Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

La conjoncture économique

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Deuxième plus grand producteur de pétrole en Afrique, l'Angola a également le cinquième plus grand PIB d'Afrique subsaharienne. Après une longue guerre civile, le pays a affiché l'un des taux de croissance économique les plus élevés au monde, tiré par sa richesse pétrolière. L'Angola a ensuite été durement touché par la chute des prix du pétrole et par la chute de la demande mondiale (notamment de la Chine). En 2021, il est entré dans sa septième année de récession (-0,7 % du PIB), frappé par la pandémie de COVID-19, l'effondrement des prix du pétrole et les restrictions de l'accord de production de l'OPEP+, mais le secteur non pétrolier a commencé à se redresser. Selon les estimations du FMI, l'économie devrait reprendre à 2,4 % en 2022 et à 3,3 % en 2023, soutenue par la mise en œuvre des réformes structurelles prévues propices à la croissance et un secteur pétrolier en plein rebond. Une résurgence des infections à Covid-19, des troubles sociaux et des finances publiques affaiblies sont des risques potentiels à la baisse.

Déjà touchée par la baisse des revenus pétroliers depuis 2015, l'économie angolaise a été encore plus touchée par la pandémie de Covid-19 qui a éclaté en 2020. En 2021, la hausse des prix du pétrole, l'assouplissement des restrictions, la discipline politique et l'engagement en faveur des réformes ont aidé l'économie à commencer à se redresser. Outre le plan de relance destiné à faire face aux impacts sociaux de la crise, les autorités ont poursuivi le programme triennal de réformes soutenu par le FMI. Il visait à rétablir la viabilité extérieure et budgétaire, à améliorer la gouvernance et à diversifier l'économie pour promouvoir une croissance économique durable tirée par le secteur privé (FMI). La discipline budgétaire a conduit à un excédent budgétaire substantiel de 2,6 % du PIB en 2021, une tendance qui devrait se poursuivre en 2022 (2,1 % du PIB) et 2023 (2,5 % du PIB) (FMI). Bien qu'elle soit encore très élevée, la dette publique est passée d'environ 136,5 % du PIB en 2020 à 103,7 % du PIB en 2021 (FMI). Elle devrait encore baisser pour atteindre 90,8 % du PIB en 2022 et 83,3 % du PIB en 2023 (FMI). Poussée par des facteurs liés à l'offre, l'inflation a grimpé à environ 24,4 % en 2021 et devrait progressivement baisser à 14,9 % en 2022 et 9,9 % en 2023, à mesure que l'inflation alimentaire mondiale se modère et que la banque centrale maintient une politique restrictive (FMI). Le programme soutenu par le FMI a pris fin en 2021, mais les autorités angolaises restent attachées à leur plan de réformes économiques, comme en témoigne l'orientation budgétaire prudente adoptée dans le budget 2022. Parmi les nombreux défis auxquels le pays est confronté, le renforcement de la soutenabilité de la dette, la résolution des faiblesses du secteur financier, la diversification de l'économie, l'amélioration de la gouvernance et le développement du capital humain et des infrastructures devraient être des priorités essentielles (FMI).

Le président Joao Lourenço a initié de nombreuses réformes visant à réduire l'influence de la famille dos Santos sur l'économie, à améliorer la perception du climat des affaires et à sortir le pays de la crise, mais la situation sociale de l'Angola reste tendue. Les inégalités, la morosité économique et l'inflation nourrissent l'insatisfaction des populations. Seul un tiers de la population a accès à l'électricité. Le revenu par habitant augmente progressivement, en particulier dans les régions métropolitaines, mais les taux de pauvreté et de chômage restent élevés. Selon la Banque africaine de développement, la pandémie devrait exacerber le taux officiel de la pauvreté de 2019 qui était de 40,6 %. La pauvreté est plus prédominante en milieu rural (58%) qu'en milieu urbain (19%). Le taux de chômage est passé à 34 % au troisième trimestre 2020, le chômage des jeunes atteignant un sommet de 56,4 % (BAD). Selon les données de la Banque mondiale (estimation modélisée de l'OIT), le taux de chômage était de 7,7% de en 2020. La violence dans la région du Kasaï (République démocratique du Congo) a provoqué l'arrivée de plus de 30 000 réfugiés en Angola.

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 84,5258,3870,3474,9579,30
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -0,5-5,4e-0,72,43,3
PIB par habitant (USD) 2.805e1.881e2.2012.2772.339
Solde des finances publiques (en % du PIB) 1,6e-0,02,62,12,5
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 113,6e136,5103,790,883,3
Taux d'inflation (%) 17,122,324,414,99,9
Balance des transactions courantes (milliards USD) 5,140,875,164,273,54
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 6,11,5e7,35,74,5

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Note: (e) Estimated Data

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par la Coface.

 

+

Les principaux secteurs économiques

L'Angola est le deuxième producteur de pétrole d'Afrique, un producteur net de gaz naturel et le troisième producteur de diamants du continent, dépassé uniquement par le Botswana et la République démocratique du Congo. L'économie angolaise - la cinquième d’Afrique subsaharienne - est dominée par l'industrie pétrolière et gazière, qui représente environ 50 % de son PIB et constitue la principale source de revenus du pays (plus de 70 % des recettes publiques et 90% des exportations de l'Angola proviennent des activités pétrolières). En plus des diamants, le pays produit également de l'or, du granit, du gypse, du marbre et du sel, et possède de nombreux minéraux non développés avec un potentiel d'extraction, notamment le béryllium, l'argile, le cuivre, le minerai de fer, le plomb, le lignite, le manganèse, le mica, le nickel, la tourbe, la roche phosphatée, le quartz, l’argent, le tungstène, l’uranium, le vanadium et le zinc. Le secteur industriel représente 45,9% du PIB et 7% de l'emploi.

Malgré son potentiel, le secteur agricole est sous-développé et peu productif, contribuant à 9,5% du PIB, mais employant 51% de la population active. Seul un tiers environ des terres arables de l'Angola est utilisé pour les récoltes ; parmi celles-ci, seuls 100 000 sur 5 millions d'hectares arables bénéficient de machines et/ou de traction animale pour semer et récolter. L'agriculture angolaise consiste principalement en une agriculture de subsistance. Les principales cultures industrielles sont le café et le coton. Le gouvernement a fortement investi dans les productions de café, de canne à sucre et d'éthanol, ce qui devrait contribuer à diversifier les revenus agricoles et les exportations.

Le secteur des services (banque, communication, tourisme) est également en forte croissance, représentant 39,6% du PIB et employant 42% de la population. Le tourisme est en croissance, bien qu'il y ait une grave pénurie d'hôtels et d'autres types d'hébergement. Le secteur de la construction est en plein essor (9% du PIB), porté par un vaste programme de reconstruction lancé par le gouvernement.

Les chocs d'offre et de demande induits par la crise du COVID-19 ont particulièrement affecté le secteur pétrolier, la production minière et les transports et services, qui ont été durement touchés par les confinements. En 2021, les secteurs de la fabrication, du commerce et de la construction ont été les moteurs de la reprise, tandis que le secteur pétrolier est resté déprimé (Focus Economics).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 50,7 6,8 42,5
Valeur ajoutée (en % du PIB) 9,4 44,8 41,4
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 6,9 -8,4 -1,3

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Nouveau Kwanza angolais (AON) - Taux de change annuel moyen pour 1 USD 163,66165,92252,86364,80578,26

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

+

Commerce extérieur

L'Angola a considérablement libéralisé son régime commercial au cours des dernières années. Le commerce représente environ 67 % du PIB du pays (Banque mondiale, dernières données disponibles). Le pays est membre de la SADC (Communauté de développement de l'Afrique australe) et de la CEEAC (Communauté économique des États de l'Afrique centrale), et a signé l'Accord de libre-échange continental africain en mai 2019. Les droits de douane sont relativement faibles (9,5 % en moyenne). L'importation de certains produits, tels que les produits pharmaceutiques et les produits agricoles, nécessite toujours des autorisations des ministères officiels concernés. L'Angola a également adopté les directives de la SADC sur la biotechnologie, qui interdisent l'importation de particules biotechnologiques. Les retards de dédouanement dans les ports restent un problème majeur.

Les exportations de pétrole représentent plus de 95 % des exportations totales. Le pays est également un important exportateur de diamants et exporte du gaz naturel liquéfié vers les marchés américain, européen et japonais ; les autres exportations comprennent le café, le sisal et le poisson. Les importations concernent principalement les machines, les véhicules, les pièces détachées, les médicaments, les denrées alimentaires, les textiles et les biens militaires. Les principaux partenaires commerciaux de l'Angola sont la Chine (plus de 60 % des exportations), l'Inde, l'Union européenne (Espagne, Portugal) et les États-Unis. En 2020 et 2021, les revenus pétroliers de l'Angola ont été impactés par l'effondrement des prix du pétrole et les restrictions imposées par l'accord de production de l'OPEP+.

Grâce à ses confortables revenus pétroliers, l'Angola a enregistré historiquement un excédent commercial important mais volatil qui devrait se poursuivre dans les années à venir. En 2020, les exportations de marchandises ont chuté à 20,9 milliards de USD (contre 34,7 milliards de USD en 2019), tandis que les importations ont chuté à 9,5 milliards de USD (contre 14,1 milliards de USD). Les exportations de services sont tombées à 66 millions de USD (contre 455 millions de USD en 2019), tandis que les importations ont chuté à 5,4 milliards de USD (contre 8 milliards de USD) (OMC). En 2020, la balance commerciale est tombée à 11,4 milliards de USD, en baisse par rapport à son niveau de 2019 (20,6 milliards de USD) (Banque mondiale). En raison de la chute des exportations de pétrole et des effets persistants de la pandémie de COVID-19, l'excédent commercial s'est encore réduit en 2021.

 
Valeurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Importations de biens (millions USD) 19.24614.46315.79814.1279.543
Exportations de biens (millions USD) 25.16434.61340.75834.72620.937
Importations de services (millions USD) 12.54612.9039.7728.0085.415
Exportations de services (millions USD) 1.15698563145566

Source : Organisation mondiale du commerce (OMC) ; dernières données disponibles

Indicateurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Commerce extérieur (en % du PIB) 53,452,366,464,362,6
Balance commerciale (hors services) (millions USD) 14.54820.15024.96020.59911.394
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) 2.6437.34115.50212.8815.881
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) -24,71,5-16,9-0,0-23,3
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) -18,4-4,21,20,8-6,8
Importations de biens et services (en % du PIB) 25,223,325,524,927,3
Exportations des biens et services (en % du PIB) 28,129,040,839,335,3

Source : Banque mondiale ; dernières données disponibles

Prévisions du commerce extérieur 20212022 (e)2023 (e)2024 (e)2025 (e)
Volume des exportations de biens et services (variation annuelle en %) -0,30,50,21,73,8
Volume of imports of goods and services (Annual % change) 22,10,90,95,04,8

Source : IMF, World Economic Outlook ; Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

 
La coopération économique internationale

Membre de l'Union africaine (UA)

Membre de la communauté de développement de l'Afrique australe (SADC)

Membre du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA)

Membre de la communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC)

 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2019
Chine 61,3%
Inde 9,9%
Espagne 3,4%
Emirats Arabes Unis 3,2%
Portugal 3,2%
Voir plus de pays 18,9%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2019
Chine 14,3%
France 14,1%
Portugal 12,9%
Belgique 6,3%
Corée du sud 5,3%
Voir plus de pays 47,1%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 

+

Le contexte politique

Les chefs de gouvernement
Président : Joao Manuel Goncalves LOURENCO (depuis le 26 septembre 2017) - MPLA ; le président est à la fois chef d'État et chef de gouvernement
Vice-Président : Bornito De Sousa Baltazar DIOGO (depuis le 26 septembre 2017) - MPLA
Les prochaines élections
Elections présidentielles : août 2022
Elections législatives: août 2022
Les principaux partis politiques
Le Mouvement Populaire pour la Libération de l'Angola demeure la principale formation parlementaire, et n'a pas réellement connu de concurrence depuis l'indépendance. Parmi les principaux partis, on trouve :

- Le Mouvement Populaire pour la Libération de l'Angola (MPLA) : démocratie sociale, détient 175 des 220 sièges du parlement et donc la majorité absolue, promet de se focaliser sur la reconstruction du pays
- Union Nationale pour l'Indépendance Totale de l'Angola (UNITA) : centre-droit, principal parti d'opposition, jouit d'un important soutient populaire, revendique son héritage d'ancien mouvement de guérilla
- La Large Convergence pour le Salut de l'Angola - Coalition Électorale (Casa-CE) : ancienne faction d'UNITA
- Le Parti du Renouveau Social (PRS) : centre-gauche
- Le Front National de Libération de l'Angola (FNLA) : centre-droit

Le pouvoir exécutif
Le pouvoir exécutif est détenu par le gouvernement. À la suite de l'élection générale, la tête de liste devient président, le second est nommé vice-président. Le poste de premier ministre a été supprimé en 2010. Le président est responsable des nominations et compétences du gouvernement (ministres, secrétaire d'Etat). Le gouvernement n'est pas responsable devant l'Assemblée Nationale. Le président est aussi responsable de la nomination de quatre juges sur sept au Tribunal Constitutionnel (dont son président), des juges de la Cour Suprême, Cour des Comptes et Haute Cour Militaire, du procureur général de la République, des gouverneurs et vice-gouverneurs des provinces de l'Etat, du gouverneur de la Banque Nationale d'Angola. Il est commandant en chef des forces armées.
Le pouvoir législatif
En Angola, le pouvoir législatif est monocaméral. Le parlement, appelé Assemblée Nationale, compte officiellement 223 sièges. Ses membres sont élus suivant un système de représentation proportionnelle, au suffrage universel et pour un mandat de cinq ans. Dans la pratique, l'Assemblée Nationale ne compte que 220 membres. Elle est chargée de voter la loi, consentir l'impôt et contrôler les activités du gouvernement. Cependant, le président de la République dispose d'une compétence législative importante, ce qui rend le rôle de contrôle des activités gouvernementales de l'Assemblée inefficace.
 

+

Réponse du pays au COVID-19

Évolution de l'épidémie COVID-19
To find out about the latest status of the COVID19 pandemic evolution and the most up-to-date statistics on the COVID19 disease in Angola, please visit the Ministry of Health with the official data. Official information on the progress of the epidemic in Angola is consolidated by the official news agency ANGOP. The agency provides a daily epidemiological update, which includes key national figures.
For the international outlook you can consult the latest situation reports published by the World Health Organisation as well as the global daily statistics on the coronavirus pandemic evolution including data on confirmed cases and deaths by country.
Mesures sanitaires
To find out about the latest public health situation in Angola and the current sanitary measures in vigour, please consult the Angolan government platform, including the up-to-date information on the containment measures put in place and public health recommendations.
Restrictions de voyage
The COVID-19 situation, including the spread of new variants, evolves rapidly and differs from country to country. All travelers need to pay close attention to the conditions at their destination before traveling. Regularly updated information for all countries with regards to Covid-19 related travel restrictions in place including entry regulations, flight bans, test requirements and quarantine is available on TravelDoc Infopage.
It is also highly recommended to consult COVID-19 Travel Regulations Map provided and updated on the daily basis by IATA.
The US government website of Centers of Disease Control and Prevention provides COVID-19 Travel Recommendations by Destination.

The UK Foreign travel advice also provides travelling abroad advice for all countries, including the latest information on coronavirus, safety and security, entry requirements and travel warnings.
Restrictions import & export
For the information on all the measures applicable to movement of goods during the period of sanitary emergency due to the COVID-19 outbreak (including eventual restrictions on imports and exports, if applicable), please consult the portal of the Ministry of Finances.
For a general overview of trade restrictions due to COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Angola on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For the information on the economic recovery scheme put in place by the Angolan government to address the impact of the COVID19 pandemic on the Angolan economy, please visit the website of the Ministry of Economy and Planning. The information on the Angolan economic emergency plan is available here.

For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 outbreak (fiscal, monetary and macroeconomic) taken by the Angolan government to limit the socio-economic impact of the COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Angola in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For the information on the local business support scheme established by the Angolan government to help small and medium-sized companies to deal with the economic impacts of the COVID19 epidemic on their activity, please consult the portal of the Angolan Ministry of Economy and Planning.

For a general overview of international SME support policy responses to the COVID-19 outbreak refer to the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

Plan de soutien aux exportateurs
To find out about the support plan for exporters put in place by the Angolan government, please consult the Presidential Decree on the government's official portal.
 

+