Accompagnement
à l'international

Dans plus de 90 pays

Investissement Direct Etranger

Riche en ressources naturelles et économiquement stable, l’Algérie a attiré un niveau convenable de flux d’IDE. Les flux d'IDE ont été négativement impactés par les troubles sociaux suivis par la pandémie de COVID-19 ces dernières années. D’après les données publiées par la CNUCED dans le Rapport sur l’investissement mondial 2021, les IDE en Algérie ont diminué de 19 % pour atteindre 1,1 milliard USD en 2020 (contre 1,3 milliard USD en 2019), les flux entrants étant principalement dirigés vers le secteur des ressources naturelles, suite à la crise économique sanitaire mondiale déclenchée par la pandémie de Covid-19. En revanche, le stock d'IDE a augmenté, atteignant 33 milliards USD en 2020. Au cours des dernières années, on observe une réorientation des IDE vers le marché intérieur, grâce à la multiplication des projets de développement dans les transports et les infrastructures. La Chine et la Turquie ont investi massivement en Algérie, reprenant la position historique de la France en tant que premier investisseur dans le pays. Les investissements européens ont récemment diminué au profit d'un plus grand intérêt des investisseurs du Golfe. L'un des plus gros investisseurs est BAIC International (Chine), avec un investissement de plus de 100 millions USD dans une usine de fabrication. Parmi les autres grands investisseurs figurent Hyundai et Ford. Au niveau des pays, la Chine, Singapour, l'Espagne et la Turquie sont les premiers investisseurs ; tandis que l'industrie, le tourisme, la construction et l'agriculture sont les secteurs qui reçoivent le plus d'IDE.

Les mesures protectionnistes, ainsi que la corruption, la bureaucratie, un secteur financier faible et l'insécurité juridique en termes de droits de propriété intellectuelle sont de sérieux obstacles à l'investissement. Jusqu'en 2019, la participation d'un investisseur étranger dans une entreprise algérienne était limitée à 49% et les entrepreneurs étrangers sont contraints de trouver des partenaires locaux pour les appels d'offres publics. Toutefois, en 2020, le gouvernement du président Abdelmadjid Tebboune a éliminé la soi-disant restriction «51/49» qui exigeait la participation majoritaire algérienne de toutes les nouvelles entreprises. L'exigence sera maintenue pour les «secteurs stratégiques», identifiés comme les hydrocarbures, les mines, la défense et la production pharmaceutique. Le gouvernement a également approuvé une nouvelle loi sur les hydrocarbures, améliorant les conditions fiscales et la flexibilité des contrats afin d'attirer de nouveaux investisseurs internationaux. Suite à la promulgation de cette loi, les grandes compagnies pétrolières internationales ont signé des protocoles d'accord avec la compagnie nationale d'hydrocarbures Sonatrach. L'Algérie était classée 157e sur 190 pays dans le rapport Doing Business 2020 publié par la Banque mondiale, au même endroit que l'année précédente.

 
 
Investissement Direct Etranger 201920202021
Flux d'IDE entrants (millions USD) 1.3821.143870
Stocks d'IDE (millions USD) 31.96533.10733.977
Nombre d'investissements greenfield* 24610
Value of Greenfield Investments (million USD) 2.31677858

Source : CNUCED - Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

Comparaison internationale de la protection des investisseurs Algérie Moyen-Orient & Afrique du nord Etats-Unis Allemagne
Index de transparence des transactions* 4,0 6,4 7,0 5,0
Index de responsabilité des managers** 1,0 4,8 9,0 5,0
Index de pouvoir des actionnaires*** 5,0 4,7 9,0 5,0

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

Note: *Plus l'index est grand, plus les transactions sont transparentes. **Plus l'index est grand, plus les managers sont personnellement responsables. *** Plus l'index est grand, plus les actionnaires ont le pouvoir de défendre leur droit.

+

Pourquoi choisir d'investir en Algérie

Les points forts

Les points forts du pays sont :

  • Les faibles coûts des intrants énergétiques (gaz, carburants et électricité) ;
  • Une réserve de liquidités importante qui diminue sa vulnérabilité face aux variations des prix internationaux des matières premières ;
  • Un important potentiel en matière d'énergies renouvelables et de tourisme ;
  • Une main-d'œuvre qualifiée et bon marché ;
  • Des réformes visant à encourager les investissements étrangers ainsi que divers dispositifs incitatifs pour encourager l'investissement ;
  • La proximité de l'Algérie vis-à-vis de l'Europe, son positionnement géographique d'interface entre Europe et Afrique et au sein du Maghreb.
Les points faibles

Les points faibles du pays sont :

  • La lenteur de l'administration et l'hypertrophie du secteur public ;
  • Un climat des affaires de piètre qualité selon les agences d'évaluation internationales ;
  • La dépendance de l'économie aux hydrocarbures, qui induit une dépendance aux importations de biens transformés ;
  • L'insuffisant développement du marché régional, qui restreint l'attrait de l'Algérie pour les investisseurs étrangers ;
  • La complexité de la législation, notamment fiscale, et une incertitude dans l'interprétation de certains contrats ;
  • L'accès au foncier industriel ;
  • Le fort taux de chômage des jeunes ;
  • Un contexte géopolitique régional dégradé (Libye, Mali, tensions avec le Maroc).
Les mesures mises en place par le gouvernement
Pour attirer et encourager les investissements étrangers, le gouvernement a mis en place divers dispositifs très attractifs dont la réduction des impôts sur les sociétés pour les investissements dans certaines zones géographiques, une réduction des contributions sociales pour le recrutement de jeunes, la concession de terres par entente mutuelle (qui permet de bénéficier des même droits qu'un propriétaire) et des exemptions fiscales pour les projets d'exportation durant toute la durée de vie du projet. Pour plus de détails, consultez le guide d'investissement de KPMG et ANDI (Agence nationale pour le développement des investissements).

Le gouvernement s'efforce d'attirer les IDE dans les secteurs susceptibles de créer des emplois et de faire diminuer les importations de biens transformés. Plusieurs secteurs font l'objet d'incitations fiscales pour les investisseurs étrangers, dont l'industrie automobile et le secteur des énergies renouvelables.

Cependant, depuis 2008 une instruction va dans le sens d'une restriction des IDE étrangers. Jusqu'en 2019, pour chaque nouveau projet d'investissement en Algérie, la majorité de son capital (51%) devait être détenue par des partenaires locaux; cependant, cette limitation a été levée (sauf pour les « secteurs stratégiques » tels que les hydrocarbures, les mines, la défense et les produits pharmaceutiques). Le gouvernement algérien a mis en place des politiques économiques protectionnistes (quotas d'importation pour plusieurs types de produits). Néanmoins, ces dernières années, l'Algérie a bénéficié du soutien de la Banque mondiale pour améliorer son climat des affaires.

+

Les opportunités d'investissement

Les secteurs économiques clés
Les hydrocarbures, l'industrie agroalimentaire, l'immobilier, la chimie et la vente au détail.
Les secteurs à fort potentiel
En termes de besoins, l'Algérie souffre d'un déficit de logement et a de forts besoins sanitaires. En outre, l'industrie manufacturière est sous-développée : l'Algérie importe la majorité de ses biens transformés. Plusieurs secteurs de l'économie algérienne sont porteurs : santé, agriculture (actuellement, une partie importante des besoins en produits agricoles est importée), technologies de l'information et de la communication (téléphonie mobile et Internet), hydrocarbures, énergies renouvelables, tourisme, BTP, développement des infrastructures (routières, ferroviaires, aéroportuaires, portuaires, etc.), traitement et gestion de l'eau, secteur bancaire, secteur agroalimentaire, défense, automobiles, grande distribution.
Les programmes de privatisation
Désormais toutes les entreprises publiques économiques sont éligibles à la privatisation, qui concerne 1 200 entreprises publiques économiques (EPE) et représente une modalité d'ouverture de l'économie algérienne à l'économie de marché consacrée officiellement par l'instauration d'un cadre législatif. Le Dispositif d'aides aux investissements est disponible en ligne sur le site du Ministère des Participations et de la Promotion des Investissements (MPPI). En 2016, le gouvernement algérien a annoncé que 66% des parts d'une entreprise d'État peu rentable pourrait désormais être rachetée par un intérêt privé, à condition qu'il soit détenu majoritairement par un ou plusieurs citoyens algériens. Cependant, les programmes de privatisation des entreprises publiques ont été critiqués par le public, car il reste un sujet sensible. À ce jour, les entreprises publiques représentent plus de la moitié de l'économie formelle algérienne; et les privatisations ont été limitées au secteur de l'eau.
Les entreprises étrangères ont pu détenir la propriété complète d'un champ pétrolifère. Le gaz de schiste devrait également être ouvert aux investisseurs étrangers. La privatisation des banques publiques a été annoncée pour 2022.
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Tenders Info, Appels d'offres en Algérie
DgMarket, Appels d'offres dans le monde
 

Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres

Les secteurs monopolistiques
En principe, il n'y a plus de monopole en Algérie. Pourtant, certains secteurs d'activités sont difficilement accessibles, tels que les secteurs du tabac ou des hydrocarbures.
Les secteurs en déclin
Textile
 

Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

Les agences d'aide à l'investissement
Agence Nationale pour le Développement de l'Investissement
Les autres ressources utiles
Guide d'investissement en Algérie
Les guides de l'investisseur
Guide commercial de l'Algérie - trade.gov
Guide fiscal et commercial international de PwC
 

+