Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

Le consommateur

Le profil du consommateur
L'Angola est un pays à revenu intermédiaire, avec un revenu par habitant de 2 080 dollars US (FMI, 2021). L’inflation galopante a un profond impact sur les prix de consommation (+21% en 2020 - FMI). Malgré cela, les consommateurs angolais accordent de plus en plus d’importance à la qualité plutôt qu’au prix. Ils sont très méfiants à l’égard des produits bon marché en provenance de Chine ou d’autres pays d’Afrique et ils tendent à préférer des marques occidentales. Ils accordent également de la valeur à un service de qualité, notamment après-vente. La population angolaise est très jeune, a un faible pouvoir d’achat, un faible niveau d’éducation et devient de plus en plus urbaine (66,1% en 2019 - Banque Mondiale, dernières données disponibles). Cependant, il y a une classe moyenne en croissance et une classe aisée sensibles à la qualité des produits et à l’image qu’ils véhiculent. La famille est très importante dans la vie angolaise et les femmes sont en général chargées des décisions d’achat. Les Angolais sont généralement sensibles aux marques et accordent de la valeur aux noms internationaux, mais les produits ont besoin d’être adaptés aux goûts locaux. Packaging, publicité et marques sont importants dans la décision d’achat. À l’heure actuelle, les produits portugais et brésiliens sont avantagés par la langue commune (le portugais), étant donné que l’étiquetage doit obligatoirement être en portugais. L’Angola est également une destination propice pour les enseignes internationales et les centres commerciaux se sont développés dans le pays. Parmi les biens de consommation, la plus grosse croissance entre 2009 et 2013 a été enregistrée par les aliments préemballés (+23%). Les autres secteurs qui devraient profiter d’une future croissance sont l’électronique, les produits de beauté et le mobilier de maison. L’accès à Internet est légèrement plus développé en Angola que dans ses pays voisins. Il reste néanmoins limité. Selon la Banque Mondiale, en 2019, 14,3% de la population disposaient d’un accès à Internet (dernières données disponibles). Le commerce en ligne est limité par le manque de cartes de crédit. Les sites nationaux de commerce en ligne se développent lentement et le commerce en ligne international n’est envisageable que pour les classes supérieures angolaises, qui possèdent des cartes de crédit internationales. Enfin, de nombreuses entreprises nationales font de la publicité en ligne par le biais des réseaux sociaux tels que Facebook.
Le comportement de consommation
L'Angola est la troisième économie d'Afrique subsaharienne et un pays lusophone. Malgré un classement économique satisfaisant, l'Angola a connu un taux de croissance négatif du PIB réel en 2020 (-4% - FMI) et les prix ont augmenté de 22,3% (FMI, 2021). L'Angola est l'un des marchés de biens de consommation les plus prometteurs d'Afrique. Le développement des infrastructures (construction, télécommunication, banque, etc.) supporte la croissance de l’emploi. Cela alimente la consommation, renforcée par la croissance rapide de la population. La plupart des produits de consommation sont importés. D’autre part, le secteur de la vente au détail moderne connaît un développement rapide avec de nombreuses chaînes de supermarchés. La classe moyenne émergente est  maintenant intéressée par l’achat de produits non basiques. Néanmoins, pour la majorité des consommateurs,  qui disposent d’un faible pouvoir d’achat, le prix et la disponibilité des produits restent des facteurs clés. Les consommateurs angolais préfèrent, de manière générale, des marques familières, mais les plus jeunes consommateurs sont moins fidèles et plus susceptibles d’essayer de nouveaux produits. Les classes moyennes diplômées de l’université sont les plus sensibles à la publicité et au packaging. La partie la plus riche de la population suit la mode et profite des produits de haute technologie et des gadgets. Enfin, acheter des produits en gros est quelque chose de profondément ancré dans la culture du pays.
Les associations de consommateurs
Association angolaise des droits des consommateurs
Institut angolais de défense des consommateurs
 

+

Importation et distribution

Les procédures d'importation
Le processus d'importation de marchandises en Angola prend du temps et est très bureaucratique. La Banque mondiale classe l'Angola parmi les pays ayant les procédures d'importation les plus longues au monde dans la catégorie «Trading Across Borders ». Il est conseillé aux exportateurs étrangers de se renseigner sur les courtiers en douanes et sur leur expérience en importation lors de la sélection d'un distributeur. Les réglementations angolaises en matière d'importation sont sujettes à des changements périodiques qui obligent les exportateurs étrangers à rester en contact étroit avec leur importateur / distributeur pour éviter les retards dans l'entrée des douanes.

Les importateurs doivent être enregistrés auprès du ministère du Commerce pour la catégorie de produits qu'ils importent. Seules les entreprises enregistrées peuvent demander une licence d'importation, qui est requise pour les importations de produits sensibles tels que les aliments, les dispositifs médicaux, les produits pharmaceutiques, les intrants agricoles. Afin de minimiser les problèmes douaniers et les retards, les sociétés étrangères doivent s'assurer que leur distributeur angolais éventuel détient le statut d'importateur pour la catégorie de produits appropriée et possède une expérience dans l'importation et la représentation de produits internationaux. Une entreprise importatrice compétente aura le rôle d'un courtier en douane ou travaillera avec un courtier en douane agréé. Seuls les courtiers en douane agréés par le gouvernement angolais peuvent traiter les documents douaniers pour les importations. Les tarifs des courtiers personnalisés sont réglementés et ne peuvent dépasser 4% de la valeur CIF du produit, bien que le taux moyen soit de 2%.

La documentation requise pour l'importation en Angola comprend:

  • La facture originale de transport aérien (AWB) / Connaissement (BL)
  • La facture commerciale originale (liste des codes HTS pour chaque article)
  • La liste de colisage
  • Le certificat de chargement angolais délivré dans le pays d'expédition
  • Le certificat d'importation et / ou certificat phytosanitaire délivré par le ministère compétent, si nécessaire en fonction du produit
  • Le certificat de chargement angolais
  • Les envois à destination des ports angolais exigent un certificat de chargement (Certificado de Embarque) délivré par l'agent autorisé du Conseil national des chargeurs angolais (CNCA) dans le pays d'origine.

Pour plus d'informations, rendez vous sur le site internet de la Direction générale angolaise des impôts.

Les acteurs de la distribution
Luanda, la capitale, abrite le quart de la population suivie par un nombre limité de villes secondaires: Benguela / Lobito, Huambo et Lubango, Soyo et Cabinda étant des villes axées sur l'industrie pétrolière. Avec un marché si concentré, il est raisonnable de nommer un seul distributeur ou représentant pour couvrir l'ensemble du pays. Bien qu'un certain nombre de distributeurs légalement établis et de représentants de produits internationaux existent en Angola, de nombreux produits, en particulier des biens de consommation, sont vendus par l'intermédiaire de revendeurs. Ces revendeurs achètent des produits à l’étranger et revendent dans les points de vente au détail en utilisant souvent la marque d’origine.

Les chaines portugaises et brésiliennes dominent le marché.

  • Kero Hypermarket : 40%
  • Alimenta Angola Cash & Carry : 20%
  • Maxi Supermarket : 10%
  • Mega Cash & Carry : 10%
  • Autres dont Nosso Super : 20%

L'infrastructure de distribution en Angola continue d'être remise en cause par la qualité médiocre des routes, les procédures d'entrée en douane fastidieuses que la Banque mondiale compte parmi les plus lentes au monde et les capacités d'entreposage et de chaîne du froid limitées. Les expansions de chemins de fer en cours visent à assurer le transport intermodal dans tout le pays.

+

Gérer une entreprise

Types d'entreprise

Sociedade anonima ou SA (société anonyme)
Nombre de partenaires et d'associés : Minimum 5 (2 si l'un des partenaire est une entité publique)
Capital minimum et/ou maximum : Minimum 20 000 USD dont 30% doit être payé avant création de l'entreprise
Responsabilité des associés : Un actionnaire n'est responsable que du paiement du prix de souscription de ses actions. Il n'est pas responsable des dettes de l'entreprise.
Sociedade por quotas de responsabilidade limitada ou LDA (société à responsabilité limitée)
Nombre de partenaires et d'associés : Minimum 2
Capital minimum et/ou maximum : Pas de minimum
Responsabilité des associés : Les membres sont conjointement et solidairement responsables du paiement du capital mais ne sont pas responsables des dettes de la société.
 
Créer une entreprise Angola Sub-Saharan Africa
Procédures (nombre) 8,0 7,5
Temps (jours) 36,0 21,3

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

 

Le coût du travail

Le salaire minimum
En 2019, le salaire minimum était de 21 454 AOA par mois pour le secteur agricole et de 26 817 AOA pour les industries du transport, des services et manufacturière, selon l'Institut Africain du Travail, de la Recherche et de l'Éducation (latest data available).
Le salaire moyen
Le salaire moyen brut mensuel est estimé à 320 000 AOA par mois (dernières données disponibles). 
Les cotisations sociales
Les contributions sociales payées par l'employeur: 8%
Les contributions sociales payées par l'employé: 3%. Un travailleur étranger a la possibilité de ne pas contribuer au régime de sécurité sociale s'il peut prouver qu'il contribue déjà à un régime étranger et/ou possède une assurance vie.
 

La propriété intellectuelle

Les organismes nationaux compétents
IAPI, Instituto Angolano da Propriedade Industrial, Institut angolais de la propriété industrielle, Ministère de l'Industrie

INIC, Institut national des industries culturelles, Direction nationale du divertissement et du droit d'auteur, Ministère de la Culture

Les accords internationaux
Signataire de la Convention de Paris sur la protection de la propriété intellectuelle
 

+

Les taux standards

Les taxes à la consommation

La nature de la taxe
Taxe sur la valeur ajoutée (TVA)
Jusqu'à fin 2020, un régime transitoire est en vigueur, durant lequel :
• seules les sociétés immatriculées au Bureau des Impôts des Grands Contribuables sont soumises au régime général de TVA
• les entreprises ne figurant pas sur la liste des gros contribuables mais ayant un chiffre d'affaires ou des importations de marchandises supérieur à un montant d'env. 250 000 USD seront soumis à un régime fiscal simplifié, et
• les sociétés restantes ne seront pas considérées comme assujetties à la TVA (régime non fiscal).

Cependant, à partir de 2021, le régime transitoire de TVA a été supprimé et les entités sont passées obligatoirement au régime général de TVA. Un régime de TVA simplifié peut également s'appliquer.
Le taux standard
14%
Le taux réduit
Les fournitures exonérées comprennent : les médicaments et autres produits connexes à des fins thérapeutiques et prophylactiques ; les fauteuils roulants et véhicules similaires destinés aux personnes handicapées ainsi que les machines braille et autres gadgets utilisés pour corriger les troubles d'apprentissage ; les livres; le crédit-bail et la location de biens immobiliers à des fins de logement (à l'exclusion des services d'hébergement fournis par des hôtels et des entités ayant une activité similaire); les services de transports publics collectifs; les opérations bancaires et financières effectuées par les établissements financiers bancaires et les établissements financiers non bancaires, y compris le crédit-bail financier ; les activités d'assurance; la fourniture de carburants conformément à l'annexe II du code de la TVA.
Les exportations sont détaxées.
Un taux réduit de 5% s'applique aux : produits du panier de base, y compris les produits tels que le lait, les haricots, le riz, la farine de blé et de maïs, l'huile alimentaire, la canne à sucre et le savon ; les intrants agricoles, y compris les biens tels que les chevaux, les animaux vivants (bovins, porcins, ovins et caprins), la volaille, les semences, le blé, le seigle, l'orge, l'avoine, le maïs, les engrais, les outils agricoles, les barbelés, les tracteurs.
Les autres taxes à la consommation
Plusieurs produits sont assujettis à des droits d'accise, notamment : le sucre et les boissons alcoolisés ; le tabac et ses dérivés ; les feux d'artifice ; les bijoux et les articles en or ; les avions ; les armes à feu ; les oeuvres d'art, les collages et les antiquités ; les produits pétroliers ; les véhicules ; les baggages en plastique et en paille ; les pneus. Les taux varient entre 2%, 5%, 19% et 25%, en fonction du produit.
 

Les taxes sur les sociétés

Impôt sur les sociétés
Les contribuables qui paient l'impôt sur les sociétés sont divisés en 2 groupes. Le taux standard est de 25%
La taxation des plus-values
Les plus-values réalisées par les sociétés résidentes sont incluses dans le revenu imposable et imposées au taux forfaitaire standard de 25%. Les plus-values issues de la cession d'actions ne sont pas soumises à l'impôt sur les sociétés, mais sont soumises à l'impôt sur les revenus des investissements (généralement à 10%, sous conditions).
Les déductions et les crédits d'impôt
L’amortissement des actifs corporels et incorporels est déductible à des taux d’imposition allant de 4% à 33,33%. Les amortissements dépassant les taux autorisés ne sont pas immédiatement fiscalement déductibles ; toutefois, ils peuvent être déduits les années suivantes. Les taux d'amortissement sont augmentés de 25% pour les entreprises fonctionnant à mi-temps et de 50% pour les entreprises fonctionnant en continu.
Le goodwill ne peut être amorti fiscalement. Les intérêts débiteurs sont déductibles de l’impôt (sauf les intérêts sur les prêts d’actionnaire). Les créances irrécouvrables sont déductibles si elles résultent de la faillite ou de l’insolvabilité du débiteur. La déductibilité des dons à des organisations caritatives dépend de leur conformité avec la loi angolaise sur le mécénat. Les dons qui ne sont pas couverts par la loi sur le mécénat sont soumis à une imposition autonome au taux de 15%. Les amendes ne sont pas déductibles des impôts, contrairement aux impôts indirects.
Les dépenses confidentielles, mal documentées ou non documentées sont soumises à un impôt autonome dont le taux varie entre 30% et 50%.
Les déficits fiscaux peuvent être reportées sur trois ans. Le report de pertes n'est pas autorisé.
Les autres taxes sur les sociétés
Des droits de timbre allant généralement de 0,1% à 1% sont perçus sur la quasi-totalité des transactions, y compris les actes relatifs à l'immobilier, aux assurances et aux sociétés, à l'exception, entre autres, de celles relatives à un contrat de prêt.

Un impôt sur la propriété (IPU) est perçu sur les revenus de l'immobilier. Le taux est de 25% pour les revenus de location; toutefois, il ne s'applique qu'à 60% du revenu, ce qui donne un taux effectif de 15%. Pour les biens immobiliers qui ne sont pas loués, la taxe s’applique à un taux de 0,5% si la valeur de l’immeuble dépasse 5 millions de AOA. Les taxes de transfert de propriété (SISA) s'élèvent à 2% du plus grand des deux entre (i) le prix de vente et (ii) la valeur fiscale du bien.

Les cotisations patronales de sécurité sociale s’élèvent à 8% du salaire et couvrent l’assurance maladie et le régime de retraite.

Un impôt sur les revenus d’investissement de 15% s'applique aux gains en intérêts standard (crédit, prêt ; 10% pour les dividendes et les rapatriements de bénéfices ; les coupons d’obligations ; les intérêts de comptes courants d’associés ; les plus-values ; les redevances).

Une contribution spéciale de 10 % s'applique aux paiements dus aux non-résidents liés aux contrats d'assistance technique et de gestion.

Les autres ressources utiles
Consultez le site Doing Business, pour connaître le montant des impôts et des cotisations obligatoires.
 

Les conventions de non double imposition

Les pays avec lesquels une convention de non double imposition a été signée
La convention de double imposition entre l'Angola et le Portugal est entrée en vigueur en 2019.

Les traités signés avec les Émirats arabes unis, la Chine et le Cabo Verde ne sont pas encore entrés en vigueur.
Les retenues à la source
10% pour les dividendes (5% pour les dividendes sur les actions négociées sur un marché réglementé), 15% pour les intérêts (10% pour les intérêts obligataires et les emprunts d’actionnaires, 5% pour les intérêts sur les instruments financiers émis par une société qui négocie en marché réglementé) et 10% pour les redevances. Le paiement des services est généralement soumis à une retenue à la source de 6,5%. Les services éducatifs, médicaux et de transport sont exemptés.

+