalités douanières.

Depuis le 1er juillet 2009, toutes les entreprises établies en dehors de l'UE sont tenues de disposer d'un numéro d'enregistrement et d'identification d'opérateur économique (EORI) si elles souhaitent déposer une déclaration en douane ou une déclaration sommaire d'entrée / sortie.

Le TARIC (Tarif Intégré de la Communauté) est disponible pour aider à déterminer si une licence est requise pour un produit spécifique. En outre, la Commission européenne gère un service d'assistance commercial contenant des informations sur les restrictions à l'importation de divers produits.

Pour plus d'informations, veuillez visiter le portail de la Commission Européenne sur la fiscalité et l'union douanière.
Les procédures spécifiques à l'importation
Dans le cadre du commerce intra-européen, certaines marchandises restent interdites ou sont soumises à des formalités spéciales (médicaments à usage humain, déchets, plantes ou animaux vivants). Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site du Trade Helpdesk de la Commission Européenne.
Les réseaux de distribution
Les dernières données économiques suggèrent que l'économie belge sera sévèrement touchée par la pandémie de COVID-19 avec une baisse du PIB de - 6,4 % en 2020 (FMI). Dans ce contexte, les dépenses totales du commerce de détail devraient diminuer en 2020 par rapport à 2019, ce qui aura un impact direct sur le chiffre d'affaires des détaillants. Parmi les nouvelles tendances dues à la crise, on note la croissance des petits magasins plus proches du domicile, en effet le commerce de détail en dehors de la ville connaît une situation financière plus favorable que dans les rues principales et les centres commerciaux, le secteur de la mode est confronté à des difficultés tandis que les produits de sport et de loisirs sont en plein essor, enfin il y a l'augmentation des ventes à emporter et des livraisons à domicile pour les opérateurs du secteur de l'alimentation et des boissons ainsi que l'augmentation du commerce électronique.

Largement ouverte au commerce extérieur et abritant des systèmes de distribution sophistiqués et des infrastructures bien développées, la Belgique a attiré de nombreuses entreprises étrangères et, en retour, a développé un marché hautement concurrentiel. La premiumisation est devenue plus courante dans les habitudes d'achat des consommateurs belges. En conséquence, les discounters comme Aldi et Lidl ont commencé à élargir leurs offres avec des produits de marque. Et, afin de concurrencer les grandes chaînes de supermarchés, Lidl a également ouvert une boutique en ligne.

De nouveaux types de points de vente tels que Bio C'bon (gamme de produits bio) se développent, notamment en région bruxelloise. Dans les circuits traditionnels des supermarchés, les magasins se sont modernisés en raison de la concurrence des prix affectant leur marge de profit sur les produits haut de gamme et du mauvais effet sur l'image de marque. La modernisation et la proximité sont les facteurs clés du succès des supermarchés et des magasins de proximité, les dépanneurs en zone urbaine gagnant du terrain au détriment des supermarchés. Dans l'ensemble, la surface de vente au détail par habitant est relativement faible en Belgique par rapport aux autres pays européens.

La fracture entre les régions du nord et du sud de la Belgique est très pertinente en matière de vente au détail. La loi belge sur le label stipule que l'étiquette de chaque produit doit être rédigée dans la langue correspondant à la zone où il a été emballé. Dans le nord de la Belgique, les habitants parlent flamand (néerlandais), dans le sud, ils parlent français et ils parlent allemand dans la partie orientale du pays. Par conséquent, la plupart des producteurs préfèrent rendre leurs étiquettes bilingues, voire trilingues, surtout s'ils ont également l'intention d'exporter leurs produits. En raison de ces différences culturelles, le marketing et la publicité devraient être développés pour refléter les populations de chaque région.

Selon les dernières données sur le commerce de détail en ligne publiées en août 2020, les Belges préfèrent toujours faire leurs achats dans un magasin physique. Cependant, le commerce en ligne connaît une croissance exponentielle depuis de nombreuses années (principalement en raison d'un choix plus vaste et de prix plus intéressants) et a connu une forte poussée lors du premier confinement, qui a augmenté de 20 %. Les détaillants alimentaires bénéficient également de cette croissance du commerce en ligne.  Selon ce rapport, près de 50 % des consommateurs préfèrent les marques qui ont développé une stratégie omni-canal, combinant les ventes en ligne avec une boutique physique, car elles sont considérées comme des marques de confiance. 

Les acteurs de la distribution
La distribution des denrées alimentaires est organisée par quelques chaînes, car le marché est très concentré. La distribution des autres biens de consommation est organisée par des points de vente plus petits et plus nombreux.
Le groupe Etn Franz Colruyt NV a continué à diriger les supermarchés en 2019, grâce à ses trois marques, Colruyt, Bio-Planet et Cru. Colruyt était la marque leader et restait nettement en avance sur son concurrent le plus proche, « Le Lion » de Delhaize. Certains des autres acteurs majeurs du marché sont: Carrefour, Lidl, SPAR, Aldi, Intermarché et Albert Heijn.
Färm Coop était le supermarché avec la plus forte croissance de la valeur actuelle en 2019, bien que sur une base relativement petite, en raison de son intérêt pour les produits biologiques généralisés et croissants (Euromonitor).
En 2020, le discounter allemand ALDI et le distributeur français Carrefour étaient les plus grands détaillants en alimentation du pays en termes de nombre de magasins, avec environ 430 magasins chacun (Statista).
Les organismes de la vente au détail
Chambre Belge du Commerce

+

Gérer une entreprise

Types d'entreprise

Société privée à responsabilité limitée (SPRL) / Besloten vennootschap met beperkte aansprakelijkheid (BVBA)
Nombre de partenaires et d'associés : Minimum 1 actionnaire.
Capital minimum et/ou maximum : Pas de capital minimum requis.
Responsabilité des associés : La responsabilité des partenaires est limitée au montant apporté au capital.
La société privée à responsabilité limitée « Starter » - (SPRL-Starter ou SPRL-S)
Nombre de partenaires et d'associés : Minimum 1 actionnaire.
Capital minimum et/ou maximum : Entre 1 et 18 549 EUR.
Responsabilité des associés : Réservé aux personnes physiques et ne peut pas embaucher plus de 5 employés à temps plein.
La responsabilité des partenaires est limitée au montant apporté au capital.
La société anonyme / Naamloze Vennootschap (SA/NV)
Nombre de partenaires et d'associés : Minimum 2.
Capital minimum et/ou maximum : 61 500 EUR
Responsabilité des associés : La responsabilité des actionnaires est limitée aux apports.
Vennootschap Onder Firma (VO) est une société en commandite par actions
Nombre de partenaires et d'associés : Minimum 2 partenaires.
Capital minimum et/ou maximum : Pas de capital minimum requis.
Responsabilité des associés : La responsabilité des partenaires est conjointe et plurielle.
Commanditaire Vernootschap (CV) est une société en commandite simple
Nombre de partenaires et d'associés : Deux types de partenaires : partenaires actifs et partenaires passifs.
Capital minimum et/ou maximum : Pas de capital minimum requis.
Responsabilité des associés : La responsabilité des partenaires actifs est conjointe et plurielle, alors que celle des partenaires passifs est limitée au montant apporté au capital.
La société coopérative (SC) avec responsabilité illimitée et conjointe (SCRIS) ou réunion d'un groupe de sociétés.
Nombre de partenaires et d'associés : Maximum 3 partenaires.
Capital minimum et/ou maximum : Pas de capital minimum requis.
Responsabilité des associés : La responsabilité des partenaires est conjointe et illimitée sur la totalité de leurs biens personnels.
La société coopérative avec responsabilité limitée (SCRL) similaire à une BVBA / SPRL.
Nombre de partenaires et d'associés : Maximum 3 partenaires.
Capital minimum et/ou maximum : Pas de capital minimum requis.18 550 EUR débloqués jusqu'à 6 200 EUR.
Responsabilité des associés : La responsabilité des partenaires est limitée au montant apporté au capital.
 
Créer une entreprise Belgique OECD
Procédures (nombre) 5,0 5,2
Temps (jours) 5,0 9,5

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

 

Le coût du travail

Le salaire minimum
Depuis juin 2020, le salaire minimum national en Belgique est fixé à 1 625,7 EUR par mois, soit 19.508 euros par an, en tenant compte de 12 versements par an.
Le salaire moyen
Selon l'office statistique officiel Statbel, le salaire mensuel moyen brut était de 3 627 euros en 2019 (dernières données disponibles).
Les cotisations sociales
Les contributions sociales payées par l'employeur: Les cotisations de sécurité sociale standard des employeurs sont égales à 25% des salaires bruts (y compris le taux de base de 19,88% et la modération salariale de 5,12%). Cependant, des contributions générales supplémentaires devraient être calculées (Fonds amiante, Fonds de fermeture, fonds sectoriel de subsistance, etc.), de sorte que la contribution moyenne des employeurs pour les cols blancs s’élève généralement à 27,5%.
Les contributions sociales payées par l'employé: Le taux d'imposition retenu à la source est estimé à 13,07% du salaire brut.
 

La propriété intellectuelle

Les organismes nationaux compétents
Office belge de la Propriété Intellectuelle (OPRI)
Les organismes régionaux compétents
Pour la protection des brevets: l'Office européen des brevets et pour contrôler les marques, dessins et modèles: l'Office de l'Union Européenne pour la Propriété Intellectuelle.
Les accords internationaux
Membre de l'OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle)
Signataire de la Convention de Paris sur la protection de la propriété intellectuelle
Signataire des ADPIC - Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce
 

+

Les taux standards

Les taxes à la consommation

La nature de la taxe
TVA (taxe sur la valeur ajoutée) - Taxe sur la valeur ajoutée (TVA)/ Belasting over de toegevoegde waarde (Btw).
Le taux standard
21%
Le taux réduit
Un taux réduit de 6% s'applique pour: les biens tels que la nourriture, les produits pharmaceutiques, l'eau, les hôtels et les campings, les services de transport de personnes, les droits d'auteur, les concerts et les expositions, certains équipements médicaux, les travaux sur des biens immobiliers (soumis à des conditions strictes), les œuvres originales de l'art, de l'agriculture contractuelle, de la réparation de vélos, de chaussures et d'articles en cuir, de vêtements et de linge de maison, etc.

Un taux réduit de 12% s'applique pour: les articles comprenant les logements sociaux et les services de restauration, les produits phytopharmaceutiques, certains matériaux combustibles, la margarine, les chambres à air et les logements sociaux.
Les autres taxes à la consommation
Les accises appliquées en Belgique sont divisées en deux catégories: les « produits d'accises communautaires » qui sont soumis aux procédures de l'UE (comme l'alcool, le tabac, l'essence, le gaz, etc.); et « produits d'accise nationaux » qui peuvent être définis au niveau des états membres sur une base volontaire (pour la Belgique, ils consistent en des boissons comme le soda, l'eau et le café).

Des droits de timbre sont dus sur les transactions relatives aux fonds publics si un intermédiaire professionnel intervient dans ces transactions.
 

Les taxes sur les sociétés

Impôt sur les sociétés
25%
Le taux d'imposition pour les sociétés étrangères
Une entreprise est considérée comme résident belge aux fins fiscales si elle a son siège statutaire, son siège principal ou son siège de direction en Belgique (c’est-à-dire le lieu où le processus de décision a effectivement lieu).
La taxation des plus-values
Les plus-values ​​réalisées par les entreprises sur la vente d'immobilisations corporelles et incorporelles sont généralement entièrement imposables au taux normal de l'impôt sur les sociétés. Néanmoins, l'imposition des plus-values ​​sur ces actifs peut être différée si les actifs ont été détenus pendant plus de cinq ans avant la cession et que l'intégralité du produit de la vente est réinvestie dans des actifs éligibles dans les trois ans. Dans le cas d'un réinvestissement éligible, l'impôt dû sera étalé sur la durée de vie de l'actif dans lequel le produit de la vente a été réinvesti.

Les plus-values ​​nettes sur actions sont totalement exonérées dès lors que les actions sont détenues depuis au moins un an ininterrompu ; la valeur d'acquisition est d'au moins 2,5 millions EUR ou 10 % de la participation ; la société payeuse doit être assujettie à l'impôt sur les sociétés sur les bénéfices faisant l'objet de la distribution.
Les déductions et les crédits d'impôt
Les entreprises peuvent déduire toutes les dépenses professionnelles dans le calcul du revenu imposable, à la condition générale qu'elles soient légitimes, sans lien de dépendance et qu'elles soient engagées dans le but de maintenir ou d'augmenter le revenu imposable. Les redevances et tous les frais sont généralement déductibles sans exigences supplémentaires. Diverses déductions et incitations sont prévues pour les activités liées à la R&D. Dans le cadre de la déduction des intérêts notionnels, les sociétés et succursales belges ont également droit à une charge d'intérêts pour les fonds propres éligibles (dans la limite d'une sous-capitalisation / 30% EBITDA). La Belgique propose un régime de déduction pour revenus d'innovation qui réduit le taux effectif d'imposition sur les revenus nets de PI éligibles (augmentant le taux de déduction fiscale qui s'applique aux revenus bruts des brevets de 80 % à 85 %, ce qui donne un taux effectif de 3,75 % à partir de l'année d'imposition 2021).

Les écarts d'acquisition générés à l'occasion d'une cession d'actifs peuvent être amortis sur une durée minimale de cinq ans en appliquant un mode linéaire (les listes de clients peuvent être amorties sur une durée de 10 à 12 ans). Les frais de démarrage peuvent être entièrement déduits l'année de constitution ou amortis sur une période pouvant aller jusqu'à cinq ans. Les provisions et créances irrécouvrables peuvent être déduites (des conditions s'appliquent). Les contributions caritatives (au-dessus de 40 EUR et dans la limite de 5% du revenu net total de la période imposable, avec un maximum de 500 000 EUR) peuvent être déductibles. Les sociétés belges peuvent prétendre à une déduction pour redevances, frais de gestion et intérêts payés aux filiales étrangères (le principe de pleine concurrence doit cependant être respecté). Le coût des voitures de société peut être déduit entre 50 % et 100 % selon l'émission de CO2, la déduction des frais de carburant étant également liée au niveau d'émission de CO2.
Avec certaines limitations, les pertes fiscales peuvent être reportées sans limitation dans le temps. Le report en arrière des pertes n'est généralement pas autorisé; cependant, des mesures spéciales ont été prises suite à la pandémie de COVID-19, permettant aux entreprises de bénéficier d'une exonération temporaire applicable aux années d'imposition 2019 ou 2020.

Les dépenses suivantes ne sont pas déductibles : impôts (avec quelques exonérations, comme la taxe foncière et les impôts étrangers), moins-values ​​sur actions, la moitié des frais de représentation et cadeaux d'affaires, 31 % des frais de restauration, 17 % de l'avantage en nature voitures de société ou 40 % si les frais de carburant sont entièrement pris en charge par l'entreprise, primes d'assurance hospitalisation et petits cadeaux pour les salariés.
Les autres taxes sur les sociétés
Les impôts indirects comprennent une taxe foncière sur les revenus locatifs annuels calculés en fonction des revenus cadastraux du bien, des droits de timbre, une taxe fixe d'augmentation de capital de 50 EUR, une taxe de mutation ou d'enregistrement sur la cession et la location de biens immobiliers ( à des taux variant entre 0,2% et 12,5%).

La Belgique applique également une taxe sur les commissions secrètes au taux de 0 % pour les paiements aux personnes morales ou de 100 % dans tous les autres cas, qui est due si les contribuables ne déclarent pas en temps voulu les salaires, honoraires, commissions, rabais et autres avantages ou les gratifications qui constituent un revenu professionnel entre les mains du bénéficiaire, sauf exception légale ou tolérance administrative. L'assiette fiscale de la commission secrète est appliquée sur le montant des frais ou des avantages en nature. La taxe sur les commissions secrètes s'applique également au chiffre d'affaires non déclaré en tant que tel (« gains cachés »), au taux de 100 %.
Les banques sont soumises à un prélèvement bancaire et à une taxe d'abonnement sur les dépôts d'épargne.

Les cotisations sociales - généralement fixées à 30,57 % de 1,08 fois le salaire brut pour les cols bleus et 25 % du salaire brut pour les cols blancs - varient en pratique selon la taille et le secteur d'activité de l'entreprise et le salaire du salarié .
Les autres ressources utiles
Service Public Fédéral Finances (FISCUS)
Consultez le site Doing Business, pour connaître le montant des impôts et des cotisations obligatoires.
 

Les conventions de non double imposition

Les pays avec lesquels une convention de non double imposition a été signée
Service Public Fédéral des Finances (FISCUS)
Les retenues à la source
Dividendes : 30%; Intérêts : 30%, Redevances : 30% (des taux plus bas sont disponibles dans le cadre de conventions fiscales)

+